Généalogie Roy-Jeannotte

Une pensée pour ceux et celles qui nous ont créés

Imprimer Ajouter un signet

Notes


Résultats 1 à 100 de 1,548

      1 2 3 4 5 ... 16» Suivant»

 #   Notes   Lié à 
1

http://stephenwhite.acadian-home.org/frames.html :

BOUDROT, Michel, came from France with his wife Michelle Aucoin, according to four depositions, two made by his great-grandsons, Félix Boudrot (Doc. in., Vol. III, p. 39) and Pierre Boudrot (ibid., p. 120), one made by a great-great-grandson, also named Félix Boudrot (ibid., p. 36), and another made by Pierre LeBlanc, husband of his great-great-granddaughter Françoise Trahan (ibid., p. 41). 
Aucoin, 1ère arrivante Michelle Vers 1640 à Port-Royal (I1333)
 
2

https://www.geni.com/people/Nicolas-Bayol/6000000004279837170

Nicolas Bayol (Bayon)
Also Known As: "Nicolas Bayou", "Bayolle", "Bajolet", "Barillost", "Barriault", "Barillot", "Bayou"
Birthdate: circa 1600
Birthplace: Dijon, Côte-d'Or, Burgundy, France
Death: 1684 (80-88)
Port-Royal, Acadie
Famille proche :
Fils de Antoine Bajolet ou Bayole et Jeanne Chantier
Époux de Barbe Petitpas
Père de Rose Comeau; Nicolas Bériault et One Of Ten Barrilleaux
Frère de Marie-Barbé Bayol
Occupation: Seaman onboard the "Saint Jehan" ship
Managed by: James Fred Patin, Jr.
Last Updated: 31 juillet 2018


http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=390010 :

Nicolas Bayol
ID : I390010 Male

Parents
Non disponible

Mariages
1. Bajolet, Barbe I390011 Female
ID : F173461
Type : Mariés
Enfants : 1
Marriage

Enfants
Bayol, Rose (Bayon) I7852 Female vers 1631 - avant 1678 
Bayol (Bayon), Nicolas (I3357)
 
3
Frère de Françoise Janot, ancêtre de Robert Roy


Parrain: Pierre Godin Chatillon
Marraine: Marie Solinier

https://robertberubeblog.wordpress.com/ :

Michel Brunet dit Létang fils de
Mathieu Brunet dit Létang et
Marie Blanchard
Frère de Marie Brunet, ancêtre Loisel du côté des Roy.

1668 Lachine 7 octobre 1692 Montréal
10 juillet 1713 Montréal

30 mars 1750 Pointe Claire Marie-Madeleine Moison
Élisabeth Belair (Emereau)

(Wolford) 17th Century Fur-Trade and Military-Expedition Families Diane Wolford Sheppard, FCHSM member
Descendants: Olive Raymond dit Labrosse (Marion)

engagé ouest le 20 mai 1692
20 May 1692 – Sieurs Joseph Loisel, Antoine Bazinet, and Pierre Janot dit Lachapelle hired Dominique Étienne, Joseph Desautels dit Lapointe, and Michel Brunet dit Létang to make a voyage to the 8ta8ois (Ottawa Indians) [Antoine Adhémar] 
Janot dit Lachapelle, Pierre (I225)
 
4
http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=241126 :

DARDENNE / DARDAINE, Pierre 241126
Statut Marié
Date de baptême 16-01-1609
Lieu d'origine Villeneuve-la-Comtesse (Notre-Dame) (Charente-Maritime) 17474
Parents François DARDENNE et Marie Petit
Métier du père Laboureur
Première mention au pays 1659
Occupation à l'arrivée Voiturier
Date de mariage 22-06-1637
Lieu du mariage La Rochelle (Notre-Dame, chapelle Ste-Marguerite) (Charente-Maritime, 17300)
Conjoint Gilette Chaigne
Décès ou inhumation Pointe-aux-Trembles (Montréal), 26-11-1687
Remarques Le couple passe un cm du 08-06-1637 greffe Juppin. Cinq enfants: Marie (pionnière), b. 11-04-1638 à LR (St-Jean-du-Pérot), m. La Rochelle (Notre-Dame, chapelle Ste-Marguerite) le 29-10-1656 avec Jacques Beauchamp (Michel et Marie Roullet); René (pionnier), b. 19-01-1640 à LR (St-Jean-du-Pérot); Jeanne, née vers 1643 à LR, cm du 29-01-1663 greffe Jacques Savin à La Rochelle, avec Jean Mondin (Jean, laboureur et Louise Resneau), tonnelier; Louise, d/s 21-09-1646 à LR (St-Jean-du-Pérot); et Pierre (pionnier), b. 13-03-1650 à LR (Notre-Dame). Son épouse Gilette Chaigne (Pierre et Louise Chenu) est décédée avant 1663. Deux frères sont baptisés à Villeneuve-la-Comtesse (Notre-Dame): François Dardenne, 28-11-1619 et Jehan Dardenne, 06-12-1622.
Identification* DGFQ, p. 307 ; DGFC, vol. 1, p. 158
Chercheur(s) Archange Godbout ; Jean-François Paboul ; Lise Dandonneau
Référence* AG-LAR, p. 68 ; DGO, tome 1, p. 27
Date de modification 2018-02-09 
Dardenne, 1er arrivant. Pierrre Vers 1659. Navire inconnu. (I3368)
 
5
https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Chaigne_Gillette&pid=12237:

ID No: 12237
Prénom: Gillette
Nom: Chaigne
Sexe: F
Occupation:
Naissance: 1617 vers
Paroisse/ville: Dompierre-sur-Mer, Aunis
Pays: France
Décès: 29 janvier 1663 - âge: 46
Paroisse/ville: La Rochelle
Pays: France
Information, autres enfants, notes, etc.
Elle n'est pas venue au Canada

Elle serait decedee avant le 29/1/1663, La Rochelle 
Chaigne, Gilette (I3369)
 
6
https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Duquet_Denis&pid=32697:

ID No: 32698
Firstname: Catherine
Name: Gauthier
Gender: F
Occupation:
Christening: 08 July 1626
Parish/City: Paris
Country: France
Death: 03 August 1702 - Age: 76
Parish/City: Quebec
Country: Canada
Information, Other Kids, Notes, etc.
Fille de Philippe et Marie Pichon

Baptême le 8 juillet 1626 à Paris (Saint-Étienne-du-Mont).
Source: Fichier origine. (G. Benoit) 
Gauthier, Catherine (I1155)
 
7
Ne pas confondre avec Barbe Bajolet (RIN 3358), épouse de Nicolas Bayol

http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=7814 :

Barbe Bajolet
ID : I7814 Female

Naissance 22 mai 1608
France
Baptême 22 mai 1608
France

Parents
1. Bajolet, Antoine I7815 Male
Beaudinet, Jeanne I7816 Female
Type : Mariés

Mariages
1. Pesseley, Isaac (Pesselet, Pesselin) (1618 - 1645) I7813 Male
ID : F4569
Type : Mariés
Enfants : 1
Marriage 1641
LaRochelle, France

Enfants
Pesselet, Marie (Pessely) I7812 Female vers 1645 - 26 décembre 1707

2. Lefebvre, Martin I7817 Male
ID : F4570
Type : Mariés
Enfants : 0
Marriage 16 janvier 1647
La Rochelle, Charente Maritime,Aunis,F

3. Corporon, Savinien I7818 Male
ID : F4571
Type : Mariés
Enfants : 0
Marriage 16 janvier 1647
La Rochelle, Charente Maritime,Aunis,F


https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Pesseley_Isaac&pid=83815

ID No: 83816
Prénom: Marie-Barbe
Nom: Bajolet
Sexe: F
Occupation:
Naissance: 1608 vers
Paroisse/ville:
Pays: France
Décès: 1683 - âge: 75
Paroisse/ville: Acadie
Pays: Canada
Information, autres enfants, notes, etc.
(note: naissance le 22 mai 1608 à Piney, Troyes qu'on trouve parfois n'existe pas dans les registres)

Autres mariages de: Marie-Barbe Bajolet
Savinien DeCourpon
La Rochelle (Saint-Jean) (Charente-Marit
Martin Lefebvre
La Rochelle (Saint-Barthélemy) (Charente

https://www.geni.com/people/Marie-Barb%C3%A9-Bayol/6000000002627549455:


Marie-Barbe Bajol / Bajolet
Also Known As: "Marie-Barbé Bajol", "Marie-Barbé Bajolet", "Barbe 'dit Bayol'", "Bajolet", "Bayon"
Birthdate: 22 Mai 1608 (70)
Birthplace: Piney, Aube, Champagne-Ardenne, France
Death: 04 Août 1678 (70)
Verrieres, Ardennes, Champagne-Ardenne, France
Famille proche :
Fille de Antoine Bajolet ou Bayole et Jeanne Beaudinet
Épouse de Isaac Pesselet; Martin Lefebvre de Montespy et Savinien De Courpon
Mère de Barbe Batchelder; Etienne Pesseley; Marguerite Pesseley; Perrette Pesseley; Jeanne Pesseley et 5 autres
Sœur de Nicolas Bayol
Demi-sœur de Nicolas Bayol
Managed by: James Fred Patin, Jr.
Last Updated: 24 mai 2018

https://www.findagrave.com/memorial/140113833/barbe-lefebvre#source:

Barbe Bajolet Lefebvre
BIRTH 22 May 1608
Piney, Departement de l'Aube, Champagne-Ardenne, France
DEATH 1683 (aged 74–75)
Port Royal, Annapolis County, Nova Scotia, Canada
BURIAL
Garrison Graveyard
Annapolis Royal, Annapolis County, Nova Scotia, Canada
MEMORIAL ID 140113833 · View Source

https://www.wikitree.com/wiki/Bajolet-1:

Barbe Bajolet was baptised on June 22 1608 at Piney, Champagne, France. [2] She was the daughter of Antoine Bajolet and Jeanne Baudinet.[1]

Around 1629 she married Isaac Pesseley, in France. Between about 1630 and 1645, the couple had eight children: Etienne, Marguerite, Perrette, Jeanne, Charlotte, Henriette, Gilles, and Marie. Etienne, Marguerite and Perrette were baptised at Piney (Champagne) France.[1]

Barbe married again at St-Barthélemy de La Rochelle, France on January 10 1647. Her spouse was Martin Lefebvre de Montespy. They had two children, both baptised at St-Jean-de-La-Rochelle: Louise (b. 29 Oct 1647) and Marie-Anne (born. 10 Oct 1649; baptised 18 april 1650).[1]

Her third marriage took place on October 17 1654, at St-Jean de La Rochelle, Aunis, France. Her husband was Savinien de Courpon, widower of Olive de Laubaure. No children were recorded from this marriage[1]

DNA. The Mothers of Acadia Maternal DNA project is conducting ongoing research to verify their origins. In 2010, Stephen White reported Barbe Bajolet had an X2b haplogroup. I don't know the details re how many of her descendants were tested to support this report. Lucie Leblanc Constantino reported one result here, interpreting the result as of European origin. Ongoing test results are also reported [ here]. As of July 2016, 7 descendants have reported a haplogroup X, of which three have a full sequence test, refining the haplogroup to X2b7. Most of the time, X haplogroup indicates European origins. Acadian haplogroup X belongs in Native American haplogroup X when mutations 8913G, 12397G, and 14502C are present. To date, these mutations are not found in the reported results.

What month was Barbe Bajolet baptized?

Every reference cited indicates that she was baptized on May 22, 1608. However, examination of the actual parish register shows that the baptism took place in June.


http://s618661786.websitehome.co.uk/pitretrail/myline/paternal/IPesseley.htm:
Notes for Barbe Bajolet:

- Barbe Bajolet’s baptism is recorded: “was baptized Barbe, daughter of Antoine Baiole first muleteer to the Queen de Medecis and Jehanne his wife. Godfather Anthoine Contant. Godmothers Barbe, wife of Pierre Paisseley, and Jeanne widow of Jehan Paisseley”

- Second husband Martin Lefebvre was born at St. Symphorien, Reims, France, and died 15 November 1651 at St. Jean du Perrot, La Rochelle, France. They were married 10 January 1647 at St. Barthelemy de La Rochelle, Aunis, France. He was Sieur de Montespy and Secretaire Ordinaire of the Money Chamber of King Louis XIV.

- Third husband Savinien de Courpon was born (unknown), and died Bef. 1661. They were married 17 October 1654 at St. Jean de La Rochelle, Aunis, France. Admiral Savinien de Courpon was in the Caribbean between 1641 and 1648 where he was taken prisoner by the Turks. France arranged his release in exchange for a famous Corsaire who was detained in Marseilles. His wife at the time was the ex-Baronness Savigny. When she went to meet her husband upon his release on the Island of Saint-Martin, she found him in the company of another woman. The jealous wife stabbed him in the neck with a bayonet when he was asleep in a drunken stupor. De Courpon survived the attack and condemned her to be executed. Barbe Bajolet became the second wife of this widower of Nantes who was Captain of a vessel. (He was a retired Admiral of a fleet named 'Des 100 Associés' who transported supplies & goods between France and Acadia). With her third husband and the children of her two preceding marriages, Barbe Bajolet returned to Acadia. Her family settled on a fief which was conceded to them by Charles de la Tour. A few years later, widowed again, thrice-widowed Barbe asked a vessel from Boston to give passage for her and her family to Port-Royal. It would be soon after that her daughter Marie Pesseley would marry Jean Pitre. 
Bajolet, 1ère arrivante Marie Barbe (I1137)
 
8
Ne pas confondre avec Marie-Barbe Bajolet (RIN: 1137) épouse de Isaac Pesseley 
Bajolet (PetitPas), 1ère arrivante. Barbe (I3358)
 
9
Veuve de Jacques Guyet et en 1663 elle est nommée Étiennette Boullay. Une plaque commémorative est apposée dans l'église Notre-Dame à St-Cosme-en-Varais. 
Boulay ou Boullay, Antoinette ou Étiennette (I783)
 
10 1er arrivant. Première mention au pays: 1682
PRDH: 4866
http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Bigras_Francois&pid=39849:
BIGRAS / BIGREAU / FAUVEL, François 240379
Statut Marié
Date de baptême 08-09-1665
Lieu d'origine La Rochelle (St-Nicolas) (Charente-Maritime) 17300
Parents Mathurin Bigras ou Bigreau et Catherine Parenteau
Métier du père Portefaix
Date de mariage des parents 19-09-1660
Lieu de mariage des parents La Rochelle (St-Nicolas) (17300)
Première mention au pays 1682
Occupation à l'arrivée Engagé de Louis Moreau
Date de mariage 31-08-1693
Lieu du mariage Montréal (Notre-Dame)
Conjoint Marie Brunet
Décès ou inhumation Montréal, 26-07-1731
Remarques Sa mère Catherine Parenteau, b. le 18-12-1633 à La Rochelle (Ste-Marguerite). Son père Mathurin Bigras est décédé à 45 ans, le 03 et inhumé le 04-03-1678 à La Rochelle (St-Nicolas). Frères et soeurs baptisés à La Rochelle (St-Nicolas) : Catherine-1, née en 1661 et inhumée le 17-09-1661 ; Catherine-2, b. le 16-09-1662 ; Marguerite, b. le 30-09-1663 ; Pierre, né en 1667 et inhumé le 19-08-1671 ; François(e), b. le 08-09-1665 ; Mathurin, b. le 14-07-1669 et inhumé le 14-04-1676 ; Marie, b. le 28-05-1671 ; Anne, née le 09-06-1673 et b. le 28-06-1673. Ses grands-parents paternels sont François Bigras, saunier et laboureur, et Jacquette Cholet, décédée à 70 ans le 12 et inhumée le 13-09-1676 à La Rochelle (ND-de-Cougnes). Ses grands-parents maternels, Antoine Parenteau et Anne Brisson, se sont mariés le 23-01-1633 à La Rochelle (St-Barthélemy).
Identification* DGFQ, p. 101
Chercheur(s) Jean-François Paboul ; Archange Godbout ; Lise Dandonneau
Référence* AG-LAR, p. 24
Copie d'acte AD-17 numérisé
Date de modification 2010-10-04 
Bigras dit Fauvel, 1er arrivant François (I528)
 
11 1ère communion: 1890-01-29 à l'église St-Pierre, Plattsburgh

Décès: https://www.genealogiequebec.com/membership/fr/deces
Morte d'insuffisance cardiaque ou d'un infarctus. 
Lefebvre, Rose Anna (I9)
 
12 A marié Françoise Commeaux le 27 juillet 1712 Boudreau, Joseph (I1303)
 
13 Arpenteur royal. Guion (Dion), Jacques Guyon (I2575)
 
14 Arrivé avec sa femme et ses 4 fils le 23 sept 1646 à bord du navire Le Cardinal, en partance de LaRochelle. Maître à bord: Pre Legardeur de Repentigny.

http://www.naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/engages/engagesTouVal.html#trottierjules :

(…), de St-Martin d’Igé, ar. Mortagne, Perche (Orne); s 10-05-1655 Trois-Rivières (64 ans); engagé La Rochelle 04-07-1646, passe un bail en juillet avec Pierre LEGARDEUR; 55 ans arrivé 23-09-1646 Québec avec sa femme et leur quatre fils : Antoine, Gilles, Julien et Pierre, un cinquième naît en mer Jean-Baptiste; embarqué sur le Cardinal; charpentier de grosses œuvres et laboureur à bœufs à Chemilly près Bellême en 1646; occupe une terre à Trois-Rivières en 1650; ne sait pas signer; m vers 1625 Igé, Perche (Orne) avec Catherine LOISEAU; famille établie à Trois-Rivières; 6 enfants. (CI : 169 ; DGFQ : 1091)

https://www.geni.com/projects/Passagers-du-Cardinal-1646/38612 :
Détails particuliers de cette traversée ~ Details of this voyage
Capitaine : Jean Pointel
Propriétaire : Pierre Legardeur (?)
Armateur : Les Habitants de la Nouvelle-France
Passagers: Plus de 20
Navire de 300 tonnes
Départ de La Rochelle en 1646. Arrive à Québec le 23 septembre 1646. Repart vers la France le 31 octobre.

Événement de la traversée

Liste des passagers ~ Passenger List
Famille Trottier

Gilles Trottier (père)
Catherine Loiseau (mère)
Antoine Trottier (enfant)
Gilles Trottier (enfant)
Julien Trottier (enfant)
Pierre Trottier (enfant)
Jean-Baptiste Trottier est né en mer.
Passagers possiblement sur ce navire

BOURSIER dit Desforges, Joseph
DESCHAMPS, Pierre
DOUCET, ...
DOUCET, Jean
DROUILLAR, Charles
ÉNARD, Gilles
GABOURY, Simon
GOÜAULT, Gaspard
GUYET, Jean
LAUBINIÈRE de Courtenay, …
QUENTIN, Claude
TOURMENTE, Pierre
Sources
Navires venus en Nouvelle-France, 1635-36

http://www.perche-quebec.com/files/perche/individus/trottier-jules.htm:
Jules Trottier (~ 1590 Perche - 1655 Trois-Rivières)
Catherine Loiseau (~ 1603 Perche - 1656 Trois-Rivières)
Les dépouillements des registres paroissiaux de la région du Perche effectués en 2003, 2004 et 2005 par le Programme de Recherche sur l'Emigration des Français en Nouvelle-France (PREFEN) ont révélé de nouveaux éléments sur la biographie de la famille Trottier/Loiseau. Ainsi on apprend que Jules Trottier et Catherine Loiseau se seraient épousés à Mamers (Sarthe, France) avant 1628 et qu'en 1644 le couple résidait à Vaunoise, une commune du Perche située dans le département de l'Orne en région Normandie (France).
± Selon de nombreuses sources, la famille Trottier serait originaire d'Igé [N.D.R. commune du Perche située dans le département de l'Orne]. Cependant, le 9 novembre 1632 à Chemilli, Catherine Loiseau est marraine de Mathurine Leconte: l'acte de baptême révèle qu'elle est mariée à Jules Trottier et qu'elle demeure à Mamers. précisent les chercheurs du PREFEN dans leur notice sur la famille Trottier.
Le couple aura six enfants dont quatre migreront vers la Nouvelle-France en 1646. Leur unique fille Sainte, baptisée à Mamers le 11 septembre 1633, n’est pas venue en Nouvelle-France, elle a dû décéder en bas-âge. Le cadet, Jean-Baptiste, est né en juillet 1646 au cours de la traversée de l'Atlantique entre la Rochelle et Québec. Le navire Le Cardinal, de 300 tonneaux, lève l’ancre le 17 juillet. Le navire est commandé par Pierre Legardeur, amiral de la flotte, et par le maître Jean Pointel. La flotte comprend 3 autres navires : Le Saint-Sauveur, Le Notre-Dame et Le Petit-Saint-Christophe. Le Cardinal accoste à Québec le 23 septembre 1646.

Suite aux invasions des Iroquois, la famille Trottier reste peu de temps à la métairie de Port Neuf. En 1648, ils sont à Trois-Rivières. En 1652, ils s’établissent au Cap-de-la-Madeleine. Jules Trottier est inhumé à Trois-Rivières le 10 mai 1655. Catherine Loiseau le rejoint quelques mois plus tard, le 28 janvier 1656. 
Trottier, 1er arrivant Gilles "Jules" 23 sep 1646 sur le navire Le Cardinal (I439)
 
15 Arrivée avec son mari et ses 4 fils le 23 sept 1646 à bord du navire Le Cardinal, en partance de LaRochelle. Maître à bord: Pre Legardeur de Repentigny.

http://www.naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/autrespassagers/autrespassagersLeveLy.html#loiseaucatherine

(…), d’Igé, ar. Mortagne, Perche (Orne); s 28-01-1656 Trois-Rivières (60 ans); selon Trudel, 43 ans du Perche, arrivée 23-09-1646 Québec avec son mari et leurs quatre fils : Antoine, Gilles, Julien et Pierre; accouche d’un fils Jean-Baptiste en mer en juillet 1646; embarquée sur le Cardinal; m vers 1625 Igé, Perche (Orne) avec Jules TROTTIER; famille établie à Trois-Rivières; 6 enfants. (CI : 169; DGFQ : 1091)


https://www.geni.com/projects/Passagers-du-Cardinal-1646/38612 :

Détails particuliers de cette traversée ~ Details of this voyage
Capitaine : Jean Pointel
Propriétaire : Pierre Legardeur (?)
Armateur : Les Habitants de la Nouvelle-France
Passagers: Plus de 20
Navire de 300 tonnes
Départ de La Rochelle en 1646. Arrive à Québec le 23 septembre 1646. Repart vers la France le 31 octobre.

Événement de la traversée

Liste des passagers ~ Passenger List
Famille Trottier

Gilles Trottier (père)
Catherine Loiseau (mère)
Antoine Trottier (enfant)
Gilles Trottier (enfant)
Julien Trottier (enfant)
Pierre Trottier (enfant)
Jean-Baptiste Trottier est né en mer.
Passagers possiblement sur ce navire

BOURSIER dit Desforges, Joseph
DESCHAMPS, Pierre
DOUCET, ...
DOUCET, Jean
DROUILLAR, Charles
ÉNARD, Gilles
GABOURY, Simon
GOÜAULT, Gaspard
GUYET, Jean
LAUBINIÈRE de Courtenay, …
QUENTIN, Claude
TOURMENTE, Pierre
Sources
Navires venus en Nouvelle-France, 1635-36 
Loiseau, 1ere arrivante Catherine 23 sept 1646 sur le navire Le Cardinal (I440)
 
16 Boulanger. Gervais, Pierre (I381)
 
17 Boulanger. Il était décédé lors du premier mariage de Aurélie. Montray, Clément (I133)
 
18 Connue aussi sous le nom de Paillard Saillard, Catherine (I382)
 
19 Cordonnier
Mariage Consanguin au deuxième degré (cousins germains).
Leurs grands-parents communs étaient Louis Perreault (PRDH: 234749) et Agathe Laporte St-George (PRDH:234750)
Leur premier enfant, Marie-Alphonsine est née hors mariage, baptisée de parents inconnus.
Ils l'ont reconnue dans l'acte de mariage.

Parrain: Joachim Chartrand
Marraine: Marie-Anne Desrosiers. 
Perreault, Pierre (I76)
 
20 Couple sans enfant. Binaudière, Marguerite (I2581)
 
21 Cultivateur
Parrain: Geoffroy Lefebvre
Marraine: Marie-Anne Lefebvre femme de Jacques 
Lefebvre, Joseph (I125)
 
22 Cultivateur Trudeau, Jean-Louis (I113)
 
23 Cultivateur. Grinier, Charles (I135)
 
24 Dans l'acte de décès, il est écrit: ±enfant imbécille Jacques, Augustin (I834)
 
25 DCD à l'âge de 15 mois, ce qui mettrait la naissance en juillet 1942...et non pas en juillet 1840 comme Joseph né le 22 juillet 1840. S'agit-il du même enfant? Lefebvre, Joseph Emmé (I100)
 
26 Décédée le lendemain du décès de sa mère, Anne Ménard. Même document de décès. Brunet dit Belhumeur, Marie Josephe (I2038)
 
27 Dispense de 3 bans de mariage. Naissance du premier enfant 3 mois plus tard. Famille F118
 
28 Elle était décédée lors du mariage de Jean-Baptiste Moulinneuf, Angélique (I179)
 
29 Elle était institutrice et a pu signer à son mariage.
Parrain: Charles Verner qui a pu signer.
Marraine: Suzanne Cl...(illisible). 
Baret, Sophie (I32)
 
30 Elle était institutrice et a pu signer à son mariage.
Parrain: Charles Verner qui a pu signer.
Marraine: Suzanne Cl...(illisible). 
Baret, Sophie (I166)
 
31 Enfant née 3 mois après le mariage Ratier, Marie Françoise (I1099)
 
32 Enfant née hors mariage mais reconnue lors du mariage des parents.
Index FS: 117/150 Église St-Antoine de Lavaltrie
Feuillet 70 de l'année 1860: Illégitime M-Alphonsine 
Perreault, Marie-Alphonsine (I78)
 
33 Farinier. Bonin (Bounin), Nicolas (I2646)
 
34 Fille à marier.

http://www.migrations.fr/FILLE_A_MARIER/FILLEAMARIER.htm#C0

http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Charlot_%28Marguerite%29 :
Née vers 1626 ou 1632 dans la paroisse Saint-Jean-en-Grèves de Paris (France).
Arrive en Nouvelle-France vers 1647.
Mère de la lignée Loisel/Charlot d'Amérique.
Épouse Louis Loisel à Ville-Marie (Montréal) le 13 janvier 1648 ; de cette union sont issus Jeanne Loisel (mariée à Jean Beauchamps), Françoise Loisel (mariée à François Pilet), Joseph Loisel (marié à Jeanne Langlois) et Barbe Loisel (mariée à Pierre Roussel).
Décès en 1706 (3 octobre) à Pointe-aux-Trembles (Montréal).
En 1729, elle avait 322 descendants.

Crédits -

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal-1983).
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presses de l'Université de Montréal, 1987).
Pour le Christ et le Roy - La vie au temps des premiers Montréalais (sous la direction de Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992)

http://naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/autrespassagers/autrespassagersChampiChart.html#retourautrespassagersChampiChart:
(François et Barbe GIRARDEAU), de St-Jean-en-Grève de Paris, Île-de-France; s 03-10-1706 Pointe-aux-Trembles (94 ans); selon Trudel, 16 ans de Paris, arrivée en 1647; 35 ans aux rec. 66 et 67; 57 ans au rec. 81; m 13-01-1648 Montréal avec Louis LOISEL; famille établie à Montréal; 8 enfants. (CI : 191; DGFQ : 740)

Voir aussi: http://naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/immigrants/immigrants1647.html#margueritecharlot 
Charlot, 1ere arrivante Marguerite Vers 1647. Navire inconnu. (I490)
 
35 Fille à marier: http://www.migrations.fr/FILLE_A_MARIER/FILLEAMARIER.htm :

BÉNARD (BESNARD) Françoise Parents:
Pierre et Catherine RIVERIN


Naissance:
Ca 1637 Vouvray-sur-Loir 72 France

Décès :

6 février1707 Montréal
Acte de sépulture

M1-JANOT dit Lachapelle Marin
Fils de Robert et Jeanne de Piennes
CM: 01.05.1655 Montréal
30/08/1655 Montréal


M2-BOUCHARD Guillaume
N: Neufchâtel-sur-Aisne 02 France
Fils de Laurent et de Nicole Bourguignon
20 juillet 1665 N.D. de Montréal



Voir acte de mariage

Elle est arrivée en Nouvelle-France en 1654.
Le 19 novembre 1661, Étienne Bouchard est agressé physiquement sur la voie publique par Françoise Bénard. Poursuivie en justice, elle est condamnée le 29 octobre 1661 à verser 25 livres au chirurgien ainsi qu'à l'Église.
Le mari de Françoise Bénard, Marin Janot dit Lachapelle, souscrivait à cette assurance en vertu de laquelle tout colon qui versait 100 sous par an à Étienne Bouchard pouvait, ainsi que sa famille, se faire soigner sans frais.

Marin JANOT est maître-charpentier. Il est arrivé le 16/11/1653 Montréal.
N: La Chapelle-Monthodon 02 France
D: Noyé le 20 juillet 1664 et sépulture le 25 à Trois-Rivières où son corps a été
trouvé

Enfants avec JANOT dit Lachapelle Marin:
Cécile: Ca 1655 D: 25 janvier 1729 S: le 27 Montréal (Qc)
M: 17 novembre 1670 Montréal avec André Carrière
Françoise: B: 21 janvier 1658 Montréal D: 14 juin 1739
S: le 16 Pointe-aux-Trembles.
M: 6 août 1674 Montréal avec Antoine Bazinet dit Tourblanche
Pierre: B: 27 mars 1660 Montréal, D: 1er juillet 1725
S: le 2 Pointe-aux-Trembles,
M: 31 janvier 1684 Montréal avec Pétronille Tessier
Robert: B: 29 mai 1662 Montréal D: 14 octobre 1723 Montréal
M: 26 janvier 1693 Pointe-aux-Trembles avec Anne-Thérèse Langlois

Bouchard Guillaume est cité le 25 octobre 1693 à l'Hôtel-Dieu de Québec
Il est âgé de 46 ans.

Enfant avec Bouchard Guillaume :
Marie: B: 20 avril 1667 Montréal M: 18 novembre 1686 Montréal avec
Jean-Baptiste Griveault 
Besnard, 1ere arrivante Françoise (I228)
 
36 Fille du Roy. De Normandie.
http://www.migrations.fr/NAVIRES_DIEPPE/stlouis_dieppe1667.htm :
Départ de Dieppe: le 10 juin 1667
Arrivée à Québec : 25 septembre 1667

2 mariages:
1: Mathieu Bruent en 1667
2. Yves--Luc Lucas dit St-Venan. Avant 1722, à Lachine. Aucun enfant

BLANCHARD Marie
50 livres de dot
Fille de Jean et Martine Lebas de la paroisse St Nicaise de la ville de Rouen, 76000; Seine-Maritime; Haute-Normandie.
Née le 15/01/1647 paroisse Saint-Nicaise Rouen
Inhumée le 29 juillet 1722 à Lachine Acte de sépulture
Âgée d’environ 75 ans.

2 mariages:
1) BRUNET Michel Mathieu dit Létang, Habitant Laboureur
Fils de Jacques et Jacqueline Rercheine ou Prohuie de Tourouvre, 61190; Orne; Basse-Normandie. (Perche) ou de la paroisse St
Jean de la commune de Rai; 61270; Orne; Basse Normandie. (Perche)
Né vers 1638 décédé le 17/12/1708
Contrat de mariage 14/04/1679? (Adhémar) à Québec.
Mariage le 10/11/1667 à Québec Voir acte de mariage

Au recensement de 1681, à Champlain; Mathieu est dit avoir 43 ans; Marie Blanchard son épouse, 34 ans. Ils ont alors 9 enfants; Michel, 13 ans; Jeanne, 11 ans; Marie-Anne, 9ans; Jean, 8 ans; Pierre, 6 ans; Marie, 4 ans; Catherine, 3 ans; Jacob, 1 ans; Catherine, 3 mois. Le couple possède une vache et vingt-et-un arpents de terre en valeur.

Ménage établi à Champlain, 10 enfants.

BRUNET Michel

ca ../../1668

30/03/1750 Pointe-Claire

|___x MOISAN Marie-Madeleine
x 07/10/1692 Montréal

17/03/1675 Montréal

03/02/1713 Montréal

|___xx EMEREAU Anne-Élisabeth
xx 10/07/1713 Montréal

27/02/1686 La Prairie

19/06/1753 Pierrefonds

BRUNET Jeanne

../../1670


|___xHUARD François
x 12/04/1684 Champlain

01/05/1649 Amboise (37)

24/08/1722 Québec

BRUNET Marie-Anne

../../1672

06/11/1747 Pointe-Claire

|___x GODIN Laurent Sieur de Beauséjour
x 26/06/1719 Pointe-Claire

10/08/1655 Montréal

01/05/1737 Montréal

BRUNET Jean

03/01/1674 Cap-de-la-Madeleine

24/03/1723 Pointe-Claire

|___x PERRIER Marie
x 19/10/1694 Lachine

21/08/1670 Beauport

05/12/1740 Montréal

BRUNET Pierre

13/02/1676 Cap-de-la-Madeleine


BRUNET-L'ESTANG Marie, N° 503

25/10/1677 Cap-de-la-Madeleine

12/01/1756 Pierrefonds

|___x BIGRAS-FAUVEL François, N° 502
x 31/08/1693 Montréal

08/09/1665 La Rochelle (17)


BRUNET Jacques

30/07/1680 Champlain

01/12/1708 Montréal

|___x VERRET Jeanne
x 14/11/1701 Lachine

27/12/1675 Saint-Bernard


BRUNET Catherine

05/11/1681 Champlain


|___x LEVRON Joseph
x 26/01/1750 Kingston

ca ../../1691 Port-Royal (Acadie)

BRUNET Marguerite
19/08/1683 Champlain
03/08/1699 Lachine

BRUNET Mathieu
17/09/1688 Montréal
07/11/1706 Montréal

2)LUCAS Yves-Luc dit St Venan Maitre Tonnelier
fils de François et Marie-Madeleine Beaudoin
Né vers 1666 décédé le 03/05/1726

Mariage avant 1722 à Lachine
Aucun enfant

Sources: Yves Landry "Les Filles du roi au XVIIè siècle" ; Recensement de 1681 en Nouvelle-France, référant au chapitre IV du livre Histoire des Canadiens-Français de Benjamin Sulte, compilé par Jean-Guy Sénécal (senecal@gel.ulaval.ca) le 17 mars 1998.; Généalogie Jocelyne Nicol-Quillivic ;


http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Blanchard_Marie&pid=8532 :

ID No: 8532
Prénom: Marie
Nom: Blanchard
Sexe: F
Occupation: Fille du Roi
Baptême: 15 janvier 1647
Paroisse/ville: St-Nicaise, Rouen, Seine-Maritime
Pays: France
Bapt./Source: Baptême le 15 janvier 1647. Source: FichierOrigine
Inh.: 29 juillet 1722 - âge: 75
Paroisse/ville: Lachine, Montreal
Pays: Canada
Inh./Source: s 29 juillet 1722
Information, autres enfants, notes, etc.
(CT 04-04-1679 Adhémar) avec Mathieu Brunet

Fille de Jean et Martine Lebas

Arrivée en 1667, apportant des biens estimés à 50 livres

SANS POSTÉRITÉ avec Yves Lucas



Famille Brunet-Letang/Blanchard au complet (10 enfants) vérifiée 
Blanchard, 1ere arrivante Marie (I543)
 
37 Habitait au 69 Bienville à la naissance
Habitait au 110 rue Boyer à son décès (3ans et 7 mois)

Parrain: J.B.Herménégilde. Jeannotte (père de Agénor)
Marraine: Élodie Brodeur (2e épouse de Herménégilde)

Enterré le 1912-08-30. Cercueil no 1429. Lot no N. 2477 
Jeannotte, Louis (I11)
 
38 http://cnl-gla.ca/lapierre-amerique/individual.php?pid=I380&ged=genealogiedeslapierredamerique

http://mwlandry.ca/genealog/familygroup.php?familyID=F2352&tree=05

http://www.acadian-cajun.com/1671a.htm 
Hébert, 1er arrivant Acadie Antoine (I1274)
 
39 http://forum.autochtones.ca/viewtopic.php?f=2&t=2160 :

GAUTHEROT, François, et Edmée LE JEUNE


François Gautherot naquit en France en 1612', probablement dans la province de Touraine. Il vint en Acadie en 1632, avec le commandeur de Razilly (voir l'Acadie des origines, p. 37-40).
" En 1636, à La Hève, François épouse Edmée Lejeune, qui n'est âgée que de 13 ans. Durant les premières années de la colonie, en Acadie, les filles à marier sont très rares et elles se marient très jeunes. Edmée lejeune était née en 1623 en Acadie, probablement au village Micmac établi près du premier fort de Port-Royal. Son père, venu en Acadie en 1611 avec Poutrincourt et Biencourt, avait épousé une indienne de la tribu abénaquise des Micmacs (voir la notice sur la famille Lejeune).
En 1636, Charles de Menou d'Aulnay, devenu gouverneur de l'Acadie après la mort du commandeur Isaac de Razilly, transporte la colonie de La Hève à Port-Royal, choisissant un nouveau site, sur la rive sud du bassin de Port-Royal, à l'embouchure de la rivière Dauphin (voir l'Acadie des origines, p. 45-49). L'année suivante, une fille, Marie, naît aux époux Gautherot, suivie, en 1638, par un fils, Charles. De 1638 à 1646, nous ne connaissons aucun enfant à François et à Edmée. Il est bien probable qu'ils eurent deux ou trois enfants durant cette période, mais comme les registres de Port-Royal pour 'cette période ont été perdus et que notre seule source de renseignements est le recensement de 1671, nous n'en trouvons aucune trace: ils ont dû mourir en bas âge: la mortalité infantile étant assez élevée à cette époque.
En 1646, une fille, nommée également Marie (ou parfois Anne-Marie), vient augmenter la famille; puis, en 1648, un second fils, appelé Jehan. En 1652, un couple de jumeaux, François et Renée, compléteront la demi-douzaine d'enfants vivants.
À part quelques appels aux armes auxquels François Gautherot doit répondre pour défendre Port-Royal attaqué par les Anglais, il passe l'été à cultiver son lopin de terre, À la fin de l'automne et en hiver, il se livre à la chasse, en compagnie des Micmacs, cousins de sa femme: ses fils deviendront presque tous coureurs de bois.
En 1656, deux ans après la prise de Port-Royal par les Anglais, la fille aînée de François, Marie, épouse Jean Potet, dit
La Fortune, Suisse de Lucerne.

http://www2.umoncton.ca/cfdocs/cea/livr ... 31&cform=T
chune 
Gaudreau (Goutherot), 1er arrivant François Vers 1632 (I3480)
 
40 http://forum.autochtones.ca/viewtopic.php?f=29&t=1884:


Jean Pitre
Son nom était probablement Jehan Pieter. Pour acceptation sociale ou par déformation il serait devenu Jean Pitre. Né vers 1636, ce pionnier est le premier ancêtre portant notre nom de famille qui a mis les pieds sur le continent nord-américain. Il est l'auteur de plusieurs des Pitre, Lepitre, Pieters, Pieter, Pietre, Peters, Peter, Peete, de l'Acadie, du Québec, du Canada et des État-Unis
Le premier indice que l'on retrouve de notre ancêtre est au recensement de 1671 à Port-Royal, Acadie. Son métier était taillandier et il consistait à la fabrication d'outils et fers tranchants utilisés par les cultivateurs.
Jean Pitre était flamand d'après son petit-fils Claude Pitre qui fit cette déclaration après sa déportation à Belle-Île-en-Mer, France en 1767.
Cependant, dans son Dictionnaire généalogique des familles acadiennes Stephen White mentionne également l'avis du Père Clarence d'Entremont (généalogiste) qu'il était probablement anglais , d'après An account of the Customs and Manners of the Micmakis and Maricheets..., où il est dit que Peters, un forgeron en Angleterre.... était d'origine anglaise. . D'ailleurs, il y avait une population d'émigrés flamands en Angleterre à cette époque.

Plusieurs hypothèses peuvent être amenées sur l'arrivée de Jean Pitre en Acadie. Il est spéculé qu'il est arrivé avec l'expédition anglaise du Colonel ThomasTemple le 1er mai 1657.
Aucune liste des pionniers de cette expédition n'a été retracée cependant son arrivée coïncide avec l'apparition de notre ancêtre Jean Pitre en Acadie.
D'un autre côté, Léopold Lanctôt suggère que Jean Pitre soit arrivé en premier lieu comme pionnier des colonies hollandaises de Fort Orange (maintenant Albany, N.Y.) ou Nouvelle Amsterdam (maintenant New York, N.Y.). Lorsque la Bretagne a pris possession des colonies hollandaises, le gouverneur Temple aurait recruté des hollandais pour s'établir en Acadie.
Une autre histoire racontée sur les origines de Jean Pitre a été publiée dans le livre "The History of St. Anthony's Parish 1803-1980" sur les descendants de Jean Pitre à l'Île du Prince Edouard, dont la plupart ont pris le nom Peters. Ce compte-rendu suggère qu'il est arrivé à Permambuco au Brésil. Il se serait échappé des guerres hollandaises en Amérique du Sud en prenant un navire en direction de l'Acadie.
Encore une autre source nous mentione un nommé Peter (peut-être le père de Jean Pitre ?) qui arriva durant l'occupation écossaise de 1621 à 1632. Cette histoire vue dans le livre The Acadian Miracle de DJ Leblanc, soutient que Peter aurait francisé son nom à Pitre et demeura en Acadie lorsque les Français reprennent possession en 1632.
Malheureusement, ce ne sont que des théories et spéculations, et nous ne savons vraiment pas comment et quand Jean Pitre est arrivé en Acadie. Il aurait pu arrivé dans son enfance en compagnie de ses parents ou même né en Acadie de parents émigrés plus tôt puisqu'il existe très peu de documents archivés des années 1600.
Nous le retrouvons en Acadie vers 1665 Port-Royal où siège aujourd'hui la ville d'Annapolis Royal en Nouvelle Écosse. Il aurait épousé Marie Pesseley cette année puisque l'année suivante, leur première enfant Marie est née.
En 1671, l'Acadie est de nouveau une terre française et la population atteint 500 habitants. Au premier recensement en Acadie, nous pouvons noter l'information suivante sur notre ancêtre:
Jean PITRE
taillandier, 35, femme Marie Pesseley; Enfants: Claude 9 mois et 2 filles, Marie âgée de 5 ans et Catherine 3 ans; bétail 1, aucune terre labourée.
Ce premier recensement voit notre ancêtre avec sa jeune famille. A cette époque, il ne possède aucune terre labourée et devra donc se concentrer sur ses aptitudes de forgeron pour subvenir aux besoins de sa famille. En 1678, sa famille grandit et il posséde deux acres de terres labourées et un bétail de plus pour les nourrir.
C'est du cinquième fils François que notre lignée des Pitre se poursuit. François est énuméré au recensement de 1686 à l'âge de 4 ans.
RECENSEMENT 1678
Jean Pitre & Marie Pesselet
2 acres & 2 bétails
4 garçons: 10 1668 Claude; 5 1673 Marc; 3 1675 (fils); 1 1677 Pierre
2 filles: 14 1664 Marie; 11 1667 Catherine;
RECENSEMENT 1686
Jean PITRE âge 61; Marie PESELET âge 45
Claude âge 16; Marc âge 12; Pierre âge 9; Jean âge 6; François âge 4; fille (Marguerite) âge 2; fille (Jeanne) 1 mois

En 1689, la guerre est déclarée entre la France et l'Angleterre. Les Bostoniens en profitent pour tenter une nouvelle invasion de l'Acadie.
Admiral Phipps arrive à Port Royal en 1690 avec 700 soldats anglais. Le fort est défendu par 70 soldats français qui doivent capituler.
http://www.chezsurette.com/index.html

http://www.chezsurette.com/index.htmlLes habitants de Port Royal et Des Mines, sont enfermés dans l'église et sous menace du feu, ils sont forcés à prêter serment de fidélité à la Couronne d'Angleterre. Toutefois, ils refusent de s'armer contre leurs compatriotes français.
Malgré la signature de la déclaration, pendant douze jours les américains détruisent l'Acadie. L'église et le presbytère sont rasés. Le bétail est détruit, les maisons sont pillés et 28 sont brûlés. Les pionniers sont dans une situation tragique et vont s'établir à Jemseg sur la rivière St-Jean.
"Signing of the Oath" Peinture de Nelson Surette
Notre ancêtre pionnier Jean Pitre est décédé à Port Royal quelques temps avant 1693 vers l'âge de 55 ans. Nous n'en connaissons pas l'histoire mais toutes ces misères auraient sûrement contribué envers son décès. Il laisse sa femme et neuf enfants dans la peine et la misère. Jeanne, la plus jeune, n'a que cinq ans.


LES ENFANTS DE JEAN PITRE DIT BENEQUE et MARIE PESSELET
1. Marie PITRE née en 1666 à Port-Royal, elle épouse François Amirault en 1683
2. Catherine PITRE née en 1668 à Port-Royal, elle épouse Claude Bertrand en 1685 décédée avant le 17 janvier 1722
3. Claude PITRE né en fév. 1671 à Port-Royal, il épouse 1. vers 1696 Marie Comeau (Pierre l'aîné & Jeanne Bourg) 2. le 17 fév. 1710 à Port Royal Anne HENRY (Robert & Marie-Madeleine Godin) décédé au recensement de 1752 (Jan. 1)
4. Marc PITRE né en 1673 à Port-Royal, il épouse en 1693 Jeanne BRUN (Sébastien & Huguette Bourg)
5. son PITRE né en 1675 à Port-Royal
6. Jean PITRE né en 1680 à Port-Royal il épouse en 1698 Françoise BABIN (Antoine & Marie Mercier)
7. François PITRE né en 1682 à Port-Royal (dit NORDEST) il épouse le 27 juillet 1705 Anne PRÉJEAN (Jean & Andrée Savoie) décédé le 5 décembre 1725 à Port Royal
8. Marguerite PITRE née en 1683 à Port Royal, elle épouse 1701 Abraham COMEAU (Pierre l'aîné & Jeanne Bourg) décédée le 12 juillet 1747
9. Jeanne PITRE née en décembre 1685 à Port Royal, elle épouse en 1701 Jean-Pierre PIAT dit LA BONTÉ
10. Jeanne PITRE née en décembre 1688 à Port Royal


Marie Pesseley
Marie Pesseley aurait épousé Jean Pitre vers 1665 lorsque l'Acadie est occupée par l'Angleterre. Elle avait onze enfants lorsqu'elle perd son époux après vingt ans de marriage.
Selon le recensement de 1686, on lui donne l'âge de 45 ans donc elle serait née vers 1641 probablement en Acadie. Elle est la fille d'Isaac Pesseley et Barbe Bajolet.
Nul doute, qu'une veuve avec neuf enfants n'aurait pas eu la vie facile. Toutefois, elle n'est pas demeurée veuve longtemps puisque au recensement de 1693 on retrouve Marie Pesselet mariée à François Robin. Plusieurs de ses enfants demeurent toujours avec elle dont Claude l'aîné, âgé de 22 ans et notre ancêtre François qui a onze ans.
Dix ans plus tard, au recensement de 1703, Robin et sa femme Marie Pesselet demeurent toujours ensemble sauf qu'ils sont seuls, les enfants ne sont plus au foyer. On retrouve Marie Pesselet de nouveau au recensement de 1707 où elle est énumérée sous le nom de la Veuve Robin. Sa dernière année puisqu'elle est décédée le 26 décembre 1707 à l'âge de 66 ans.


Colonel Isaac Pesseley
Selon le Père Godbout le père de Marie : ‘Isaac Pesseley du Comté Français de Champagne, est le premier époux de Barbe. Isaac Pesseley, Marchand de Piney, à trois lieues de Troyes dans le comté de Champagne, épouse Barbe Bajolet, née du même comté, fille d'Antoine Bajolet (premier Muletier de la Reine Marie de Médicis) et de Jeanne Beaudinet'
Isaac Pesseley et Barbe Bajolet se seraient mariés vers 1629 puisqu'en octobre 1630 ils baptisent leur premier enfant Étienne. En 1633, on trouve la naissance de Marguerite; et puis en 1634 celle de Perrette.
C'est sous la gouverne du Sieur d'Aulnay, en 1636 que le St-Jehan arrive. Il est le premier vaisseau qui transporte des familles complètes avec des femmes et enfants vers l'Acadie. Seul Isaac Pesseley est sur la liste des pionners qui débarqueront à Port-Royal.
Rien ne semble confirmer de quelle façon sa famille arrive en Acadie. Toutefois, Isaac est nommé Major de Port-Royal, et ensuite Colonel qui lui donne une fonction défensive.
On nous dit qu'Isaac Pesseley était un associé du Sieur de Rasilly qui décède en 1635 pour être remplacé par le Sieur d'Aulnay. Notre ancêtre Isaac Pesseley a été tué durant cette bataille de trois jours entre les Lieutenants Gouverneurs Sieur D'Aulnay et Charles Latour du 15 au 18 avril 1645 au Fort


https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Pitre_Jean-Beneque&pid=83809:

Information, autres enfants, notes, etc.
Selon la déclaration à Belle-île-en-Mer de Claude Pitre, l'ancêtre des Pitre de l'Acadie était d'origine flamande.
Cependant, le Père Clarence d'Entremont est d'avis qu'il est plus probable qu'il fût anglais en se rapportant à "An Account of the Customs and Manners of the Micmakis and Maricheets... London 1758, p. 105" ou il est dit que PETERS, un forgeron d'Angleterre, était d'origine anglaise
S.A. White p.1319
ex 914

http://s618661786.websitehome.co.uk/pitretrail/myline/paternal/IPesseley.htm:

1er mariage:
+Jean Pitre b: Abt. 1636; m: Abt. 1665 Port Royal, Acadia; d: Abt. 1689 Port Royal, Acadia
*2nd Husband of Marie Pesseley:
+Francois Robin b: Abt. 1643; m: Abt. 1690 Port Royal, Acadia; d: 18 October 1706 Port Royal, Acadia; burial: 19 October 1706 St. Jean Baptiste, Port Royal

http://www.pitretrail.com/:
Jean Pitre & Marie Pesseley



Jean Pitre appeared in only the 1671, 1678 and 1686 censuses at Port Royal, Acadia. He is reported as being 35 in the first census which would put his birth at around 1636. His wife was Marie Pesseley, born c1645, the youngest child of Isaac Pesseley and Barbe Bajolet, both French. Going by Marie’s age and the ages of the children in the 1671 census, she and Jean were probably married at Port Royal c1665.

Marie's parents had arrived in Acadia around 30 years earlier, but her mother returned to France after her father was killed on 16 April 1645 in the attack on Fort St. Jean. It is unknown if Marie was born in Acadia or if she was born after her mother had returned to France, but her grandson Claude Marc's declaration at Belle-Ile-en-Mer claimed Paris as her birthplace. After being widowed twice more, Barbe Bajolet, and certainly her two youngest children Marie Pesseley and Marie Anne Lefebvre, returned to Port Royal in 1661.

Jean Pitre's occupation was listed as taillandier, which translates most closely as an edge-tool maker. He had no land and only one cow in the 1671 census, so the assumption is that he made his living providing sharpened tools for others. By 1678 he had two cows and two arpents of land under cultivation.

The 1686 census listed his growing family of seven children who were still living with them, while the two eldest daughters had married and were settled nearby with their husbands.

With the youngest child Jeanne born c1688, Jean Pitre probably died c1689 at the age of about 53. Widow Marie was only 44 with eight children and quickly remarried to Francois Robin c1690 and together they raised the remaining minor children. The Pitre children married into Amireau, Bertrand, Comeau, Henry, Brun, Babin, Prejean, and Piat.



Family of Jean Pitre & Marie Pesseley

1 Jean Pitre b: Abt. 1636 "d'origine flamande"; d: Abt. 1689 Port Royal, Acadia

+Marie Pesseley b: Abt. 1645 Port Royal, Acadia; m: Abt. 1665 Port Royal, Acadia [Isaac/Barbe Bajolet]; d: 26 December 1707 Port Royal, Acadia

2 Marie Pitre b: Abt. 1666 Port Royal, Acadia; d: Aft. 1726

+Francois Amireau dit Tourangeau b: Abt. 1644; m: Abt. 1683 Port Royal, Acadia; d: Aft. 1726

2 Catherine Pitre b: Abt. 1668 Port Royal, Acadia; d: Bet. 1706 - 1714 Acadia

+Claude Bertrand b: Abt. 1651; m: Abt. 1685 Port Royal, Acadia; d: Abt. 1726 Acadia

2 Claude Pitre b: Abt. February 1671 Port Royal, Acadia; d: Bet. 1729 - 1750 Port Royal, Acadia

+Marie Anne Comeau b: Abt. 1678 Acadia; m: Abt. 1696 Port Royal, Acadia [Pierre/Jeanne Bourg]; d: 9 July 1707 Port Royal, Acadia

*2nd Wife of Claude Pitre:

+Anne (Jeanne) Henry b: Abt. 1688 Mines, Acadia; m: 17 February 1710 Port Royal, Acadia [Robert/Marie Madeleine Godin]; d: 29 November 1757 Hospital general, Quebec

2 Marc Pitre b: Abt. 1673 Port Royal, Acadia; d: Aft. 1714

+Jeanne Brun b: Abt. 1676 Port Royal, Acadia; m: Abt. 1699 Acadia [Sebastien/Huguette Bourg]; d: Aft. 1714

2 infant Pitre b: Abt. 1675 Port Royal, Acadia; d: Aft. 1678 Port Royal, Acadia

2 Pierre Pitre b: Abt. 1677 Port Royal, Acadia; d: Aft. 1700

2 Jean Denis Pitre b: Abt. 1680 Port Royal, Acadia; d: Aft. 1724

+Francoise Babin b: Abt. 1681 Port Royal, Acadia; m: Abt. 1698 Port Royal, Acadia [Antoine/Marie Mercier]; d: Aft. 1724

2 Francois Pitre b: Abt. 1682 Port Royal, Acadia; d: 5 December 1725 Port Royal, Acadia

+Anne Prejean b: Abt. 1687 Port Royal, Acadia; m: 27 July 1705 Port Royal, Acadia [Jean/Andree Savoie]

2 Marguerite Pitre b: Abt. 1683 Port Royal, Acadia; d: 12 July 1747 Port Royal, Acadia

+Abraham Comeau b: Abt. 1680 Port Royal, Acadia; m: Abt. 1701 Port Royal, Acadia [Pierre/Jeanne Bourg]; d: Aft. 1739

2 Jeanne Pitre b: Abt. December 1685 Port Royal, Acadia

+Jean Pierre Piat dit La Bonte b: Abt. 1671; m: Abt. 1701 Acadia

2 Jeanne Pitre b: Abt. 1688 Port Royal, Acadia; d: Aft. 1707

Theories of Jean Pitre’s origin

According to the declaration at Belle-Île-en-Mer by his grandson Claude Pitre, the pioneer of the Acadian Pitre family is of Flemish origin. However, Père Clarence d'Entremont believes that it is "more likely that he was English" (Histoire du Cap-Sable), according to a report in An Account of the Customs and Manners of the Micmakis and Maricheets (published London 1758), "where it is said that Peters, a toolsmith in England... was of English origin." Excerpt from Dictionnaire Genealogique Des Familles Acadiennes (Stephen A. White), original in French. This mention of a blacksmith named John Peters in Acadia who came from England and the 1671 census showing Jean Pitre as a specialized sort of metalworker raises the theory of this being the same man. Stephen White says, "While there is no proof that the blacksmith and the edge-tool maker were one and the same, there is no real contradiction in supposing that they might have been, inasmuch as there were many Flemish artisans in England during the middle part of the seventeenth century, and one of them might have chosen to emigrate to Acadia sometime after the English capture of the colony in 1654."

The publication, fully entitled, 'An Account of the Customs and Manners of the Micmakis and Maricheets Savage Nations, Now Dependent On The Government Of Cape-Breton' was from an original French manuscript letter written by a French Abbot. The Abbot was lived as a missionary for many years in Nova Scotia. He says in his letter that 'Except a few families from Boston or New England I could never learn there were above three of purely British subjects, who also, ultimately conforming both in the religious and civil institutions to the French, became incorporated with them. These families were the Peterses, the Grangers, the Cartys. These last indeed descended from one Roger John Baptist Carty, an Irish Roman Catholic. He had been an indented servant in New England, and had obtained at length his discharge from his master, with permission to remain with the French Acadians for the freer exercise of his religion. Peters was an iron-smith in England, and together with Granger, married in Acadia, and was there naturalized a Frenchman. Granger made his abjuration before M. Petit, secular-priest of the seminary of Paris, then missionary at Port-Royal (Annapolis). These and other European families then soon became united with the French Acadians, and were no longer distinguished from them.'

Or was Jean Pitre really Jan Pietr from Holland? Leopold Lanctot theorizes that in about 1656 Jean emigrated to the American colonies founded by the Dutch, either to Fort-Orange (Albany, NY), or New Amsterdam (New York, NY). England had seized Acadia in 1654, renamed it New Scotland, and sent an expedition led by Sir Thomas Temple which arrived there on 1st May 1657. When war broke out between England and Holland in 1664, Bostonians seized Fort Orange and New Amsterdam. Temple then recruited the Dutch colonists for his new seignory, supposedly including Jan Pietr. (There is no list of settlers from this expedition but the timing allows for the possibility.)

Another theory of Jean's origins appeared in The History of St. Anthony's Parish 1803-1980 (which includes the descendants of Jean Pitre in Prince Edward Island, most of whom have taken the name Peters). This account would have him in Permambuco, Brazil and escaping the Dutch wars in South America by hopping a schooner to Acadia.

Excerpt from 1984 letter from Stephen White to Leo F. Peters: “The best direct evidence of Jean Pitre’s parentage and origin would have been the record of his marriage to Marie Pesseley. Without that one will have to be very lucky indeed to trace him in Europe, even with the area of research narrowed to Flanders. Even if you found a Jean Pitre born in Flanders in 1636, it would be impossible to be sure he was the same Jean Pitre who settled in Acadia without some positive evidence making the connection, such as a record showing his departure for Acadia. Such a record might be almost anywhere, if it exists at all.”

He could have arrived in Acadia in 1666 on Le Saint Jean Baptiste from France to New France (Quebec), listed as Jean Pitran. His name may have originally been different from what we have in the 1671 census. But whatever his origins, there are today thousands of descendants across Canada, America and France who all trace their way back to Jean Pitre of Acadia.


http://stephenwhite.acadian-home.org/frames.html :

PITRE, Jean, was originally Flemish and married Marie Pesseley, who came from Paris, according to his grandson Claude Pitre (Doc. ind., Vol. III, p. 28), as is mentioned in the preceding paragraph. The Parisian origin of Marie Pesseley is quite doubtful, and Father Clarence d'Entremont questioned the Flemish origin of Jean Pitre, because he had found mention of a blacksmith named John Peters in Acadia who came from England (Histoire du Cap-Sable [Eunice, Louisiana: Hébert Publications, 1981], Vol. III, p. 1050), and the 1671 census does show that Jean Pitre was a specialized sort of metalworker, an edge-tool maker (see DGFA-1, pp. 1318-1319). While there is no proof that the blacksmith and the edge-tool maker were one and the same, there is no real contradiction in supposing that they might have been, inasmuch as there were many Flemish artisans in England during the middle part of the seventeenth century, and one of them might have chosen to emigrate to Acadia sometime after the English capture of the colony in 1654. 
Pitre dit Lajambe, 1er Arrivant Acadien Jean Beneque (I1134)
 
41 http://forum.autochtones.ca/viewtopic.php?f=29&t=1884:

Colonel Isaac Pesseley
Selon le Père Godbout le père de Marie : ‘Isaac Pesseley du Comté Français de Champagne, est le premier époux de Barbe. Isaac Pesseley, Marchand de Piney, à trois lieues de Troyes dans le comté de Champagne, épouse Barbe Bajolet, née du même comté, fille d'Antoine Bajolet (premier Muletier de la Reine Marie de Médicis) et de Jeanne Beaudinet'
Isaac Pesseley et Barbe Bajolet se seraient mariés vers 1629 puisqu'en octobre 1630 ils baptisent leur premier enfant Étienne. En 1633, on trouve la naissance de Marguerite; et puis en 1634 celle de Perrette.
C'est sous la gouverne du Sieur d'Aulnay, en 1636 que le St-Jehan arrive. Il est le premier vaisseau qui transporte des familles complètes avec des femmes et enfants vers l'Acadie. Seul Isaac Pesseley est sur la liste des pionners qui débarqueront à Port-Royal.
Rien ne semble confirmer de quelle façon sa famille arrive en Acadie. Toutefois, Isaac est nommé Major de Port-Royal, et ensuite Colonel qui lui donne une fonction défensive.
On nous dit qu'Isaac Pesseley était un associé du Sieur de Rasilly qui décède en 1635 pour être remplacé par le Sieur d'Aulnay. Notre ancêtre Isaac Pesseley a été tué durant cette bataille de trois jours entre les Lieutenants Gouverneurs Sieur D'Aulnay et Charles Latour du 15 au 18 avril 1645 au Fort


https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Pesseley_Isaac&pid=83815:

ID No: 83815
Prénom: Isaac
Nom: Pesseley
Sexe: M
Occupation:
Naissance: 1600 estimé
Paroisse/ville:
Pays: France
Décès:
Paroisse/ville:
Pays:
Information, autres enfants, notes, etc.
Seon Archange Godbout p.185/186
Isaac Pesseley faisait partie de la recrue de 1636 pour l'Acadie. Il s'embarque le 1er avril de cette année sur le St-Jean, à la suite de Nicolas Le Creux, Sieur du Breuil. Isaac Pesseley, qui n'existe plus en 1646, fut d'abord marchand à Piney, Aube, en Champagne, puis major à Port-Royal. Il y figure aux informations contre La Tour, du 14 juillet 1640. Il épousa Barbe Bajolet, native de Piney à 3 lieues de Troyes. fille d'Antoine Bajolet, premier muletier de Marie de Médicis, et de Jeanne Baudinet. Ils eurent 6 enfants.

http://s618661786.websitehome.co.uk/pitretrail/myline/paternal/IPesseley.htm:

Notes for Isaac Pesseley:

- Isaac Pesseley was a merchant. He arrived in Acadia on the Saint-Jehan in 1636. His death was probably due to the assault on Fort Saint Jean where d'Aulnay lost many men.

- 1671 Port Royal: Barbe Baiolet, widow of the late Savinien de Courpon, 63. Of her 8 children 2 are in Acadia and 6 are in France. The two in Acadia are married: Marie Pesselet 26 and Mariane LeFebvre 21. She owns 1 cow, 6 sheep.

http://forum.autochtones.ca/viewtopic.php?p=16829:

Heureusement pour l'Acadie, le rôle du saint-Jehan, qui partit de La rochelle le premier avril 1636, à été conservé. Ce vaisseau , commandé par le capitaine Pierre Saunic, débarqua à la Hève 78 personnes, parmi lesquelles figurent les noms de Nicolas bayolle, de Dijon, et d'issac Pesselin, de Champagne. Ce Pesselin, ou plutôt Pessely, major de Port-royal, était marié à Barbe Bajolet.

Après le décès d'Issac survenu en 1645 ou 1646, Barbe se remaria avec martin Lefebvre, secrétaire ordinaire de la Chambre des deniers du roi, et leur fille Marie-Anne , née en 1650, épousera quelque vingt ans plus tard Etienne Comeau, fils de l'ancêtre Pierre Comeau et de Rose Bayols. De nouveau veuve, Barbe épousera, en 1654, Savinien de Courpon, qui élèvera les enfants Pesseley et Lefebvre. 
Pesseley, 1er arrivant Isaac (I1136)
 
42 http://forum.autochtones.ca/viewtopic.php?f=29&t=1884:
Marie Pesseley
Marie Pesseley aurait épousé Jean Pitre vers 1665 lorsque l'Acadie est occupée par l'Angleterre. Elle avait onze enfants lorsqu'elle perd son époux après vingt ans de marriage.
Selon le recensement de 1686, on lui donne l'âge de 45 ans donc elle serait née vers 1641 probablement en Acadie. Elle est la fille d'Isaac Pesseley et Barbe Bajolet.
Nul doute, qu'une veuve avec neuf enfants n'aurait pas eu la vie facile. Toutefois, elle n'est pas demeurée veuve longtemps puisque au recensement de 1693 on retrouve Marie Pesselet mariée à François Robin. Plusieurs de ses enfants demeurent toujours avec elle dont Claude l'aîné, âgé de 22 ans et notre ancêtre François qui a onze ans.
Dix ans plus tard, au recensement de 1703, Robin et sa femme Marie Pesselet demeurent toujours ensemble sauf qu'ils sont seuls, les enfants ne sont plus au foyer. On retrouve Marie Pesselet de nouveau au recensement de 1707 où elle est énumérée sous le nom de la Veuve Robin. Sa dernière année puisqu'elle est décédée le 26 décembre 1707 à l'âge de 66 ans. 
Pesseley, 1ère arrivante Acadienne Marie (I1135)
 
43 http://naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/autrespassagers/autrespassagersRemRin.html#retourautrespassagersRemRin :

RENAUD, Marie
(Vincent et Marie MARTIN), b 14-11-1632 Ste-Marguerite de La Rochelle, Aunis (Charente-Maritime); selon Trudel, d’Aunis, arrivée en 1648 avec son père; probablement repassée en France vers 1650 avec son mari et leur fils Jacques; m 08-04-1649 Québec avec Pierre BLUSSON; famille établie à Québec; 1 enfant. (CI : 204 ; DGFQ : 118, 974)

1648 Québec

1650 France 
Renault, 1ère arrivante (avec ses parents) Marie Retournée en France vers 1650 (I2482)
 
44 http://www.familycentral.net/index/family.cfm?ref1=4365:9825&ref2=4365:9826:

Antoine BAJOLET
Birth: Abt 1580of Piney, Aube, France
Marriage: Abt 1600of Poitou, France
Father: Mr. BAJOLET
Mother: Mrs. BAJOLET 
Bajolet, Antoine (I1148)
 
45 http://www.familycentral.net/index/family.cfm?ref1=4365:9825&ref2=4365:9826:

Jeanne BAUDINET
Birth: Abt 1582of Piney, Aube, France
Father: Mr. BAUDINET
Mother: Mrs. BAUDINET 
Beaudinet, Jeanne (I1149)
 
46 http://www.fichierorigine.com/app/recherche/detail.php?numero=360059

NOISEUX / LOISEUX, Étienne 360059
Statut Marié
Date de naissance Vers 1702
Lieu d'origine Paris (Seine) 75056
Parents Martin NOISEUX et Marguerite Amblard
Métier du père Marchand boucher
Date de mariage des parents 00-02-1699
Lieu de mariage des parents Paris (75056)
Date du contrat de mariage 08-02-1699
Notaire Me Louis Raymond et Demasle
Première mention au pays 1724
Occupation à l'arrivée Soldat des troupes de la Marine, cie Cavagnal
Date de mariage 22-10-1725
Lieu du mariage Ste-Foy
Conjoint Jeanne-Geneviève Mallet
Date de décès Entre 1744 et 1748
Remarques Au mariage de ses parents, son père résidait rue Verbois, paroisse St-Nicolas-des-Champs à Paris. Sa mère résidait rue St-Martin dans la même paroisse. Le 20-09-1722, son frère Martin, et ses parents, demeuraient rue Neuve St-Martin paroisse St-Nicolas-des-Champs au moment de son contrat de mariage avec Marie-Anne Ancelé (f. André Ancelé et Marie Besu) devant le notaire Gabriel Mesnil à Paris; était présente Marguerite sa sœur. Ses grands-parents paternels sont François Noiseux, marchand boucher, et Marguerite Raportebled. Ses grands-parents maternels sont André Amblard, bourgeois de Paris, et Marie Tourin. À l'inventaire des biens de son père dressé par Me Jean Sainfray et Mahault le 22-10-1734, il est dit que Jean et Étienne Noiseux, absents depuis plusieurs années sont représentés par Jean-Claude Gouillart, conseiller du roi.
Identification* DGFQ, p. 851
Chercheur(s) Jean-Paul Macouin
Dossier d'archives numérisé
Date de modification 2017-07-26 
Noiseux, Étienne (I1374)
 
47 http://www.fichierorigine.com/dossiers/360074.pdf
Voir le fichier JeanRatierMarieMorin360074.pdf

http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=360074:
RADIER / RATIER / DUBUISSON, Jean 360074
Statut Marié
Date de naissance Vers 1641
Lieu d'origine Migré (Charente-Maritime) 17234
Parents Pierre RATIER et Ozanne Chat
Métier du père Sergier
Première mention au pays 1662
Occupation à l'arrivée Domestique
Date de mariage 16-02-1672
Lieu du mariage Trois-Rivières
Conjoint Marie Rivière
Décès ou inhumation Québec (Hôtel-Dieu), 21-05-1703
Remarques Jean passe en premier un cm du 11-06-1663 greffe Étienne Rousseau, avec Marie Michellet, soeur de Suzanne (Antoine et Jacquette Vinet). Les actes suivants sont à Migré (St-Benoît). Sa soeur Marie est né et b. le 02-03-1643. Sa mère Ozanne Chat, citée Chassé en 1672. Son père Pierre, m.2 par cm du 13-05-1663 greffe Étienne Rousseau, avec Suzanne Michellet, dont Louise, née et b. le 19-11-1664 et d/s le 22-07-1681, avec témoin : Noël Templet, son beau-père. Ses grands-parents paternels sont Jean Ratier et Marie Morin, dont trois enfants sont nés et baptisés : Pierre (père du pionnier), le 13-06-1613 et d/s le 28-03-1671 ; Jean, le 25-02-1616 et Jacques, le 21-11-1620.
Identification* DGFQ, p. 967

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_anciens_m%C3%A9tiers:
Serger ou Sergier ou Sergetier : tissait la laine pour en faire de la serge (tissu de laine croisée).

http://geneablogique.blogspot.com/2011/04/metier-dantan-le-sergettier.html:
Métier d'Antan : Le Sergettier
Sur les différents actes, les métiers des personnes concernées sont généralement citées.
Je trouve intéressant de les recenser, et les centraliser. C'est très parlant d'une époque de voir ces anciens métiers...

Je commence donc par le Sergetier, ou le Serger, ou le Sergier.

Le sergetier fabrique des serges, via une technique particulière de tissage à l'aide de sa machine, la serge.
Le mot "serge" vient du grec serikos qui veut dire "fait de soie".

"À l'origine, la serge est un tissage de soie mais il existe différentes serges telles que la serge de coton (toile de jean denim), la serge de laine (twill, pied de poule), gabardine, whipcord, etc" (Source : Wikipédia).

Chercheur(s) Christian Siguret ; Lise Dandonneau
Référence* DBC, vol. 2, p. 573
Dossier d'archives numérisé
Date de modification 2017-07-21 
Ratier, Jean (I1125)
 
48 http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=243428 :

UENNEVILLE, Jean-Baptiste 243428
Statut Marié
Date de baptême 30-07-1659
Lieu d'origine Rouen (St-Nicolas) (Seine-Maritime) 76540
Parents Pierre QUENNEVILLE et Jeanne Sacquespée
Métier du père Maître savetier
Date de mariage des parents 18-06-1646
Lieu de mariage des parents Rouen (St-Nicolas) (76540)
Première mention au pays 1676
Occupation à l'arrivée Bedeau
Date de mariage 20-11-1686
Lieu du mariage Montréal (Notre-Dame)
Conjoint Louise Lauzon
Décès ou inhumation Montréal, 31-05-1723
Remarques En 1646, ses parents sont Pierre Quesneville et Jeanne Saguispier, nés à Rouen (St-Nicolas), nommée Jeanne Saye en 1674. Ses frères et soeurs sont baptisés à Rouen (St-Nicolas): Pierre, 06-03-1647; Jeanne, 08-10-1649; Philippe, 01-05-1652 ; Jean (pionnier), 14-06-1653 ; Robert, 09-09-1655 ; Marie-1, 23-02-1657; Jeanne-Anne-Angélique, 30-07-1664 ; Marie-2, 03-07-1679. Le mariage de ses parents est non filiatif.
Identification* DGFQ, p. 954
Chercheur(s) Archange Godbout ; Éric Mardoc ; Lise Dandonneau
Référence* OFC, p. 39
Date de modification 2015-01-09 
Queneville, Jean-Baptiste (I2244)
 
49 http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=360060

Voir remarque plus bas:

NOISEUX / LOISEUX, Jean 360060
Statut Marié
Date de naissance Vers 1700
Lieu d'origine Paris (Seine) 75056
Parents Martin et Marguerite Amblard
Métier du père Marchand boucher
Date de mariage des parents 00-02-1699
Lieu de mariage des parents Paris (75056)
Date du contrat de mariage 08-02-1699
Notaire Me Louis Raymond et Demasle
Première mention au pays 1726
Occupation à l'arrivée Migrant
Date de mariage 05-02-1726
Lieu du mariage Longueuil
Conjoint Marie-Anne-Françoise Menesson
Date de décès Après 1734
Remarques Au mariage de ses parents, son père résidait rue Verbois, paroisse St-Nicolas-des-Champs à Paris. Sa mère résidait rue St-Martin dans la même paroisse. Le 20-09-1722, son frère Martin, et ses parents, demeuraient rue Neuve St-Martin paroisse St-Nicolas-des-Champs au moment de son contrat de mariage avec Marie-Anne Ancelé (f. André Ancelé et Marie Besu) devant le notaire Gabriel Mesnil à Paris; était présente Marguerite sa sœur. Ses grands-parents paternels sont François Noiseux, marchand boucher, et Marguerite Raportebled. Ses grands-parents maternels sont André Amblard, bourgeois de Paris, et Marie Tourin. À l'inventaire des biens de son père dressé par Me Jean Sainfray et Mahault le 22-10-1734, il est dit que Jean et Étienne Noiseux, absents depuis plusieurs années sont représentés par Jean-Claude Gouillart, conseiller du roi.
Identification* DGFQ, p. 851
Chercheur(s) Jean-Paul Macouin
Dossier d'archives numérisé
Date de modification 2017-07-26 
Amblard, André (I1378)
 
50 http://www.francogene.com/genealogie-quebec-genealogy/042/042835.php

http://le-coing-des-dugas.over-blog.com/article-3800036.html:
Première génération en Acadie

Abraham et Marguerite DOUCET
Nous savons très peu de choses sur Abraham DUGAS, sauf que nous sommes certains qu'il est bien notre ancêtre. Certains le font naître en 1616 d'autres en 1618. De même, certains chercheurs disent qu'il est arrivé en Acadie en 1640 alors que d'autres, dont le frère Antoine Bernard, disent qu'il était ici avant 1640. Il était venu avec Razilly. On sait qu'en 1632, Razilly avait amené avec lui 300 colons pour peupler l'Acadie. Si Abraham est né en 1616 et qu'il était de ce voyage, il aurait eu 16 ans à l'époque. Tous le font naître à Toulouse, au Languedoc où sa famille avait émigré. Bona Arsenault dans son livre Histoire et généalogie de l'Acadie, tome I , p. 47 dit : "Geneviève Massignon est en mesure d'attester que plusieurs des familles françaises, arrivées en Acadie de 1636 à 1650, étaient originaires des villages où étaient situées à l'époque les seigneuries que d'Aulnay et sa mère, Nicole de Jousserand, possédaient dans la région de Loudunais, en France? l'hypothèse des noms de familles acadiennes (se vérifie) au recensement de 1671 avec une vingtaine de noms de familles des cultivateurs de la seigneurie d'Aulnay recensés en France, entre 1634 et 1650". Parmi ces familles on retrouve le nom de Dugast.

Peu importe l'année exacte de l'arrivée d'Abraham en Acadie ce que l'on sait c'est que la vie de notre ancêtre ne devait pas être facile. La lutte fratricide que se livraient à l'époque d'Aulnay et Latour devait être pénible pour ces nouveaux arrivants. En plus de la guerre interne, la menace constante d'être attaqués par les Anglais devait mettre un climat d'insécurité à ces nouveaux colons.
Nous ne savons pas vraiment qui étaient les parents d'Abraham DUGAS. Un article paru dans le Devoir laisse croire qu'il était le fils du baron Antoine DUGAS et de la comtesse Amélie de BOUCHERVILLE. Pour le moment nous n'avons aucun autre document qui nous certifie que ces données sont exactes. Ce même texte dit qu'il serait venu en Acadie en 1641 et qu'il était alors âgé de 23 ans. Si tel est le cas, cela le ferait naître en 1618 comme certains chercheurs l'affirment.
"Leur nom primitif était Coignet. Au XVIe siècle, un membre de cette famille s'étant distingué par d'éminents services militaires, fut crée chevalier de Saint-Louis et reçut du roi un vaste domaine appelé le domaine du Gas".
"Sa famille (d'Abraham Dugas) portait le nom de Coignet du Gas. Peu à peu elle abandonna son nom primitif et ne garda que celui de du Gas, qu'elle écrivit plus tard Du Gas et, enfin Dugas. " (Bulletin des Recherches historiques tome 18, p.79).
Abraham DUGAS s'établit à Port-Royal; il était armurier du roi. En 1647 il épousa Marguerite Doucet, fille de Germain Doucet, dit Laverdure, major de la garnison de Port-Royal, et de Marie Bourgeois. Marguerite Doucet était née à Couperans-Brie, en Champagne, en 1625. Elle était venue en Acadie avec son père, sa mère et un frère, Pierre, probablement en 1632, alors qu'elle n'avait que sept ans. (Dugas, une des familles fondatrices de Caraquet, p. 4)

http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/ns/portroyal/index_f.asp


On a vu qu' Abraham DUGAS a épousé Marguerite -Louise DOUCET vers 1647. De leur mariage sont nés ; Marie, 1648; Claude, 1652; Anne, 1654; Martin, 1656; Marguerite, 1657; Abraham, 1661; Madeleine, 1664 et une autre Marie, 1665.

Vers les années 1650 la famille DUGAS et d'autres familles semblent déjà bien installées. Rameau de Saint-Pierre, évoquant l'Acadie vers 1650, écrit ces lignes :
"Nous pouvons désigner par leurs noms quelques-unes des familles les plus notables et les plus aisées, telles que les Bourgeois, les DOUCET les Trahan, DUGAS, Boudrot etc.




Brève histoire des DOUCET
Qui est cette famille Doucet dont parle Rameau de Saint-Pierre? Dans An Outline of the History of Bathurst, p.28 on peut lire:
" The Doucet family which still has a large number of its members living in the Bathurst area is reputed to be one of the forty-two authentic Acadian families who settled in Acadia in the 1600?s and whose descendants repopulated the Maritime Province after 1760 "
On peut retracer la lignée des Doucet jusqu'à Germain Doucet, le premier à arriver en Acadie. En 1632, il habitait à La Hève (Halifax), il était militaire et enseignant pour d'Aulney. En 1640 il fut honoré et reçut le titre de Capitaine en armes de Pentagouet. Il était marié à Marguerite. Après la perte d'une bataille contre les Anglais il retournait en France laissant sa fille Marguerite et son fils Pierre en Acadie. C'est cette Marguerite que notre ancêtre, Abraham, a épousée.
________________________________________________________________________________

Abraham et son épouse, Marguerite-Louise, ont à peine commencé leur famille que la guerre éclate entre la France et l'Angleterre. On est 1654, Anne, leur troisième enfant vient de naître. "Une flotte anglaise venue de Boston, sous les ordres du major Sedgwick, avait reçu l'ordre de Cormwell de chasser tous les Français de l'Acadie. Après s'être emparé du fort occupé par Charles de Latour, à Jemseg, sur la rivière Saint-Jean, Sedgwick se porte vers Port-Royal, où commande Emmanuel LeBorgne, et s'en empare."
Histoire d'Acadie, t.1, p39.
t.1, p39.
Notre ancêtre habitait alors Port-Royal et fut témoin de ces événements. Ce fut le début d'une existence plus ou moins pacifique entre les Anglais et les Français. Abraham devait être particulièrement occupé à fabriquer des armes puisque le pays était continuellement en guerre. Cependant il fallait également qu?il voit au besoin de sa famille et c'est probablement pour cela qu'au recensement de 1671, même si on lui donne le titre d'armurier, le même recensement mentionne: "Leurs bestiaux a cornes 19 et 3 brebis, Leurs terres Labourables 16. " (Cité par Blanche Dugas, p.5)
Blanche Dugas mentionne dans un document datant de 1689, qu'en 1685 Abraham DUGAS est "lieutenant général au civil et au criminel en Acadie, c'est-à-dire, juge de paix et chef de police." "Depuis combien de temps remplit-il cette fonction? Aucun document ne nous renseigne sur ce sujet. Au recensement de 1686, il aura été remplacé par Michel Boudrot."
"Au recensement de 1686, Abraham DUGAS et Marguerite DOUCET demeurent avec leur fils Claude, à qui ils se sont donnés, ne se réservant qu'un petit enclos pour
se faire un jardin potager, 4 cochons et probablement quelques poules 9 (le recenseur de 1686 ne tient pas compte des poules.) " p5
Nous ne connaissons pas la date exacte de son décès ni celle de son épouse. Le recensement de 1686 lui donne 70 ans et son épouse 50 ans. On ne peut guère se fier aux âges indiqués. Si Marguerite est née vers 1625 elle aurait alors 60 ans. Cela semble plus probable.

https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Dugas_Abraham&pid=19097:

ID No: 19097
Prénom: Abraham
Nom: Dugas
Sexe: M
Occupation: armurier du roy, cultivateur
Naissance: 1616 vers
Paroisse/ville: Toulouse
Pays: France
Décès: 1698 vers - âge: 82
Paroisse/ville: Port-Royal, Acadie
Pays: Canada
Information, autres enfants, notes, etc.

http://stephenwhite.acadian-home.org/frames.html :
DUGAS, Abraham, came from France with his wife, according to his great-grandson Alain LeBlanc (Doc. ind., Vol. III, p. 50). This deposition does not name Abraham's wife. She is identified as Marguerite Doucet by four Acadian censuses between 1671 and 1700 and by her burial record in the register of Port-Royal (see DGFA-1, p. 526). 
Dugas, 1er arrivant Abraham (I1305)
 
51 http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=10527

https://wc.rootsweb.com/cgi-bin/igm.cgi?op=GET&db=rhetumines&id=I47

http://doucetfamily.org/Genealogy/G03.htm#03-G11001 
Hébert, Jean (Le Jeune) (I1263)
 
52 http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=1576

Mariages
1. Pelleret, Simon I31851 Male
ID : F228770
Type : Mariés
Enfants : 1
Marriage

Enfants
Pelleret, Henriette I10493 Female vers 1641 - avant 1693

2. Landry, René dit l'Aîné (1618 - ?) I1575 Male
ID : F1177
Type : Mariés
Enfants : 5
Marriage 1645

Enfants
Landry, Marie-Marguerite I7569 Female vers 1646 - ?
Landry, Marie I7571 Female vers 1650 - 1719
Landry, Madeleine I1574 Female vers 1655 - 17 février 1740
Landry, Pierre I7572 Male vers 1658 - ?
Landry, Claude I7574 Male vers 1663 - 12 décembre 1740 
Bourg (Bourque), Perrine (I1289)
 
53 http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=31848 Bourgeois, 1ère arrivante Acadie Marie (I1283)
 
54 http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=8071 Hébert, 1er Arrivant Acadie Jacques (I1278)
 
55 http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=8071 Juneau, 1ère arrivante Acadie Marie (I1279)
 
56 http://www.genealogie-acadienne.net/?action=indiDetails&I=8842:


Marie-Anne Doucet
ID : I8842 Female

Naissance vers 1661
Port-Royal, Acadie
Décès 3 novembre 1710
Grand-Pré, Acadie (Rg Grand-Pré)
Sépulture 4 novembre 1710
Grand-Pré, Acadie (Rg Grand-Pré)

http://doucetfamily.org/Genealogy/G03.htm#03-G11001 
Doucet, Marie-Anne (I1262)
 
57 http://www.genealogie.org/ancetres/amyot.htm:

Philippe Amyot était originaire de la région de Soissons. En 1627, il épouse, à Estrées, Anne Convent, fille de Guillaume Convent et d’Antoinette de Longval.
En 1635, il vient en Nouvelle-France avec son épouse et deux enfants, Jean, né vers 1625, et Mathieu, né vers 1628. Le 26 août 1636, il fait baptiser à Québec un troisième fils, Charles.

Son séjour en terre d’Amérique sera de courte durée. En effet, il décède en 1639.

Son fils, Mathieu Amyot, devait se signaler par son activité débordante. L’intendant Talon obtint pour lui des lettres d’anoblissement du Roy Louis XIV, en 1668. Ce dernier omis cependant de les faire enregistrer au Conseil Souverain, se disant sans doute, à l'instar de nos ancêtres, que c'est dans le coeur que se situe la véritable noblesse plutôt que sur un bout de papier.

Les descendants des Amyot peuplent aujourd’hui toute l’Amérique.

http://genealogistes-associes.ca/ancetres/amyot.php :

L'ancêtre des familles Amyot auxquelles sont venus se greffer les noms de Villeneuve et Vincelotte s'appelait Philippe et, quoi qu’on ait pu prétendre au sujet de son origine, en France, il semble qu’elle soit demeurée inconnue. On a prétendu et répété qu’il venait de Chartres, en Beauce, mais selon Archange Godbout, outre le fait qu’aucun contrat connu n’indique l’origine de Philippe Amyot, l’affirmation du généalogiste Cyprien Tanguay a été le point de départ d’une série d’affirmations qui n’auraient dû prendre place dans son dictionnaire qu’à titre d’hypothèses. Voici selon Godbout, l’origine de ± l’erreur : Le 7 août 1673 se mariait à Sainte-Anne, un Jean Amiot, serrurier, originaire de l’évêché de Chartres, avec Marguerite Poulin en présence de Georges Pelletier, Julien Mercier et Philippe Maufils. Tanguay crut reconnaître en ce personnage un fils de Philippe Amiot, et conclu que le père était ± natif de Chartres .

Puisqu’en l’absence de documents officiels il faut se contenter d’hypothèses, Godbout en propose une autre appuyée celle-là sur l’origine présumée d’Anne Convent, femme de Philippe Amyot, dont les parents vivaient peut-être à Bersy-le-Sec, ± arrondissement et canton de Soisson , en Picardie. Imaginons que c’est de là que vers 1636, Philippe Amyot part, à destination de la Nouvelle-France. Il n’est pas seul. Sa femme, Anne Convent, l’accompagne ainsi que leurs deux enfants. Jean l’aîné, aurait vu le jour vers 1625 et Mathieu vers 1628.

Une première fois les noms de Philippe et d’Anne apparaissent aux registres, à Québec, le 26 août 1636. Ce jour-là on baptise Charles, troisième et dernier enfant du couple. On remarque la présence de Marie Rollet et celle de Charles Huault de Montmagny, successeur de Champlain à la tête de la colonie, débarqué à Québec au mois de juin précédent, avec près de cinquante hommes, femmes et enfants.

Après la naissance de Charles, le nom de Philippe Amyot disparaît. Est-il mort ici ? Est-il retourné en France pour ne plus revenir ? On se sait qu’une chose : le 7 septembre 1639, Anne Convent fait procéder à l’inventaire des biens qu’elle possédait en communauté avec Philippe Amyot. À la lecture de cette énumération, on constate que cette famille était à l’aise, qu’elle connaissait le confort et un certain luxe. Alors que les colons ont d’habitude un ± méchant lit, ceux-là possédaient ± un lit traversin, une parie de draps ciel de lit, rideaux dessus de toile. Le ciel de serge verte . Ils avaient encore deux coffres, des chemises et des habits comme on n’en voyait pas beaucoup. Mathieu, âgé d’environ 10 ans, possède un habit, un pourpoint en drap du Berry, une casaque, etc. Monsieur de Puiseaux doit huit francs à Anne Convent ou à Philippe Amyot et ± le Grand Sévestre en doit autant… L’inventaire dressé, Anne Convent se remarie, le 26 septembre, avec Jacques Maheust auquel elle donnera trois enfants. En 1666 elle épousera Etienne Blanchon dit Larose.

Le sort des enfants Amyot est particulièrement intéressant. Pendant que le petit Charles accompagne sa mère dans sa nouvelle existence, Jean et Mathieu Amyot quittent Québec pour une vie d’aventure. Jean Amyot, que l’on surnommera Antaïok, est vraisemblablement le premier des deux adolescents à devenir ± donné des Jésuites. Il les accompagne au ± pays des Hurons et il se taille une réputation d’excellence parmi les jeunes interprètes dont les coups d’éclat servent d’exemple à leurs contemporains. Jean Amyot est un coureur d’élite. C’est un garçon pieux, dévoué à Saint-Joseph. En 1648, il s’apprête à se marier. On lui a concédé une terre aux Trois-Rivières, ville devant laquelle il se noie, le 23 mai, en même temps que François Marguerie, un autre interprète réputé. Les témoins du drame sont nombreux et impuissants. Le corps d’Amyot sera repêché devant Sillery et inhumé dans la chapelle Saint-Joseph, le 10 juin suivant.

Mathieu Amyot aurait vécu comme l’avait fait Jean, jusqu’en 1650 alors que, le 22e jour de novembre, le père Barthélémy Vimont consacrait l’union de ± Mathieu Amyot dit de Villeneuve et Marie Miville, fille de Pierre Miville et de Charlotte Maugis. Amyot, comme on le voit, porte déjà le surnom que plusieurs ont cru lui avoir été attribué après qu’une terre lui ait été concédée par Jean Juchereau, dans la seigneurie de Maure, ± au-dessus de la pointe vulgairement appelée la pointe Villeneuve en 1665. Colons prospères, Mathieu et Marie Miville ont possédé plusieurs terres dont une sur la Grande-Allée, à Québec, avait été donnée au couple par Pierre Miville à l’occasion du mariage de sa fille. En 1667, Jean Talon réclamait pour ce colon et d’autres, des lettres de noblesse qui furent accordées par le roi, mais révoquées deux ans plus tard, faute d’avoir été enregistrées. Mathieu Amyot ± de Villeneuve et Marie Miville ont eu 15 enfants : 7 filles et 8 garçons.

Charles Amyot connut une adolescence semblable à celle de ses frères, mais il en tira profit différemment. Plutôt que de devenir colon, comme Mathieu, il devint marchand, à Québec. De nombreux voyages consacrés à la traite et des transactions reliées à la pêche à l’anguille auraient dû assurer sa prospérité. Cependant, Amyot mourut prématurément au mois de décembre 1669, à l’âge de 33 ans. Il laissait une femme, Geneviève de Chavigny de Berchereau, qu’il avait épousée le 2 mai 1660, et deux des trois enfants qu’elle lui avait donnés. C’est cette femme qui a obtenu, au moins de novembre 1672, en considération des services rendus par son mari, une terre à laquelle elle donna le nom de Vincelotte. Geneviève de Chavigny convola avec Jean-Baptiste Couillard de Lespinay au mois d’octobre 1686. La descendance des Amyot dit Vincelotte serait éteinte.

Source : Nos Racines No. 100

https://www.wikitree.com/wiki/Amiot-6 :

Philippe Amiot 1 ( - 1636) aussi connu sous le nom de Amyot 2, 3, 4, Hameau.

Naissance: Vers 1601, il naît à Soissons, Picardie, France 7, 8.

Mariage: Vers 1626, il épouse Anne Couvent fille de Antoinette de Longueval et de Guillaume Couvent "dit" Estrée à Brécy (St-Michel) (Aisne), France 1, 7, 9.

Migration en Nouvelle-France: Sieur Mathieu Amiot de Villeneuve, Jean Amiot, Anne Couvent et Philippe Amiot immigrent en Nouvelle-France à l'été 1635 3, 4. C'est en cette même année qu'ils laissent leur fils Jean, âgé de 11 ans, au service des Jésuites, en Huronnie où il servit comme "donné" de 1636 à 1645.

Décès: Entre le 26 août 1636 et le 26 septembre 1639, il décède à Québec, Canada 4, 10.

Liste des enfants connus d'Anne Couvent et de Philippe Amiot:

Jean Amyot (1625 - 1648)

Sieur Mathieu Amiot de Villeneuve (1629 - 1688) 3, 5

Jean Amiot (1635 - 1648) 3

Charles Amiot (1636 - 1669) 2, 4, 6

Biography
He was born in Picardie around 1600. In around 1625 he got married in Brécy (St-Michel) (Aisne) in Soissonais with Anne Couvent the daughter of Guillaume Couvent and Antoinette de Longueval . We don't know much about the life of Philippe and Anne Couvent in France . We have found an act of sale from Antoine Courand notary . In this act of sale of the Notary Courand 20th january 1626 , we find out that Philippe Amyot bought the house of Antoinette Longueval in Estrée . Must have been a big house . According to the act , the house had 14 rooms and 32 acres of land. (32 arpents de terre )
In the spring of 1635 Philippe Amyot and his wife, their two sons , Mathieu and Jean, boarded a ship in Dieppe destination New France .In the beginning of the summer they arrived in Kébec. It was during the time of M.Champlain. I was not there , but I presume that M.Champlain was on the roads whit his straw hat , his whip and his wagon and his pair of bulls to greet these new arrivals , the minute they arrived .In those days it's was not often that a contingent of new arrivals landed . Usually it occurred only once a year .
What did philippe Amyot do in Kébec ? We don't know .When he died we still don't know ? However its certain that he died in the year 1639 . The burial act was not registered in the record of Quebec .
Certain allege that he died by drowning , and because his body was never found , they never registered his death . Other presumed that they just simply forgot to re-enter his burial act when they reconstructed the parish register after the fire in the chapel Notre-Dame de la Recouvrance in 1640 .
Notary Audouart 7th September 1639 inventoried of the possesion of Philippe Amyot
In September 1639 , Anne Couvent , the widow of Philippe Amyot , married Jacques Maheu ; they had two sons and one daughter .
She became a widow once again in July 1663 and married for a third time, a man by the name of Etienne Blanchon "dit" La rose .( Notary contract Bequet the 5th may , 1666 ) She was 65 and Etienne 35 .
( Notary Duquet 10th January 1676 inventoried of Etienne Blanchon & Anne Couvent ) The 5th January 1674, she gives to the children of her son Mathieu, an estate located in the base ville (lower town) of Québec . ( Act of Bequet ) Unfortunately this property will later be dispute between Marie Minville and her Children . Anne Convent died in 1674.
( Notary Becquet 23th Febuary 1674 Testament of Anne Couvent )
Sources
1. Tanguay - Volume 1, p. 138, 403

2. Tanguay - Volume 1, p. 6

3. Drouin Rouge, Tome III (PÉF) - p.1357

4. Noblesse Québécoise - Table 14

5. Tanguay - Volume 1, p. 6, Volume 2, p. 30

6. Drouin Rouge, Tome III (PÉF) - p.1359

7. Drouin Rouge, Tome III (PÉF) - p.1357 (Soissons)

8. Tanguay - Volume 1, p. 6 (Chartres)

9. Noblesse Québécoise - Table 14 (vers 1625)

10. Drouin Rouge, Tome III (PÉF) - p.1359 (avant le 26 septembre 1639) 
Amiot dit Villeneuve, 1er arrivant Philippe (I1158)
 
58 http://www.leveillee.net/ancestry/jeanrattier.htm:

À l'été de 1695, sa propre femme, Marie Rivière, est trouvée coupable de vol de chaudières chez les veuves Gourdeau, Beaulieu et Pellerin Saint-Amant. Sa fille Charlotte est complice du larcin. La mère est d'abord condamnée à être battue de verges, puis les autorités adoucissent la peine pour ne pas mettre le bourreau dans une position intenable. Malgré tout, le 5 juillet, vers 8 h du matin, sous les rires et les quolibets, le bourreau Rattier est forcé de mettre sa propre épouse au carcan en pleine place publique.

Sa fille Charlotte s'en tire avec 15 jours d'enfermement à l'Hôpital général. Elle épousera, l'année suivante, Daniel Boit, originaire de la région de Bordeaux. Charlotte est la seule de la famille à s'en sortir. Tous les autres vivront une vie de gibier de potence. Bientôt, la maison du bourreau devient un lupanar fréquenté par les soldats. 
Ratier, Marie Charlotte (I1123)
 
59 http://www.leveillee.net/ancestry/jeanrattier.htm:
Il fait une chaleur humide sur Québec, ce mardi 25 juin 1698. Marguerite Rattier a chaud. Elle est la fille du bourreau de Québec. La canicule lui porte sur les sens. Elle a 26 ans. Elle est plantureuse, c'est-à-dire belle et désirable, selon les canons de l'époque. En compagnie de sa copine, Marie Lafrance, la belle Marguerite se rend chez la Rochebelle, une femme de mauvaise vie dont la maison fait bordel et taverne. Marguerite a soif. Elle vend les deux pains que sa mère l'a envoyée chercher chez le boulanger Villeray. Elle achète de l'eau-de-vie et en offre à la ronde. Puis, à la fin de la journée, éméchée, elle va s'allonger près des remparts. C'est le lieu de rendez-vous des filles légères et des soldats de la garnison en goguette. Au petit matin, Marguerite, toujours couchée au pied des remparts, est arrêtée par un sergent et des soldats de la garde. Des voisins ont porté plainte pour conduite immorale. La jeune femme caniculaire avoue tout bonnement avoir passé la nuit avec non pas un mais trois soldats. Ils l'ont honorée, chacun leur tour, à plusieurs reprises. D'autres femmes ont participé à la joyeuse sauterie. L'interrogatoire de Marguerite Rattier est conservé aux Archives nationales du Québec. On y apprend que les autorités de la colonie étaient préoccupées par la propagation de la syphilis, appelée aussi le ± vilain mal . Pas de crainte à y avoir avec Marguerite : elle est saine comme une pucelle. On sait que Marguerite Rattier sera relâchée après des remontrances et probablement un séjour en prison. Elle continuera sa vie de débauche. La petite histoire perd sa trace au début du XVIIIe siècle. 
Ratier, Marie Marguerite (I1121)
 
60 http://www.migrations.fr/700fillesduroy_3.htm :

2)ARCOUET Jean Arcouet dit Lajeunesse, habitant.
Fils de Pierre marchand drapier et Elisabeth Martin de la paroisse St-Pierre de la ville de Marennes, 17320;
Charente-Maritime; Poitou-Charentes. (Saintonge)
Soldat de Carignan, Cie Laubias
Né vers 1646 décédé le 07/08/1727 et inhumé le 9 à Champlain
Adjure le calvinisme le 19/06/1665 Québec
Soldat de la garnison de Trois-Rivières

Veuf d’Élisabeth Pépin fille de Guillaume Pépin dit Tranchemontagne et Jeanne Méchin. Elle décède le 30 et inhumée le 31 décembre 1697 à Champlain.
(11 enfants). Contrat et mariage le 16/11/1671 Trois Rivières Marié en même temps qu’André Marsil et Marie Lefebvre.


Contrat de mariage le 27/06/1701 Notaire François Trottain dit Saint-Seurin
Mariage le 18/07/1701 à Batiscan Acte de Mariage
Ménage établi à Champlain. Aucun enfant.

Sources : Tanguay, vol.1, p.11, 472. Il ne fait pas mention du deuxième mariage; Jetté, p.19, 872, 673; Drouin, vol.1, p.19; Dumas, p.281; Landry, p.339; Sulte, Hist., vol.5, p.62(2); B.R.H. 1909, p.19; DBAQ, t1, p.50-51; Langlois, p.208 ; 
Arcouet, 1er arrivant Jean Soldat de Carignan, cie Laubias (I2468)
 
61 http://www.migrations.fr/700fillesduroy_3.htm :

JAVELOT Anne
200 livres de dot
Fille de feu André (marchand) et de feue Séphora Lescure.
Née le 14/06/1636 et baptisée le 19/08/1636 temple calviniste de La Rochelle17000; Charente-Maritime; Poitou-Charentes.
Sur son acte de baptême le nom est écrit JAVELIOT Voir acte de baptême
Décédée le entre le 10/03/1669 et le 24/10/1669
Contrat de mariage annulé avec Jean Gariguet ( 24/08/1666, Becquet )

1 mariage:
LEBŒUF Jacques
Fils de feu André et de Marie Clémence GAZEAU
Baptisé le 14 avril 1643 à paroisse Notre-Dame, Ciré d'Aunis 17290, Charente-Maritime, Poitou
Il est confirmé le 01/05/1664 au Cap-de-la-Madeleine

Contrat de mariage le 03/01/1667, notaire Gilles Rageot
Mariage le 24/01/1667 à Québec Acte de mariage
Un enfant
Jean-Baptiste : 13/10/1667 Québec, mariage avec Angélique Gauron

Jacques Leboeuf se remarie le 29/10/1669 avec Antoinette Lenoir. Il est décédé le 28/11/1696 Batiscan 
Gavelode (Javelot), Anne (I2462)
 
62 http://www.migrations.fr/FILLE_A_MARIER/FILLEAMARIER.htm :
Les Filles à marier
1634 à 1663
Selon l'historien Jacques Lacoursière ± De 1634 à 1663, plus de 200 filles célibataires viennent s'établir en Nouvelle-France. Prises en charge par les communautés religieuses, elles portent le nom de filles à marier. En 1654, c'est la reine Anne d'Autriche, mère de Louis XIV, qui s'occupe de l'envoi d'une dizaine de filles à la colonie sous la conduite de religieuses. Ces filles se distinguent des filles du roi parce que le voyage et leur établissement au sein de la colonie n'est pas financé par le roi de France.


Wiki: http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Liercourt_%28Anne-Antoinette_de%29

Née vers 1634 dans la paroisse Sainte-Marguerite de Beauvais (Picardie, Oise, France).
Arrive en Nouvelle-France vers 1650.
Mère de la lignée Juillet/Liercourt dit Avignon d'Amérique.
Épouse (premières noces) Blaise Juillet dit Avignon à Trois-Rivières le 10 février 1651 ; de cette union sont issus Mathurine Juillet (mariée à Urbain Baudreau dit Graveline), Marie Juillet (mariée à Pierre Lécuyer), Charles Juillet dit Avignon (marié à Catherine Saintard) et Louis Juillet dit Avignon (marié à Catherine Celle).
Mère de la lignée Picard/Liercourt d'Amérique.
Épouse (secondes noces) Hugues Picard dit Lafortune à Ville-Marie (Montréal) le 30 juin 1660 ; de cette union sont issus Michelle Picard (mariée à Mathieu Gervais), Marie-Anne Picard (mariée à Charles Diel), Marguerite Picard (mariée à Jean Paré), Jean-Gabriel Picard dit Lafortune (marié à Marie-Madeleine Rapin) et Jacques Picard dit Lafortune (marié à Marie-Anne Lefebvre).
Décès en 1707 (30 septembre) à Montréal.
En 1729, elle avait 458 descendants.

Crédits -

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)
Pour le Christ et le Roi. La vie au temps des premiers Montréalais (Fondation Lionel-Groulx, sous la direction d'Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992)



Il s'agit de son deuxième mariage. Elle s'est mariée à Blaise Juillet le 10 février 1650 à Trois-Rivières
Wiki: http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Juillet_%28Blaise_%3B_dit_Avignon%29 :

Juillet (Blaise ; dit Avignon)
Homme de métier (charpentier) et agriculteur né en 1611 (26 février 1611) dans la paroisse Saint-Agricole d'Avignon (Vaucluse, Comtat-Venaissin, France).
Arrive en Nouvelle-France en 1644.
Père de la lignée Juillet/Liercourt d'Amérique.
Épouse Anne-Antoinette de Liercourt à Trois-Rivières le 10 février 1651 ; de cette union sont issus Mathurine Juillet (mariée à Urbain Baudreau dit Graveline), Marie Juillet (mariée à Pierre Lécuyer), Charles Juillet (marié à Catherine Saintard) et Louis Juillet (marié à Catherine Celle).
L'un des premiers concessionnaires de Montréal.
L'un des compagnons d'Adam Dollard des Ormeaux mort noyé le 19 avril 1660, probablement près de l'île Saint-Paul, lors de la première bataille avec les Iroquois sur la route du Long Sault ; le seul de l'expédition ayant laissé des descendants.
En 1729, il avait 242 descendants.

Distinctions -

Le nom de la rue Juillet de Montréal honore sa mémoire.

Crédits -

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)
Pour le Christ et le Roi. La vie au temps des premiers Montréalais (Fondation Lionel-Groulx, sous la direction d'Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992) 
Deliercourt, 1ere arrivante Antoinette (I384)
 
63 http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Israel_Lefebvre&pid=1491165&lng=fr
https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/img/acte/4922772 
Famille F4
 
64 http://www.unicaen.fr/mrsh/prefen/notices/14061pm.pdf:
(Voir FrancoisMaupetitMariePasqual.pdf) 
De Raimcourt, Anne (I1082)
 
65 https://dna-explained.com/2016/09/18/radegonde-lambert-16211629-16861693-european-not-native-52-ancestors-132/ :

Radegonde Lambert (1621/1629-1686/1693), European, Not Native, 52 Ancestors #132
Posted on September 18, 2016
The first Acadians began arriving on the island of Nova Scotia in eastern maritime Canada in 1604, settling in 1605 near to what is today Annapolis Royal.

acadian-map
By Mikmaq – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1351882

Today, the original location of Port Royal is a national historic site known as the Habitation at Port-Royal. After it’s destruction in 1613, Port Royal was re-established about 6 miles away as Annapolis Royal (Fort Anne), shown below, but was still called Port Royal at that time.

acadian-fort-anne-port-royal
By paulhami – http://www.flickr.com/photos/paulhami/3455802235/in/photostream/, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7920932

This drawing shows Port Royal in 1753. Even half a century after Radegonde Lambert’s death, this village is still very small.

acadian-port-royal-1753

The first decade in “New France” was difficult, at best, with many false starts. Most of the men that settled in this region were interested in fishing and fur trading, not farming. Politically, the land in Canada was subject to the political winds in Europe, so the “ownership” of the region was not only disputed, but changed hands, being ruled by the French, the Scots and the British.

Ships came and went. Many settlers died. Those settlers that lived, male or mostly male, intermarried with the Micmac Indians.

Beginning in about 1610, some French women may have arrived with their husbands, but the dates are uncertain, as are the number of woman.

Because of this, most of the early births are presumed to be a result of a marriage, “legal,” meaning Catholic and blessed by the church, or not. I’m guessing that young men with no available European women, not to mention no priests for many years, didn’t much care about the sacraments nearly as much as they cared about female company.

Radegonde’s Birth

Radegonde Lambert was probably born between 1621 and 1629. It’s believed by some that she was born in Cap-du-Sable, according to the compiled records of professional genealogist, Karen Theroit Reader, assuming Radegonde is the daughter of Jean Lambert, which may not be a safe assumption at all. However, Jean Lambert is the only Lambert male in Acadia at that time, so if Radegonde was born in Acadia, it would have been to Jean.

Cap-du-Sable, meaning Sandy Cape, is an island off the far southern tip of Nova Scotia that was settled by Acadians who migrated from Port Royal in 1620. The men who lived on this island specialized in the fur trade.

Radegonde in the Records

The first actual peek we get of Radegonde Lambert is in the 1671 Census, in Port Royal. Thankfully, the women are listed by their birth surnames. Thank you, Acadians! Without this information, we would surely be lost.

You can see the original script of the entire 1671 census at this link.

acadians-1671-census

In case you can’t read the entry for Radegonde’s husband, Jean Blanchard, it says that he is a laborer, living in Port Royal, Acadia, age 60. His name is spelled Jehan and his wife is Radegonde Lambert, age 42. They have 6 children and 3 are married. They have 5 arpens of land under cultivation, 12 cattle and 9 sheep. An arpent of land is about .84 acres.

From this census, we see that Radegonde is born in 1629.

However, and in genealogy, it seems like there is always a “however,” in the 1686 census, Radegonde’s age is given as 65, which would put her birth year as 1621.

In the 1693 census, she no longer appears, so she died sometime between 1686 and 1693, between the ages of 57 and 72, depending on what year she was actually born and in which year she died.

Radegonde’s Mother

Many of researchers believe that Radegonde Lambert’s mother was Micmak (Mi’kmaq). Why?

Primarily because if she was the daughter of Jean Lambert, one of the earliest settlers, it was believed that his wife had to be Indian because there were no French women in Acadia at that time.

Stephen A. White, one of the premier Acadian researchers, tells us the following about Radegonde (information in parenthesis is my note):

Possible parents—JEAN LAMBERT and Un-identified MicMac Indian. The Indians honored de La Tour (a fur trader) and he married the daughter of one of their Chiefs. Because there were no French girls his men also settled with Indian women. Among the men who did this were Jean Lambert and a man called Lejeune. In subsequent years there were a good number of Metis living in this area with the names of Lambert and Lejeune. Jean Lambert, born in France about 1595, probably came to Acadia on the Jonas out of the port of Dieppe, Normandy. It left 25 February1610 and arrived in Port Royal at the end of May. They had a long stormy crossing. They ate all of their normal rations and some of the food meant for the colony. Jean Lambert remained in North America, for the rest of his life. This makes him the earliest permanent settler of our European ancestors. Jean Lambert’s sons remained with the Micmacs. His possible daughter Radegonde Lambert, probably born in 1628 or 1629 at Cap-de-Sable, married a French colonist, Jean Blanchard. REF: “Dictionnaire Genealogique Des Familles Acadiennes” by Stephen White. Vol. l p., “143”

Adding fuel to the fire for Radegonde to be Native, another genealogist, Alexandre Alemann, the ex-director of the Drouin Institut, assembled a list of those he believed to be Native – and Radegonde was on that list.

A second story about the origins of Radegonde Lambert claims that she was French, and came to Acadia with her husband, Jean Blanchard.

The following excerpt is from “The Origins of the Pioneers of Acadia” by Stephen A. White in relation to depositions taken in France after the deportment of the Acadians from Canada in 1755:

It is well known that there is very little original documentation that provides data regarding the places of origin of the earliest settlers of the French colony of Acadia. None of the colony’s parish registers for the seventeenth century survive, except one slim record book containing the sacramental entries for Beaubassin from 1679 to 1686. Additionally, there are but a couple of extant notarial records from the same period. And, unfortunately, the various Acadian censuses, beginning in 1671, make no mention of places of origin, unlike the detailed enumeration made in the small neighbouring colony of Plaisance in Newfoundland in 1698. (For more information about the early records of Acadia and Plaisance, see the bibliography of the present writer’s Dictionnaire généalogique des familles acadiennes, Première partie, 1636 à 1714 [hereinafter DGFA-1] [Moncton: Centre d’études acadiennes, 1999], Vol. I, pp. xvii-xxv, xxxix-xl, xlv-l.)

On the level of racial origins, there is a source that provides a considerable amount of information. This is the series of fifty-eight depositions of the heads of the Acadian families that were taken down on Belle-Île-en-Mer between February 15th and March 12th, 1767, pursuant to an order from the parliament of Brittany at Vannes. The deponents were required to provide under oath, in the presence of witnesses including other Acadians, the local parish priests, and the Abbé Jean-Louis LeLoutre, former Vicar General of the diocese of Québec and “director” of the Acadian families settled on Belle-Île, all the details they could regarding their own civil status and that of their immediate families, plus their direct-line genealogies back to their first ancestors who came from Europe, “with indication of the places and dates as much as they can remember.” The depositions were intended to take the place of the registers of the parishes in Acadia that had been lost “during the persecution by the British.” In practical terms, they would also furnish the French authorities a means of identifying those who, as refugees from said persecution, were entitled to the King’s bounty and protection.

Two sets of the depositions were made up in 1767. One set of copies was left on Belle-Île, and the other was sent to the district court at Auray. Both sets have been carefully preserved, the latter of the two being now housed in the departmental archives at Rennes.

LAMBERT, Radegonde, came from France with her husband Jean Blanchard, according to Jean LeBlanc, husband of her great-granddaughter Françoise Blanchard (Doc. inéd., Vol. III, p. 43). The deposition of Françoise’s nephews Joseph and Simon-Pierre Trahan is to the same effect (ibid., p. 123). Both depositions mistakenly give Guillaume as the ancestor’s given name. Jean LeBlanc’s makes an additional error regarding the name of Jean Blanchard’s wife, calling her Huguette Poirier. The censuses of 1671 and 1686 meanwhile clearly show that she was named Radegonde Lambert (see DGFA-1, pp. 143-144). The source of these errors is probably a simple confusion arising from the fact that Jean LeBlanc’s wife’s grandfather Martin Blanchard had a brother Guillaume who was married to a woman named Huguette, as this writer explained in an article published in 1984 (SHA, Vol. XV, pp. 116-117). This Huguette was not named Poirier, however, but Gougeon, although her mother, Jeanne Chebrat, had married a man named Jean Poirier before she wed Huguette’s father Antoine Gougeon, and all her male-line descendants in Acadia were Poiriers. Unfortunately, we do not know just what questions Jean LeBlanc asked in trying to establish the Blanchard lineage, but he might certainly have had the impression that Huguette was a Poirier from the fact that so many of her relatives were Poiriers, including her grandnephew Joseph, who was also on Belle-Île in 1767 (see Doc. inéd., Vol. III, pp. 13-15).

It’s not surprising that the husband and nephews of Radegonde Lambert’s great-granddaughter were confused, three generations by marriage (the husband) and 4 generations by birth (nephews) later. Most people today who aren’t genealogists can’t tell you their grandmothers’ maiden names. Did they perhaps have at least part of that story correct? Did Radegonde come to Acadia with her husband instead of being born there to Jean Lambert and his wife, either Micmac or European?

The quick answer is that we don’t know the exact circumstances of when or how Radegonde arrived, and probably never will. But we do have a very important clue about where she was born.

Radegonde’s DNA

Several descendants of Radegonde Lambert through all females have had their mitochondrial DNA tested. Mitochondrial DNA is passed from the mother to both genders of their children, but only females pass it on.

In Radegonde’s case, her DNA, for several years, also proved as puzzling as the records regarding her birth and mother’s ethnicity. No one but Radegonde’s descendants seems to match her DNA. It’s like Radegonde wanted to play a joke on all of her descendants. And a fine job she did too!

Fortunately, that question has now been resolved, and Radegonde’s DNA, haplogroup X2b4, which is exceedingly rare – as in chicken’s teeth rare – is found only in Europeans, to date, and not in any Native people.

Haplogroup X2b4 was born sometime around 5,500 years ago, in Europe, and given that the Native people migrated to the Americas sometime between 10,000 and 15,000 years ago across the land bridge from Asia into what is now Alaska, it would be impossible for X2b4, born in Europe, to be found among the Micmac women in 1621-1629. There were no European women in Canada in the early 1600s, early enough to be considered Micmac and be bearing children with French men by 1621.

I wrote an article recently about the evidence supporting the fact that Radegonde was indeed European, based on her mitochondrial DNA.

However, the question of whether Jean Lambert is her father, or if she came to Acadia with her husband still remains.

Radegonde’s Children

Karen Theroit Reader provides Radegonde’s children, as shown below. In two census records, in both 1671 and 1678, Radegonde and her husband, Jean Blanchard, are living next door to their son, Guilliame Blanchard who was age 35 in 1686.

Madeleine Blanchard born about 1643, probably in Port Royal, died 1678-1684 and married Michel Richard. She had 10 children.
Anne Blanchard was born about 1645, probably in Port Royal, died after 1714 in Beaubassin and married first to Francois Guerin, having 5 children, then to Pierre l’aine Gaudet, having 9 children.
Martin Blanchard was born about 1647, probably in Port Royal and died after July 4, 1718 in Cobeguit. He married first to Marie Francoise Le Blanc having 3 children, then to Marguerite Guilbeau having 8 children.
The three children, above, would have been the three that were married by 1671. The three below would have been the children still at home.

Guillaume Blanchard, born about 1650, probably in Port Royal, died before October 18, 1717 and married Huguette Gougeon, having 12 children.
Bernard Blanchard born about 1653, probably in Port Royal and died after the 1671 census but before the 1686 census.
Marie Blanchard born about 1656, probably in Port Royal, died after 1701, married to Pierre le jeune Gaudet, having 10 children.
Sadly, at least one and probably two of Radegonde’s children died before her, but as adults. She probably stood in the Garrison Cemetery overlooking the bay and buried these adult children, just as she buried the babies that had probably died decades earlier.

The youngest child of Radegonde was born in 1656, according to the 1671 census, in which Radegonde was shown to be age 42. This certainly makes me wonder why Radegonde had no children in her last 15 years of fertility.

The most likely explanation is twofold. First, this suggests that perhaps she was born closer to the 1621 date, which would make her 50 in 1671. If that was the case, then that would only leave 7 or 8 years of infertility to explain, not 15.

Jean Blanchard was age 60 in 1671. It’s possible that Radegonde was actually 60 instead of 42, although that’s a stretch in terms of the census taker not realizing that her age was in error. There’s a pretty big difference between 42 and 60. After all, there were only 392 people in total in that census, in all locations, including children, so about 65 families. Clearly, the census taker knew Radegonde and was unlikely to make an 18 year error.

More likely Radegonde had several children that died, some of which were probably born after Marie.

If Radegonde’s first child actually was Madeleine, and her first child did not die, then Radegonde’s marriage date would have been roughly 1642 which would suggest her birth year was closer to the earlier 1621 as opposed to 1629.

If Radegonde lost any children before Madeleine’s birth, that would push her marriage year back further, and possibly her birth year as well.

Radegonde’s Burial

The early burials in Port Royal took place in Fort Anne where an Acadian and English garrison cemetery are located. You can visit both on St. George Street at the Fort Anne National Historic Site, today.

acadians-garrison-graveyard-port-royal
Garrison Graveyard location courtesy of FindAGrave.

Radegonde’s daughter-in-law, Huguete Gougeon Blanchard, wife of Guilliame Blanchard is shown at FindAGrave as being buried in this Garrison cemetery which was established in 1632. She died in 1717. Guilliame Blanchard is reportedly buried at Amherst, but this makes little sense since he and his wife died the same year and presumably lived together in the same place prior to death. Amherst is not close to Port Royal, located just south of Moncton on the connecting peninsula to the mainland. Therefore, it’s more likely that the family is buried in the Garrison Cemetery known then as the Saint-Jean-Baptiste Cemetery.

acadians-saint-jean-baptiste-cemetery

Before the cemetery in Port Royal became the British garrison graveyard in 1710, it was the Saint-Jean-Baptiste parish cemetery and was used by the Acadian community of Port Royal and by the French Garrison.

acadians-cemeteries-at-port-royal

When the British took the fort in 1710, they destroyed all of the headstones, except for 2, which are still standing today. Unfortunately, neither is for Radegonde.

acadians-garrison-graveyard

I hope to visit Radegonde in the Saint-Jean-Baptiste Parish Cemetery, aka the Garrison cemetery, someday soon. I know she is there, even though her grave is no longer marked, and was probably originally only marked with a wooden cross.

Acknowledgements:

I would like to thank cousin Paul LeBlanc for pointing me in the right direction with my Acadian research, for hosting the Acadian Rootsweb list, and for telling me that, “If you’re related to one Acadian, you’re related to all Acadians.”

https://gw.geneanet.org/monartque?lang=en&n=lambert&oc=0&p=jeanne+radegonde:
Married 1 January 1641, Port Royal (Annapolis) Nouvelle Écosse, to Jean Blanchard 1611-1686..1693 (Parents : Guillaume Blanchard 1590-1671 & Huguette Poirier) with
F Madeleine Blanchard 1642-ca 1680 married about 1658 to Michel Richard Dit Sansoucy 1630-1687
F Anne Blanchard 1645-1714/ married in 1658 to François I Guérin 1635-
Anne Blanchard 1645-1714/ married in 1672 to Pierre Gaudet 1654-1741
Anne Blanchard 1645-1714/ married to Pierre Gaudet
M Martin Blanchard 1647-1699/ married in 1671 to Françoise Leblanc 1653-1677..1686
M Guillaume Blanchard 1650-/1717 married (1_AB_1673) to Huguette Agathe Gougeon
Guillaume Blanchard 1650-/1717 married in 1672 to Huguette Goujon 1657-
M Bernard Blanchard 1653-
F Marie Blanchard married about 1675 to Pierre Gaudet ca 1650


Voir: https://www.acadienouvelle.com/etc/gensdici/2016/06/19/jean-blanchard-radegonde-lambert/ : 
Lambert, 1ère arrivante. Radegonde (I1313)
 
66 https://dna-explained.com/2016/09/18/radegonde-lambert-16211629-16861693-european-not-native-52-ancestors-132/:

Possible parents of Radegonde Lambert:

JEAN LAMBERT and Un-identified MicMac Indian. The Indians honored de La Tour (a fur trader) and he married the daughter of one of their Chiefs. Because there were no French girls his men also settled with Indian women. Among the men who did this were Jean Lambert and a man called Lejeune. In subsequent years there were a good number of Metis living in this area with the names of Lambert and Lejeune. Jean Lambert, born in France about 1595, probably came to Acadia on the Jonas out of the port of Dieppe, Normandy. It left 25 February1610 and arrived in Port Royal at the end of May. They had a long stormy crossing. They ate all of their normal rations and some of the food meant for the colony. Jean Lambert remained in North America, for the rest of his life. This makes him the earliest permanent settler of our European ancestors. Jean Lambert’s sons remained with the Micmacs. His possible daughter Radegonde Lambert, probably born in 1628 or 1629 at Cap-de-Sable, married a French colonist, Jean Blanchard. REF: “Dictionnaire Genealogique Des Familles Acadiennes” by Stephen White. Vol. l p., “143” 
Lambert, Jean (I1314)
 
67 https://gw.geneanet.org/genealogia11?lang=en&pz=jean&nz=locas&ocz=0&p=toussaint&n=huneau&oc=1:
Assassinat de leur fille Marie-Thérèse le 13 septembre 1690.

https://hoguegirardin.wordpress.com/tag/hunault/:
We are descended on the Hogue side from their daughter Marie Therese who married Guillaume Leclerc. Marie Therese was married at the age of thirteen, bore seven children, and died tragically at the age of 26, when her youngest was but two months old! Surprisingly, Guillaume did not marry again. Marie Therese’s death in Lachenaie was at the hands of the Iroquois. On August 5, 1698, shortly before her death, there had been a serious attack by the Iroquois, known as the Lachine Massacre.

The church record of her burial on August 17, 1689 tells us that she was “tuée cruellement dans la grange” (killed cruelly in the barn). 
Huneau (Henault), Marie Thérèse (I1053)
 
68 https://gw.geneanet.org/jacquesdespres2?lang=en&pz=jonathan&nz=despres&ocz=0&p=geoffroy&n=lefebvre&oc=1 Lefebvre, Geoffroy (I278)
 
69 https://gw.geneanet.org/jacquesdespres2?lang=en&pz=jonathan&nz=despres&ocz=0&p=jeanne&n=millet&oc=1 Millet, Jeanne (I279)
 
70 https://gw.geneanet.org/jacquesdespres2?lang=en&pz=jonathan&nz=despres&ocz=0&p=urbain&n=gervaise Gervaise, Urbain (I295)
 
71 https://wc.rootsweb.com/cgi-bin/igm.cgi?op=GET&db=rhetumines&id=I2161 Hébert, Marguerite (I1300)
 
72 https://www.acadienouvelle.com/chroniques/2016/01/17/racines-acadiennes-germain-doucet-dit-la-verdure-capitaine-darmes-de-pentagouet/:

La famille Doucet est l’une des premières à s’établir en Acadie, dans les années 1630.
Germain Doucet était un militaire. Son lieu d’origine, cité au testament de Charles Menou d’Aulnay, a été l’objet de nombreux débats,
où différents chercheurs ont tenté de localiser son patelin.
Conans
en Brie, ou Couperans en Brie? On savait au moins qu’il était de la Brie. Mais la Brie était un immense territoire qui rejoignait
presque les limites de Paris. De plus, les limites de cette région pouvaient varier selon les époques.
Jean-Marie Germe a peut-être trouvé la bonne localité, en proposant Coupru en Brie, un petit village du sud du département de
l’Aisne, qui est traversé d’un ru du nom charmant de ±Ravin des morts.
Malheureusement, les registres de cette paroisse, qui auraient pu nous conrmer
que Germain y était originaire, ne sont conservés
qu’à partir de 1674, soit près de 40 ans après son départ.
S’il était déjà ofcier
militaire à son arrivée, nous aurons sûrement l’occasion de trouver des documents à son sujet dans les archives
françaises dans les années à venir. Mais les archives de ce département ont été durement touchées durant les grandes guerres au
cours des derniers siècles.
René F. Perron a suggéré qu’il était peut-être un ±servant d’armes de l’ordre de Malte, mais la démonstration reste à faire.
Germain Doucet est d’abord mentionné au fort Pentagouët, sur la rivière actuelle de Penobscot dans le Maine. Le 14 juillet 1640 lors
d’une enquête, il est cité ±capitaine d’armes de Pentagouët. Il y serait resté de 1635 à 1645.
Germain Doucet était le bras droit de Menou d’Aulnay. Après le décès de celui-ci, il est nommé subrogé tuteur de ses enfants.
En août 1654, il est capitaine commandant lors de la reddition de Port-Royal, quand le fort tombe aux mains des Anglais et de Robert
Sedgwick. Selon les articles de reddition, Germain doit rentrer en France. Il n’est probablement pas revenu en Acadie. Mais ses enfants
seraient restés (ou revenus) sur place.
Accueil (https://www.acadienouvelle.com/) Chroniques (https://www.acadienouvelle.com/chroniques/) Racines acadiennes –
Germain Doucet dit La Verdure, capitaine d’armes de Pentagouët
Racines acadiennes – Germain Doucet dit La Verdure, capitaine d’armes de Pentagouët
On ne connaît pas les noms de ses deux épouses. Sa première femme n’est peut-être pas venue en Acadie. On connaît trois enfants de
ce couple. Germain se serait remarié en Acadie, puisqu’il est qualié
de beau-frère de Jacques Bourgeois en 1654. Comme on a
longtemps cru qu’il n’a eu qu’une épouse, plusieurs ont déduit que Jacques Bourgeois était originaire du même endroit que Germain
Doucet – comme soutient la biographie de Jacques Bourgeois dans le Dictionnaire biographique du Canada. Mais ce deuxième
mariage semble s’être produit en Acadie, donc cette théorie ne tient plus la route.
Jusqu’à récemment, on lui connaissait quatre enfants: Pierre, Marguerite, Germain, et une lle
dont on ignore le prénom.
Mais c’était avant l’arrivée de la généalogie génétique.
Lorsque les premiers descendants de Pierre à Germain Doucet se sont manifestés pour tester leur chromosome Y (transmi inchangé
de père en ls),
on leur a rapidement reconnu une signature typiquement européenne, appartenant au haplogroupe R-L21.
Mais lorsque les descendants de Germain à Germain on fait le même test, les résultats furent tout autre. Ces derniers sont plutôt du
haplogroupe C-P39, une signature amérindienne.
Les dispenses de consanguinité dans les registres paroissiaux quelques générations plus tard ne laissent rien ltrer
de cette adoption.
Germain (ls)
épousa une Acadienne, Marie Landry lle
de René Landry l’aîné et Perrine Bourg.
La famille Doucet acadienne compte donc deux souches distinctes. L’une d’origine française, l’autre amérindienne

https://acadienouvelle-6143.kxcdn.com/wp-content/uploads/2016/01/doucet2.jpg


http://le-coing-des-dugas.over-blog.com/article-3800036.html:
On peut retracer la lignée des Doucet jusqu'à Germain Doucet, le premier à arriver en Acadie. En 1632, il habitait à La Hève (Halifax), il était militaire et enseignant pour d'Aulney. En 1640 il fut honoré et reçut le titre de Capitaine en armes de Pentagouet. Il était marié à Marguerite. Après la perte d'une bataille contre les Anglais il retournait en France laissant sa fille Marguerite et son fils Pierre en Acadie. C'est cette Marguerite que notre ancêtre, Abraham, a épousée. 
Doucet, 1er Arrivant Germain dit Laverdure (I1282)
 
73 https://www.acadienouvelle.com/chroniques/2016/03/20/la-famille-lejeune/ :

Les Lejeune sont arrivés tôt en Acadie. D’ailleurs, ce sont deux familles, plutôt qu’une, qui sont arrivées en 1642 et en 1651.
La première ne perpétua pas son nom après la troisième génération. De la seconde descendent donc la plupart des Lejeune acadiens.
Les deux familles étaient sans doute originaires de la même région. Elles utilisaient toutes deux le sobriquet ±Briard, qui signifie ±originaire de Brie, une grande région située à l’est de Paris. Les deux pionniers, s’ils sont parents, ne peuvent être au mieux que
cousins.
De la première famille – reconstituée par le chercheur André-Carl Vachon – on ne connaît que les noms des enfants: Jean Lejeune, et
ses soeurs Edmée et Catherine Lejeune. S’ils sont arrivés en 1642, ils sont sans doute accompagnés de leurs parents, car l’aînée n’a
alors qu’environ 18 ans. Ils n’ont peut-être pas transmis leur nom jusqu’à nos jours, mais l’apport de cette famille demeure très important. Edmée Lejeune est la matriarche des Gautreau acadiens, et Catherine Lejeune est la matriarche des Savoie acadiens.
On sait qu’Edmée et Catherine étaient soeurs, grâce aux analyses génétiques (mitochondriales) qui démontrent qu’elles ont la même signature européenne (U6a7a1), ce qui sous-entend qu’elles avaient la même mère.
Ces résultats confirmentles dispenses déjà évoquées par Stephen White (1999) dans son dictionnaire. M. Vachon croit par ailleurs que Jean Lejeune est le frère de Catherine et Edmée. Les descendants de cette dernière ont vraisemblablement hérité de la concession de Belle-Isle qu’avait d’abord obtenue Jean
Lejeune. Comme les enfants de Jean Lejeune ne demeuraient plus dans la région, il l’a peut-être vendue ou laissée à son beau-frère (François Gautrot). 
Lejeune Briard, Inconnu (I3482)
 
74 https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/acte/5163091 Lefebvre, Marie Blanche Évelina (I71)
 
75 https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/img/acte/2353821
FS: 534/659 
Famille F22
 
76 https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/img/acte/4319613 Loisel, Louis (I70)
 
77 https://www.genealogiequebec.com/membership/LAFRANCE/img/Tag/d1p_001110028.JPG

Marraine de Joseph Hormisdas? 
Perreault, Marie-Louise (I83)
 
78 https://www.nosorigines.qc.ca/biography.aspx?name=Amiot_Mathieu&id=5938:

AMIOT (Amyot), dit Villeneuve, MATHIEU, donné, interprète, seigneur, né entre 1627 et 1629. probablement près de Chartres (Orléanais), de Philippe Amiot et d’Anne Convent, décédé à Québec le 18 novembre 1688.

Originaire des environs de Soissons, son père était à Québec dès l’été de 1635. Mathieu, comme son frère Jean, fut pendant quelques années interprète des Jésuites, travaillant chez eux à Trois-Rivières et peut-être aussi en Huronie. Puis il se fit colon et réussit pendant le reste de sa vie à accumuler un nombre assez intéressant de possessions. Ainsi, en 1649, le gouverneur LouIs d’Ailleboust lui concéda une terre à Trois-Rivières ; en outre, lors de son mariage, le 22 octobre 1650, Marie Miville lui apporta en dot une propriété dans la ville de Québec ; en 1661, les Jésuites lui firent concession d’un lot à Sillery, où il se construisit une maison, tout en conservant sa demeure en ville ; le 6 septembre 1665, Jean Juchereau de Maur lui donna, sur la Pointe-Villeneuve, près de Saint-Augustin de Portneuf, une propriété qu’il agrandit en 1677 et en 1685 ; le 3 novembre 1672, Talon lui avait concédé en fief et seigneurie un autre domaine à la Pointe-aux-Bouleaux.

À mesure que ses biens s’accumulaient, Mathieu devenait un personnage de plus en plus important dans la colonie. Comme notable, à Québec, il avait participé à l’élection d’un syndic en 1664 et, trois ans plus tard, le roi agréa la requête de Talon de lui octroyer des lettres de noblesse. Cependant, quand elles arrivèrent, en 1668, l’intendant ignorait s’il devait les faire enregistrer au Conseil souverain de Québec ou au parlement de Paris. En attendant la réponse de Versailles, il apprit que Louis XIV avait aboli tous les titres non encore enregistrés (1669). Trois autres colons avaient reçu des lettres de noblesse en même temps qu’Amiot. Eux ou leurs descendants les firent reconnaître en dépit de l’ordonnance de 1669. Amiot n’ayant fait aucune revendication au sujet des siennes, semble-t-il, elles furent définitivement annulées.

Villeneuve laissa à ses héritiers plus de dettes et de soucis que de biens. En 1703, les dettes de la succession s’élevaient encore à 700® et Marie Miville, qui avait vendu les terres pour 1 500®, était morte (septembre 1702) des angoisses que lui causait un procès intenté contre elle par son fils Charles, l’aîné de ses 15 enfants.

Source: Dictionnaire biographique de Canada

http://genealogistes-associes.ca/ancetres/amyot.php:

Le sort des enfants Amyot est particulièrement intéressant. Pendant que le petit Charles accompagne sa mère dans sa nouvelle existence, Jean et Mathieu Amyot quittent Québec pour une vie d’aventure. Jean Amyot, que l’on surnommera Antaïok, est vraisemblablement le premier des deux adolescents à devenir ± donné des Jésuites. Il les accompagne au ± pays des Hurons et il se taille une réputation d’excellence parmi les jeunes interprètes dont les coups d’éclat servent d’exemple à leurs contemporains. Jean Amyot est un coureur d’élite. C’est un garçon pieux, dévoué à Saint-Joseph. En 1648, il s’apprête à se marier. On lui a concédé une terre aux Trois-Rivières, ville devant laquelle il se noie, le 23 mai, en même temps que François Marguerie, un autre interprète réputé. Les témoins du drame sont nombreux et impuissants. Le corps d’Amyot sera repêché devant Sillery et inhumé dans la chapelle Saint-Joseph, le 10 juin suivant.
Mathieu Amyot aurait vécu comme l’avait fait Jean, jusqu’en 1650 alors que, le 22e jour de novembre, le père Barthélémy Vimont consacrait l’union de ± Mathieu Amyot dit de Villeneuve et Marie Miville, fille de Pierre Miville et de Charlotte Maugis. Amyot, comme on le voit, porte déjà le surnom que plusieurs ont cru lui avoir été attribué après qu’une terre lui ait été concédée par Jean Juchereau, dans la seigneurie de Maure, ± au-dessus de la pointe vulgairement appelée la pointe Villeneuve en 1665. Colons prospères, Mathieu et Marie Miville ont possédé plusieurs terres dont une sur la Grande-Allée, à Québec, avait été donnée au couple par Pierre Miville à l’occasion du mariage de sa fille. En 1667, Jean Talon réclamait pour ce colon et d’autres, des lettres de noblesse qui furent accordées par le roi, mais révoquées deux ans plus tard, faute d’avoir été enregistrées. Mathieu Amyot ± de Villeneuve et Marie Miville ont eu 15 enfants : 7 filles et 8 garçons. 
Amiot dit Villeneuve, Mathieu (I1156)
 
79 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Bourg_Antoine&pid=8164 :

ID No: 8164
Prénom: Antoine
Nom: Bourg
Sexe: M
Occupation:
Naissance: 1609 vers
Paroisse/ville:
Pays:
Bapt./Source: Né vers 1609 (Rc PR 1671 62 ans, 1686 95 ans(sic); laboureur (S White)
Décès:
Paroisse/ville:
Pays:
Inh./Source: décédé entre 5 oct 1687 et Rc 1693 (S. White)
Information, autres enfants, notes, etc.
Décès en Acadie entre le 5 octobre 1687 et le recensement de 1693. (Claude Fontaine)

Note: 5 oct 1687: Antoine Bourg fait sa marque à l'attestation en faveur de l'oeuvre du gouverneur d'Aulnay; il est donc arrivé en Acadie avant 1650, l'année de la mort d'Aulnay (ANF, Col C11D, vol. II, fol 85) (S. White)

Perrine Bourg née vers 1626 (Rc PR 1671 45 ans, 1686 74 ans (sic) veuve, 1693 67 ans, marié vers 1640 à Simon Pelletret et mariage 2 vers 1645 avec René Landry l'ainé
Note de S.A. White:
Nous n'avons pas pu déterminer s'il y avait un lien de parenté entre Perrine Bourg et Antoine Bourg. L'absence de dispense de consanguinité lors des mariages de Charles Savoie petit-fils de Marie à Antoine Bourg, avec Francoise Martin, petite-fille de Jeanne Pelletret (Rg. PR 16 janvier 1730) et de Michel Bourg, petit fils de Francois à Antoine Bourg, avec Brigitte Martin, aussi petite-fille de Jeanne Pelletrer (Réhab Rg St-Suliac, 7 juillet 1764), semble nous montrer que Perrine et Antoine n'étaient pas frère et soeur


http://stephenwhite.acadian-home.org/frames.html :

BOURG, Antoine, came from France, according to Joseph LeBlanc dit Le Maigre, widower of Antoine's great-granddaughter Anne Bourg (Doc. ind., Vol. II, p. 175). Another deposition, that of Jean Melanson, who was a grandson of Antoine's son Bernard, mistakenly indicates that it was Bernard who came from France (ibid., Vol. III, p. 22). 
Bourg, 1er arrivant. Acadie Antoine (I2238)
 
80 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Doucet_Marguerite&pid=19096:

ID No: 19096
Prénom: Marguerite
Nom: Doucet
Sexe: F
Occupation:
Naissance: 1625 vers
Paroisse/ville: Conflans-en-Brye
Pays: France
Décès: 19 septembre 1707 - âge: 82
Paroisse/ville: Port-Royal, Acadie
Pays: Canada
Inh./Source: Rg 20 septembre 1707 - Veuve Dugast, mère de Claude Dugast, morte d'hier #2admin
Information, autres enfants, notes, etc.
Elle dut inhumée le 20 décembre 1707 à Port-Royal, Acadie.
According to Stephen White, the name of the wife or wives of Germain [Doucet] has never been known. Several early writers, such as Bona Arsenault... and Adrien Bergeron... have stated that the wife was Marie Bourgeois, given the documented fact that Germain Doucet and Jacques (Jacob) Bourgeois were brothers-in-law. In his notes, Stephen White states: 'It is not possible that the mother of the childlren of Germain Doucet is a sister of Jacques Bourgeois' wife, as certain authors have proposed, being given that the in-laws of Jacques Bourgeois didn't get married until 1627. There exists the possibility that Germain Doucet nevertheless married in second nuptials, to a daughter of Guillaume Trahan who gave him no surviving children; but it is as possible that such a second wife is the sister of Jacques Bourgeois and not the sister of his wife.'"

http://stephenwhite.acadian-home.org/frames.html :

DOUCET, Marguerite, came from France with her husband Abraham Dugas, according to her great-grandson Alain LeBlanc (Doc. ind., Vol. III, p. 50). This deposition does not name her, but Marguerite is identified as Abraham's wife and ultimately widow by four Acadian censuses between 1671 and 1700 and by her burial record in the register of Port-Royal (see DGFA-1, p. 526). 
Doucet, 1ère arrivante Acadie Marguerite Louise (I1284)
 
81 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Dugas_Marguerite&pid=1060256:
ID No: 1060256
Prénom: Marguerite
Nom: Dugas
Sexe: F
Occupation:
Naissance: 1657 vers
Paroisse/ville:
Pays:
Décès:
Paroisse/ville:
Pays:
Inh./Source: décès avant recensement 1686 (S. White)
Information, autres enfants, notes, etc. 
Dugas, Marguerite (I1304)
 
82 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Duquet_Denis&pid=32697:

ID No: 32697
Firstname: Denis
Name: Duquet
Duquette
Gender: M
Occupation:
Born: 1615
Parish/City:
Country:
Death: 26 November 1675 - Age: 60
Parish/City: Lauzon
Country: Canada
Information, Other Kids, Notes, etc.
d'origine inconnue

Concession de la seigneurie de Duquet II le 3-11-1672 près de Tilly 
Duquet, Denis (I1154)
 
83 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Pitre_Claude&pid=84183:

ID No: 84183
Prénom: Claude
Nom: Pitre
Sexe: M
Occupation:
Naissance: février 1671 vers
Paroisse/ville: Port Royal, Acadie
Pays: Canada
Bapt./Source: ex 914
Décès:
Paroisse/ville:
Pays:
Information, autres enfants, notes, etc. 
Pitre dit Lajambe, Claude (I1132)
 
84 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Pitre_Claude&pid=84183:

ID No: 84184
Prénom: Marie
Nom: Comeau
Sexe: F
Occupation:
Naissance: 1678 estimé
Paroisse/ville:
Pays:
Décès: 09 juillet 1707 - âge: 29
Paroisse/ville: Port Royal, Acadie
Pays: Canada
Inh./Source: ex 914
Information, autres enfants, notes, etc. 
Comeau, Marie (I1133)
 
85 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Sigouin_Jean&pid=46394:

Enfant naturelle née avant mariage. 
Sigouin, Louise (I904)
 
86 https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogy=Henri_Shink&pid=1176713&lng=en:

ID No: 1176713
Firstname: Henri
Name: Shink
Schinck
Gender: M
Occupation:
Born: 1756
Parish/City: Gelnhausenen
Country: Germany
Death: 13 July 1841 - Age: 85
Parish/City: Ste-Philomène
Country: Canada
Burial/Source: D 13 et S 14 henry Schinq veuf de Félicité Cliche âgé 94 ans reg
Information, Other Kids, Notes, etc.
soldat du Hesse-Hanau (Jaeger) Kornrumpff co. Chasseur 21 ans en 1777, né à Gelnhausen
Source Virginia Demarce citée par Dominique Ritchot sur le groupe de discussion Québec-Hessians de Rootsweb (13-03-2007) prdh

Famille Jean-Henri Schinck et Félicité Cliche au complet (6 enfants nés avant 1800) vérifiée 
Shink, 1er arrivant Jean-Henri (I150)
 
87 https://www.wikitree.com/wiki/Barbier-44:

Guillaume Barbier
Born [date unknown] in Francemap
Son of [father unknown] and [mother unknown]
[sibling(s) unknown]
Husband of Liesse (Wilbert) Hubert — married [date unknown] [location unknown]
DESCENDANTS descendants
Father of Jeanne Barbier
Died [date unknown] in Francemap 
Barbier, Guillaume (I770)
 
88 https://www.wikitree.com/wiki/Deslandes-9:

Jacqueline Deslandes
Born [date unknown] [location unknown]
Daughter of [father unknown] and [mother unknown]
[sibling(s) unknown]
Wife of René Plumereau — married [date unknown] [location unknown]
DESCENDANTS descendants
Mother of Julien (Plumereau) Plumereau dit Latreille
Died [date unknown] [location unknown] 
Deslandes, Jacqueline (I769)
 
89 https://www.wikitree.com/wiki/Durand-593:

Jeanne Durand
Born [date unknown] [location unknown]
Daughter of [father unknown] and [mother unknown]
[sibling(s) unknown]
Wife of Jacques Chrétien — married [date unknown] [location unknown]
DESCENDANTS descendants
Mother of Jacques Chrétien
Died 22 May 1655 in Loches (St-Ours). Francemap
Profile manager: Gaston Tardif private message [send private message]
Profile last modified 31 Jul 2017 | Created 19 Apr 2017
This page has been accessed 75 times.
Biographie
Jeanne Durand

Mariage: Elle épouse Jacques Chrétien.

Décès: Le 22 mai 1655, elle décède à Loches (St-Ours), France.

Liste des enfants connus de Jeanne Durand et de Jacques Chrétien:

François, 28-03-1607 Marguerite, 25-08-1609.

Sources
Fichier origine 
Durand, Jeanne (I917)
 
90 https://www.wikitree.com/wiki/Plumereau-6:

René Plumereau
Born [date unknown] [location unknown]
Son of [father unknown] and [mother unknown]
[sibling(s) unknown]
Husband of Jacqueline Deslandes — married [date unknown] [location unknown]
DESCENDANTS descendants
Father of Julien (Plumereau) Plumereau dit Latreille
Died [date unknown] [location unknown] 
Plumereau, René (I768)
 
91 https://www.wikitree.com/wiki/Wilbert-18:
Liesse Hubert formerly Wilbert
Born about 1625 in Francemap
Daughter of [father unknown] and [mother unknown]
[sibling(s) unknown]
Wife of Guillaume Barbier — married [date unknown] [location unknown]
DESCENDANTS descendants
Mother of Jeanne Barbier
Died [date unknown] in Francemap 
Hubert - Wilbert, Liesse (I771)
 
92 Il s'agit du 2e mariage de Aurélie Montray qui était alors veuve de Joseph Charbonneau.
Dispense de deux bancs.

Le couple Charbonneau-Montray a eu :

Louis Joseph Charbonneau né le 28 avril 1838 (Notre-Dame de Montréal) et décédé le 16 mars 1841
Henry Benjamin Charbonneau né le 19 novembre 1839 et décédé le 5 avril 1841
Joseph Flore Charbonneau né le 11 avril 1841.
Joseph avait donc 4 ans lors du second mariage.


 
Famille F33
 
93 Imbroglio sur les racines métis de la famille Lejeune.
Selon
http://forum.autochtones.ca/viewtopic.php?f=2&t=2160 la famille Lejeune est métis par la mère et selon
https://www.acadienouvelle.com/chroniques/2016/04/17/les-savoie/ , la famille Lejeune ne l'est pas selon des recherches d'ADN.
Cependant, tous s'accordent pour dire que Catherine et Edmée (Aimée) sont soeurs.

https://www.acadienouvelle.com/chroniques/2016/04/17/les-savoie/:






http://forum.autochtones.ca/viewtopic.php?f=2&t=2160 :
La famille Lejeune
LES MÉTIS
Messagepar chune 2006-10-26, 22:47

La Famille LE JEUNE
D'après Rameau de Saint-Père, Une colonie féodale en Amérique, L'Acadie (1604-1881), tome 2, p. 318-320, la famille Le Jeune-Briard serait une famille métisse acadienne. Elle serait
très ancienne en Acadie, ainsi que l'affinne cet auteur:
±Les côtes de l'est de l'Acadie ont toujours été un centre où se réunissaient volontiers des familles métisses, dont la première origine remonte certainement jusqu'aux compagnons de Biencourt et de Latour. Quelques-unes de ces familles comptaient déjà une ou deux générations au recensement de 1671.,.
±La famille métisse des Lejeune était établie depuis longtemps à Mirligouesh (village indien et métis, situé entre le Cap-de-Sable et La-Hève), car deux hommes de Port-Royal avaient épousé deux filles Lejeune, entre 1638 et 1650.,.
En effet, en 1650, Catherine Le Jeune, âgée de 17 ans,
épouse François Sçavoie. Seize ans plus tôt, en 1636, sa sœur aînée, née en 1623, avait épousé François Gautherot. Trois de leurs fiis semblent être devenus coureurs de bois avec les Indiens et les Métis: Jean, François et Germain Gautherot disparaîtront successivement des recensements dès qu'ils auront atteint l'âge adulte.
On sait que Charles de Biencourt, fils du baron de Poutrincourt, et son cousin et lieutenant, Charles de Saint-Etienne de La Tour, étaient restés à Port-Royal, avec quelques compagnons courageux après le départ de Poutrincourt, ramenant en France la plupart des colons, découragés par les rigueurs de l 'hiver précédent. Abandonnés petit à petit par la France, ils vivent de chasse et de pêche, suivant les Indiens dans les bois. Après la mort de Biencourt, La Tour, qui lui a succédé, transporte ]a colonie au Cap-de-Sable, afin de se rapprocher des bancs de pêche, fréquentés par les pêcheurs bretons et normands, qui sont devenus leur seul moyen de communication avec la France. Ils y construisent un fort, afin de se mieux protéger contre les attaques des navires de guerre anglo-américains. La Tour, qui est très aimé
des Indiens, est élu ±Grand Sagamos des Souriquois [Micmacs], Etchemins, Poutégeois et Quénubans . Il épouse une Micmaque, probablement, une fille de Sachem. Comme il n'y a plus aucune fille française à marier en Acadie, piusieurs de ses compagnons l'imitent. Ces mariages seront bénis plus tard par les Récollets,



Lopold Lanctôt

FAMILLES ACADIENNES

Tome Il

±>Copyright Ottawa 1994 par les Édtions du Ubre-échange Inc.
37, Grand-Côteau, Ste-Julie, Qc JOL 2S0
Dépôt légal - Bibliolhèque nationale du Québec
ISBN 2-89412


Nous référant à l'ouvrage de Clarence 1. D'Entremont, prêtre, nous constatons que la famille Lejeune en est une indienne. Monsieur D'Entremont s'inspire de Rameau de Saint-père dans les Documents inédits, de Le Canada Français, volume III, pp. 139 sqq. Pour étoffer et certifier ses dires.
Dans les registres de Cap Sable, nous trouvons ce qui suit sur la famille Lejeune: le 25 février 1727, Pierre Sellier était présent au mariage de Martin Grand Claude, micmac de cette rivière avec Marguerite Lejeune, 17 ans fille de François Lejeune' 'sauvage micmac de cette rivière" et Marie Egighighes, son épouse. (p. 1123, vol. 3)

Famille Lejeune:
A- Aimé Lejeune (+François Gautrot) Pierre Lejeune (+ une amérindienne) Catherine Lejeune (+François Savoie)

En accord avec ce document, les Lejeune qui vivaient au
Cap Sable étaient des AMERINDIENS MICMACS.

Source: Histoire du Cap-Sable en 5 volumes- par
Clarence J. D'Entremont, prêtre, volumes, par Clarence J .D’Entremont,prêtre,volume 3

Famille LE JEUNE

D'après Rameau de Saint-Père, Une colonie féodale en Amérique, L'Acadie (1604-1881), tome 2, p. 318-320, la famille Le Jeune-Briard serait une famille métisse acadienne. Elle serait très ancienne en Acadie, ainsi que l'affirme cet auteur:

±Les côtes de l'est de l'Acadie ont toujours été un centre où se réunissaient volontiers des familles métisses, dont la première origine remonte certainement jusqu'aux compagnons de Biencourt et de Latour. Quelques-unes de ces familles comptaient déjà une ou deux générations au recensement de 1671."
±La famille métisse des Lejeune était établie depuis longtemps à Mirligouesh (village indien et métis, situé entre le Cap-de-Sable et La-Hève), car deux hommes de Port-Royal avaient épousé deux filles Lejeune, entre. 1638 et 1650."
En effet, en 1650, Catherine Le Jeune, âgée de 17 ans,
épouse François Sçavoie. Seize ans plus tôt, en ) 1636, sa sœur aînée, née en 1623, avait épousé François Gautherot. Trois de leurs fils semblent être devenus coureurs de bois avec les Indiens et les Métis: Jean, François et Germain Gautherot disparaîtront successivement des recensements dès qu'ils auront atteint l'âge adulte.
On sait que Charles de Biencourt, fils du baron de Poutrincourt, et son cousin et lieutenant, Charles de Saint-Etienne de La Tour, étaient restés à Port-Royal, avec quelques compagnons courageux après le départ de Poutrincourt, ramenant en France la plupart des colons, découragés par les rigueurs de 1 'hiver précédent. Abandonnés petit à petit par la France, ils vivent de chasse et de pêche, suivant les Indiens dans les bois. Après la mort de Biencourt, La Tour, qui lui a succédé, transporte la colonie au Cap-de-Sable, afin de se rapprocher des bancs, de pêche, fréquentés par les pêcheurs bretons et normands, qui sont devenus leur seul moyen de communication avec la France. Ils y construisent un fort, afin de se mieux protéger contre les attaques des navires de guerre anglo-américains.La Tour qui est très aimé
des Indiens, est élu ±Grand Sagamos des Souriquuois Micmacs], Etchemins, Poutégeois et Quénubans,.. il épouse une Micmaque, probablement, une fille de Sachem. Comme il n'y a plus aucune fille française à marier en Acadie; plusieurs de ses compagnons
l'imitent. Ces mariages seront bénis plus tard par les Récollets,




GAUTHEROT, François, et Edmée LE JEUNE


François Gautherot naquit en France en 1612', probablement dans la province de Touraine. Il vint en Acadie en 1632, avec le commandeur de Razilly (voir l'Acadie des origines, p. 37-40).
" En 1636, à La Hève, François épouse Edmée Lejeune, qui n'est âgée que de 13 ans. Durant les premières années de la colonie, en Acadie, les filles à marier sont très rares et elles se marient très jeunes. Edmée lejeune était née en 1623 en Acadie, probablement au village Micmac établi près du premier fort de Port-Royal. Son père, venu en Acadie en 1611 avec Poutrincourt et Biencourt, avait épousé une indienne de la tribu abénaquise des Micmacs (voir la notice sur la famille Lejeune).
En 1636, Charles de Menou d'Aulnay, devenu gouverneur de l'Acadie après la mort du commandeur Isaac de Razilly, transporte la colonie de La Hève à Port-Royal, choisissant un nouveau site, sur la rive sud du bassin de Port-Royal, à l'embouchure de la rivière Dauphin (voir l'Acadie des origines, p. 45-49). L'année suivante, une fille, Marie, naît aux époux Gautherot, suivie, en 1638, par un fils, Charles. De 1638 à 1646, nous ne connaissons aucun enfant à François et à Edmée. Il est bien probable qu'ils eurent deux ou trois enfants durant cette période, mais comme les registres de Port-Royal pour 'cette période ont été perdus et que notre seule source de renseignements est le recensement de 1671, nous n'en trouvons aucune trace: ils ont dû mourir en bas âge: la mortalité infantile étant assez élevée à cette époque.
En 1646, une fille, nommée également Marie (ou parfois Anne-Marie), vient augmenter la famille; puis, en 1648, un second fils, appelé Jehan. En 1652, un couple de jumeaux, François et Renée, compléteront la demi-douzaine d'enfants vivants.
À part quelques appels aux armes auxquels François Gautherot doit répondre pour défendre Port-Royal attaqué par les Anglais, il passe l'été à cultiver son lopin de terre, À la fin de l'automne et en hiver, il se livre à la chasse, en compagnie des Micmacs, cousins de sa femme: ses fils deviendront presque tous coureurs de bois.
En 1656, deux ans après la prise de Port-Royal par les Anglais, la fille aînée de François, Marie, épouse Jean Potet, dit
La Fortune, Suisse de Lucerne.

http://www2.umoncton.ca/cfdocs/cea/livr ... 31&cform=T 
Lejeune, 1ère arrivante. Edmée (Aimée) (I3481)
 
94 Inhumation: 1848-03-14 Roy, Jumeau Marie-Zoé (I65)
 
95 Inhumation: le 1847-05-01 Roy, Jumeau Joseph (I64)
 
96 Jumelle Pitre dit Lajambe, Jumelle Marie-Louise (I936)
 
97 La mère du marié (Marie-Anne Loiselle) était décédée lors de son mariage.
Les deux époux étaient mineurs. 
Famille F12
 
98 Laboureur Barette, Alexis (I155)
 
99 Laboureur Dardenne, François (I3372)
 
100 Lavaltrie FS p610/627
Louise et Pierre étaient cousins germains. Le père de Pierre, Louis et le père de Louise, Benjamin, sont tous deux frères, enfants de Louis Perreault et Agathe Laporte dit St-Georges 
Famille F19
 

      1 2 3 4 5 ... 16» Suivant»


Ce site est propulsé par le logiciel The Next Generation of Genealogy Sitebuilding ©, v. 12.0.2, écrit par Darrin Lythgoe 2001-2019.

Géré par Denise Roy.