Généalogie Roy-Jeannotte

Une pensée pour ceux et celles qui nous ont créés

Imprimer Ajouter un signet

Notes


Résultats 2,101 à 2,174 de 2,174

      «Précédent «1 ... 18 19 20 21 22

 #   Notes   Lié à 
2101 PRDH: 97672 De Varennes, Claude (I3652)
 
2102 PRDH: 97679 Riberon, Claude (I3653)
 
2103 PRDH: 9788

Parrain: Nicolas Gode
Marraine: Barbe Deboulogne 
Beauvais, Barbe (I1485)
 
2104 PRDH: 9791

Ancêtre de Hormidas Roy alors que sa soeur Barbe est l'ancêtre de Adrienne Lefebvre

Même chose avec Anne Boursier (ancêtre de Adrienne Lefebvre) et Barbe Boursier (ancêtre de Hormidas Roy) 
Brunet, Jumelle Anne (I1481)
 
2105 PRDH: 9793

http://www.rolaro.ca/larojean/Marie_Suzanne.htm:

Après, on n’entend plus parler de Marie avant le 25 février 1702 alors qu’à 17 ans, elle épouse Alexandre Turpin, maître d’armes, âgé de 61 ans qui en est à son troisième mariage et qui a déjà engendré 13 enfants.

Des documents, qui nous sont parvenus aujourd’hui, indiquent que cette union ne fut pas très heureuse. Le premier document ci-dessous, daté du 18 février 1704, nous apprend que son mari Alexandre l’a délaissée et qu’elle est retournée dans sa famille au Sault-Saint-Louis. Elle est alors en procès avec un dénommé François Brunet dit Bourbonnais qui l’a séduite et mise enceinte. Le document indique que le séducteur est François Brunet fils d’Antoine, mais c’est impossible puisque ce François est décédé en 1702. Il s’agirait plutôt du fils du même nom qui est alors âgé de 22 ans. C’est quelqu’un de la parenté puisque la mère de François est Barbe Beauvais, la sœur de Charlotte, la précédente épouse d’Alexandre Turpin. Barbe demeurait alors au Sault-Saint-Louis qui était situé à peu près où se trouve Verdun de nos jours. Nous croyons que c’est chez elle que Marie était allée se refugier. À la conclusion du procès, Marie Gauthier obtint un jugement favorable et le 20 mars de la même année, elle donne naissance à son premier enfant qui est baptisé le lendemain à Lachine sous le nom François Turpin. On peut conclure qu’Alexandre accepta de reconnaître l’enfant même s’il n’était pas de lui. Par la suite, on entend plus parler de cet enfant, dont on ne trouve aujourd’hui aucune trace, autre qu’un extrait de baptême.
...


Suzanne Turpin et sa mère Marie Gauthier, une histoire de famille


Auteurs : Lyne Laroche et Georges Vaillancourt



Suzanne Turpin a épousé Jean Laroche, un pionnier né à Chef Boutonne, Poitou, France vers 1696. Leur mariage eut lieu à l’église Notre-Dame de Montréal, le 29 octobre 1723. Ils ont engendré une famille de 11 enfants qui sont à la source d’une grande lignée de Laroche. Nous avons convenu de commencer notre récit avec la naissance de la mère de Suzanne, même plusieurs années avant l’arrivée de Jean Laroche en Nouvelle France, parce que pendant cette période, il s’est déroulé à Montréal et autour, plusieurs évènements intéressants dont plusieurs inédits, qui auront une grande portée dans la suite de l’histoire de la lignée.

Marie (Josephe Marguerite) Gauthier est née le 19 avril 1684 à Lachine, mariée à Montréal le 25 février 1702 avec Alexandre Turpin Sandrille et inhumée le 20 mai 1728 à Ste-Anne-de-Bellevue. Elle est la fille de Pierre Gauthier Saguingoira [ i ], pionnier, né vers 1629 à Notre-Dame d'Échillais, évêché de Saintonge, France. Il était le fils de Jacques Gauthier et de Marie Boucher restés en France. Il mourut de fièvre le 5 décembre 1703 à l’âge de 74 ans et fut inhumé le lendemain à Lachine. Sa fille Marie, son fils Joseph, sa bru Clémence Jarry, ainsi que son gendre Jacques Denis, étaient présents (À noter l’absence d’Alexandre Turpin).

Pierre avait épousé à Montréal, le 12 novembre 1668, Charlotte Roussel, pionnière et fille du Roy. Sur l’acte de mariage, il est indiqué que les époux ne savaient pas signer leur nom. Jacques Lébert, marchand, Jean Gervais, habitant, ainsi que Charles Lemoyne de Longueuil étaient présents lors des funérailles et signèrent comme témoins C’est le père Gilles Pérot qui officiait.

Charlotte, née vers 1646 à Notre-Dame-la-Ronde, Évreux, Normandie, était la fille de Thomas Roussel et de Barbe Poisson demeurés en France. Il est dit qu’elle fut tuée lors du massacre de Lachine, le 5 août 1689, mais d’autres sources affirment qu’elle fut enlevée par les Iroquois et qu’elle mourut en captivité. On ajoute que Pierre Gauthier fut lui aussi enlevé pour n’être libéré que le 22 janvier 1698. On rapporte que lors de cette attaque 24 colons furent tués et que 70 à 90 autres furent enlevés.

Marie Gauthier n’avait que 5 ans lors de cet évènement. Privée de ses père et mère, il est raisonnable de supposer qu’elle a du être élevée par ses frères ou ses sœurs. À l’époque, seule Marie-Anne était mariée, elle venait d’épouser Jacques Denis au début de l’année, soit le 2 février 1689, on peut donc supposer que ce fut elle qui l’a prise en charge. Après, on n’entend plus parler de Marie avant le 25 février 1702 alors qu’à 17 ans, elle épouse Alexandre Turpin, maître d’armes, âgé de 61 ans qui en est à son troisième mariage et qui a déjà engendré 13 enfants.

Des documents, qui nous sont parvenus aujourd’hui, indiquent que cette union ne fut pas très heureuse. Le premier document ci-dessous, daté du 18 février 1704, nous apprend que son mari Alexandre l’a délaissée et qu’elle est retournée dans sa famille au Sault-Saint-Louis. Elle est alors en procès avec un dénommé François Brunet dit Bourbonnais qui l’a séduite et mise enceinte. Le document indique que le séducteur est François Brunet fils d’Antoine, mais c’est impossible puisque ce François est décédé en 1702. Il s’agirait plutôt du fils du même nom qui est alors âgé de 22 ans. C’est quelqu’un de la parenté puisque la mère de François est Barbe Beauvais, la sœur de Charlotte, la précédente épouse d’Alexandre Turpin. Barbe demeurait alors au Sault-Saint-Louis qui était situé à peu près où se trouve Verdun de nos jours. Nous croyons que c’est chez elle que Marie était allée se refugier. À la conclusion du procès, Marie Gauthier obtint un jugement favorable et le 20 mars de la même année, elle donne naissance à son premier enfant qui est baptisé le lendemain à Lachine sous le nom François Turpin. On peut conclure qu’Alexandre accepta de reconnaître l’enfant même s’il n’était pas de lui. Par la suite, on entend plus parler de cet enfant, dont on ne trouve aujourd’hui aucune trace, autre qu’un extrait de baptême.




BANQ Cote : TL4,S1,D747
Procès entre Marie Gauthier, femme d'Alexandre Turpin, plaignante, et François Brunet dit Bourbonnais, fils d'Antoine, accusé de séduction et d'avoir mis enceinte la plaignante . - 18 février 1704
- 2 document(s) textuel(s) (pièce(s))
Portée et contenu
Ce dossier de matière criminelle est composé des pièces suivantes : la déclaration de Marie Gauthier, disant que son mari l'avait délaissé pour aller aux Outaouais et qu'elle a eu le malheur de devenir enceinte du fait de la sollicitation importune de François Brunet, qui l'a séduite alors qu'elle demeurait chez sa famille au Sault-Saint-Louis ; la communication au procureur du roi, lequel requiert que Marie Gauthier aura soin de son "fruit" et que François Bourbonnais sera assigné pour répondre et devra subvenir aux frais de l'accouchement et de la nourriture ; et l'ordre à Marie Gauthier d'avoir soin de son enfant, de le faire baptiser et de faire rapport sur son accouchement .

Se référer à la case 5 du tableau en bas



Le 15 septembre 1704, Marie intente un nouveau procès, cette fois-ci pour séparation de biens avec son mari Alexandre Turpin. Est-ce une manœuvre pour sauver leurs quelques biens d’une possible faillite du mari? C’est difficile à dire. Pour bien comprendre ce dont il s’agit, il faudrait être capable de lire les documents originaux, ce que nous n’avons pas réussi à faire parce qu’ils sont vraiment illisibles. Peut-être que Marie possédait quelques biens lors de son mariage ou encore veut-elle préserver la compensation qu’elle a reçue de son séducteur François Brunet? Il ne s’agit pas d’une séparation de corps, car il semble que par la suite, ils soient demeurés ensemble jusqu’à la mort d’Alexandre Turpin, dont on ne connait pas la date exacte, mais qui est survenue avant le remariage de Marie Gauthier avec Joseph Poirier dit Desloges en la paroisse Notre-Dame de Montréal, le 16 septembre 1709.




BANQ Cote : TL4,S1,D788
Procès entre Marie Gauthier, demanderesse, et son mari Alexandre Turpin, maître en fait d'armes, défendeur, pour séparation de biens . - 15—17 septembre 1704
- 5 document(s) textuel(s) (pièce(s))
Portée et contenu
Ce dossier de matière civile est composé des pièces suivantes : la requête en séparation de biens par Marie Gauthier, contre Alexandre Turpin, lequel ne l'avait pas informé, lors de son mariage, de ses nombreuses dettes; la permission d'assigner ses témoins et son mari et l'ordre de comparution à ces derniers ; le rapport d'assignations ; le procès-verbal d'enquête ; l'information judiciaire ; le dictum de sentence de séparation ; et le mémoire de frais. Les témoins sont Jean-Baptiste Pâtissier dit Saint-Amand et Pierre Perthuis, marchand bourgeois .

Se référer à la case 7 du tableau en bas



Le 17 août 1705 à Sainte-Anne-de-Bellevue, Marie Gauthier met au monde son deuxième enfant, une fille qui sera baptisée le même jour sous le nom de Suzanne Turpin. Suzanne n’aura pas la chance de bien connaitre son père puisqu’il décèdera vers l’âge de 68 ans avant qu’elle n’atteigne cinq ans. Elle aura eu cependant beaucoup de demi-frères et demi-sœurs. En effet, Alexandre Turpin a eu 5 enfants de son premier mariage et 8 de son second. Après sa mort, sa troisième épouse Marie Gauthier s’est remariée avec Joseph Poirier et ils ont eu 9 enfants. Il semble que Suzanne soit demeurée chez sa mère et son beau père à l’Ile Perrot à l’ouest de Montréal jusque vers l’âge de 16 ans alors qu’elle partit travailler comme servante pour Marie Madeleine Lemoyne qui vivait, avec son second mari René Godefroy de Linctot, sur la rue St-Paul à Montréal dans une demeure que René avait fait construire sur un terrain dont Marie Madeleine Lemoyne avait hérité au décès de son premier mari Jean-Baptiste Beauvais, frère de Charlotte Beauvais, la deuxième épouse d’Alexandre Turpin. Donc la mère de Suzanne, Marie Gauthier, devait avoir connu Marie Madeleine avant la mort de Jean-Baptiste survenue avant 1708. C’est probablement pour cela qu’elle permit à Suzanne d’aller travailler pour elle à Montréal même si elle était encore très jeune.

À Montréal sur la rue François-Xavier au coin de la rue St-Paul où Suzanne travaillait, il y avait le boulanger Antoine Poudret, un célibataire de 31 ans. Nous supposons que c’est en allant quérir du pain que Suzanne l’a connu. Des documents trouvés à la BANQ (voir encadré ci-dessous) démontrent qu’Antoine aurait abusé d’elle et l’aurait mise enceinte probablement quelque part dans une pièce de la boulangerie, puisque Madame de Linctot (Marie Madeleine Lemoyne) ne l’aurait pas laissé approcher la jeune fille car il n’avait pas une bonne réputation, d’autres procès en témoignent. Suite à cet incident, le beau-père de Suzanne, Joseph Poirier, a poursuivi Antoine Poudret pour obtenir réparation.




BANQ Cote : TL4,S1,D2849
Procès entre Joseph Poirier dit Desloges, époux de Marie Gauthier, de l'île Perrot, plaignant, et Antoine Poudret, fils, boulanger, accusé d'abus sur Suzanne Turpin, fille de feu Alexandre et Marie Gauthier. - 29 décembre 1722
Portée et contenu
- 2 document(s) textuel(s) (pièce(s))
Ce dossier de matière criminelle contient la requête de Joseph Poirier, disant que sa belle-fille, Suzanne Turpin, aurait été engagée pour servir la dame de Linctot et qu'elle aurait été abusée par le boulanger Antoine Poudret, fils, sous de fausses promesses de mariage et qu'elle en est enceinte. Il demande de faire emprisonner le coupable pour séduction et demande la tenue d'un procès extraordinaire. Le dossier contient aussi la communication au procureur du roi, lequel n'empêche la tenue d'un procès et l'emprisonnement de l'accusé ; de même que le décret de prise de corps contre ce dernier.

Se référer aux cases 10 à 12 du tableau en bas



Le 16 avril 1723 naissait donc la première enfant de Suzanne Turpin qui fut baptisée Marie Clémence Turpin. Le nom du père n’est pas mentionné sur l’acte de baptême. À la naissance de l’enfant, le père Antoine Poudret était âgé de 32 ans et Suzanne Turpin avait 17 ans.

C’est le 29 octobre 1723, soit un peu plus de six mois après la naissance de Clémence que Suzanne Turpin unissait son destin à celui de Jean Laroche à l’église Notre-Dame de Montréal. Celui-ci a surement reconnu Clémence comme son enfant puisqu’elle s’est mariée sous le nom de Marie-Clémence Laroche, le 17 août 1739 avec Pierre Monbleau dit Latulippe. Elle avait un peu plus de 16 ans et elle était certainement enceinte lors de son mariage, car elle donna naissance à une fille, baptisée Marie Josephe Monbleau, le 10 décembre 1739, soit un peu moins de 4 mois après son mariage.



Barbe, Charlotte et Jean-Baptiste Beauvais sont frère et soeurs. Ils sont à la source des liens entre les autres personnes dans l'article ci-dessus. La chronologie des événements est numérotée de 1 à 15.

1
Barbe Beauvais (1656-1746)
Épouse en 1672
François Brunet, père, (1644-1702)

2
Charlotte Beauvais (1667-?) devient en 1684 la seconde épouse d’Alexandre Turpin (ca 1641-/1709)

3
Jean-Baptiste Beauvais
(1662/ca1708)
épouse en 1697
Madeleine Lemoyne (†ca 1728)

5
François Brunet, fils (1682-1740)
séduit en 1703 Marie Gauthier
au Sault-St-Louis

4
Alexandre Turpin (ca 1641- av 1709) épouse en troisième noce Marie Gauthier (1684-1728) le 25-2-1702



6
Un fils François Turpin nait de cette aventure le 21-3-1704 , on lui donne le patronyme Turpin

8
Suzanne Turpin (1705-1797) nait le 17-8-1705.

9
Madeleine Lemoyne (†ca 1728) épouse en deuxième noce en 1709 René Godefroy de Linctot

7
Procès pour séparation de biens entre Marie Gauthier et Alexandre Turpin
14 au 17 septembre 1704

10
Alexandre Turpin est décédé, Marie Gauthier épouse
Joseph Poirier (ca 1685-1754) en 1709

11
Suzanne Turpin part travailler chez sa "tante" Madeleine de Linctot en 1722. Elle est séduite par le boulanger Antoine Poudret, fils (ca 1691- )



13
Suzanne Turpin (1705-1797) épouse Jean Laroche 6 mois plus tard le 29/10/1723. Celui-ci adopte Marie-Clémence

12
Suzanne Turpin, célibataire, donne naissance à Marie-Clémence Turpin le 16 avril 1723



14
Marie-Clémence épouse Pierre Monbleau le 17-8-1739, sous le nom de Marie-Clémence Laroche

15
Marie -Clémence donne naissance moins de 4 mois plus tard à
Marie-Josephe Monbleau
le 10-12-1739 
Brunet, Jean-François (I1512)
 
2106 PRDH: 9798 Brunet, Joseph (I1517)
 
2107 PRDH: 9800

Parrain: Prudent Pougret
Marraine: Anne Tailbot

Le lendemain, sa fille Marie-Josephe agée de 3 semaines décédait. Même document de décès. 
Ménard, Anne (I2013)
 
2108 PRDH: 9803 Brunet dit Belhumeur, François (I2031)
 
2109 PRDH: 9804 Brunet dit Belhumeur, Marie Madeleine (I2032)
 
2110 PRDH: 9805 Brunet dit Belhumeur, Anne (I2033)
 
2111 PRDH: 9807

Parrain: Jean Richard
Marraine: Suzanne Delicerasse

https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Brunet_Jean-Francois&pid=79216 :

En 1751, les sulpiciens du Sault au Récollet lui concèdent deux terres. Dorénavant, la famille se fixe près de l’ancienne réserve indienne. 
Brunet dit Belhumeur, Jean-François (I2008)
 
2112 PRDH: 9810 Brunet dit Belhumeur, Madeleine (I2037)
 
2113 PRDH: 98503 Goyet-Goguet, Marie-Madeleine (I762)
 
2114 PRDH: 9859

Parrain: Pierre Toupin
Marraine: Élisabeth Moreau

Les deux ont signé l'acte de baptême. 
Thibault, Anne (I2009)
 
2115 PRDH: 9877 Bernard, Hugues (I3230)
 
2116 PRDH: 9878 Destournere, Perrine (I3231)
 
2117 PRDH: 9879

http://www.migrations.fr/700fillesroy.htm#B :

BERNARD Jeanne
Fille de feu Hugues et Perrine Destournère.
Née vers 1651
Inhumée 22 juin 1715 à Notre-Dame de Montréal
Âgée de 66 ans. Acte de sépulture

1 mariage
TUILLIER Jacques, dit Desvignets, habitant.
Fils de Jean et Gillette Louier d’origine inconnue
Né vers 1642, décédé 19/08/1710 Montréal

Mariage le 29/04/1669 à Montréal
Voir acte de mariage

Ménage établi à Montréal. 8 enfants
1)-Jean : baptisé le 19 février 1670 à Montréal, inhumé le 06/02/1690 à Montréal
2)-Marie-Anne : baptisée le 26 janvier 1673 à Montréal, Mariage avec Pierre Cardinal, le 24 novembre 1698 à Montréal,
décédée le 15/05/1731 et inhumée le 16 à Montréal
3)-Jeanne : baptisée le 3 janvier 1676 à Montréal. Jeanne Thuillier et Antoine Trudel signent un contrat de mariage le 29 avril 1696 par devant Sieur Antoine Adhémar de Saint-Martin. Elle épouse Antoine Trudel le 30 avril 1696 en l' église Notre-Dame, de Montréal. En seconde noces le 07/07/1704 à Montréal, avec Jean-Baptiste Lecavalier, inhumée le 27/01/1727 à Longue-Pointe.
4)-Elizabeth : baptisée le 26 avril 1679 à Montréal. Elle épouse René Beaussant, le 24 novembre 1698 à Montréal, inhumée le 18/06/1757 à Montréal
5)-Jacques : né le 15 septembre 1681 et baptisé le 16 à Montréal. Il est décédé et inhumé le 18 septembre 1681 à Montréal
6)-Angélique : baptisée le 17 octobre 1683 à Montréal. Elle épouse Pierre Desautels, le 12 janvier 1699 à Montréal.
décédée le 19/01/1765 et inhumée le 20 à Longue Pointe.
7)-Jacques : né le 19 octobre 1685 et baptisé le 20 à Montréal, inhumé le 12 août 1711 à Montréal
8)-Nicolas : baptisé le 3 avril 1689 à Montréal, mariage à Dorothée Mercie vers 1722

Au recensement de 1681, le couple est cité à Montréal. Jacques (Luillier) est dit avoir39 ans; Jeanne Bernard son épouse, 30 ans; ils ont alors 4 enfants; Jean, 12 ans; Marie, 8 ans; Jeanne, 6 ans; Elisabeth, 2 ans. Le couple possède 7 bêtes à cornes et 35 arpents de terre en valeur.

Faits judiciaires
1er juillet 1710
Ordonnance de l'Intendant Antoine-Denis Raudot qui autorise Jacques Thuillier et Jeanne Bernard sa femme, à faire abandon de leurs terre, meubles, effets et bestiaux au profit de leur gendre Pierre Desautels.
http://pistard.banq.qc.ca/unite_chercheurs/description_fonds?p_anqsid=20180622102015782&p_centre=03Q&p_classe=E&p_fonds=1&p_numunide=806785

22 décembre 1705
Procès entre Nicolas Brazeau, demandeur, et Jacques Thuillier dit Desvignets, défendeur, au sujet de l'état des roues d'une charrette
http://pistard.banq.qc.ca/unite_chercheurs/description_fonds?p_anqsid=20180622102015782&p_centre=06M&p_classe=TL&p_fonds=4&p_numunide=861648


Sources: Tanguay volume 1, pages 393 et 576 ; Dumas page 183 ; Gagné, pp. 84-85; Jetté, p. 1081; RAPQ, pp. 214 – 1712, 227 - 1719 ; Landry, Les Filles du Roy au XVIIè siècle édition 2013, p 58 ;Recensement de 1681 en Nouvelle-France, référant au chapitre IV du livre Histoire des Canadiens-Français de Benjamin Sulte, compilé par Jean-Guy Sénécal (senecal@gel.ulaval.ca) le 17 mars 1998.;


https://ahmhm.com/petites-et-grandes-histoires/ :

Pierre Desautels dit Lapointe est baptisé le 13 septembre 1677 à la côte St-Martin (aujourd’hui Maisonneuve) du second mariage de son père Pierre avec Catherine Lorion. Il épouse Angélique Thuillier, fille de Jacques Thuillier dit Desvignets et de Jeanne Bernard le 12 janvier 1699 à Notre-Dame de Montréal. Le père d’Angélique est propriétaire de la concession #1000 au livre terrier des Sulpiciens à la côte St-François. Par l’héritage de sa femme, Pierre Desautels en deviendra propriétaire. En 1731, la superficie est de trois arpents de front sur soixante-dix-sept arpents de profondeur. Sur une superficie de 231 arpents, soixante sont en terre labourable et douze sont en prairie. En outre, Desaultels possède un moulin à scie. La terre se situe probablement du côté est de ce qui s’appelait le ruisseau Truteau, plus tard connu comme le ruisseau Molson. Pierre Desautels meurt à un âge très avancé le 10 août 1753.2

Alors que la très grande majorité des hommes s’engagent vers l’Ouest afin de ramasser l’argent nécessaire pour s’acheter une terre ou se bâtir une maison, Pierre Desautels s’engage après son mariage. Lorsqu’il part en mai 1701, son fils ainé Pierre n’a que quelques mois. Il s’engage de nouveau le 10 juillet 1703 et le 28 juillet 1704 pour retourner au fort Pontchartrain. Au moment de son troisième départ, il laisse une femme et trois enfants en bas âge. Ses deux fils aînés, Pierre et Louis, seront également des engagés de l’Ouest, le premier le 9 juillet 1729 et le second le 1er juillet de la même année.3

Quand à Gabriel Aubuchon, il est baptisé à Québec le 25 décembre 1679. Il est fils de Jean Aubuchon et de Marguerite Sédillot dont nous avons parlé plus haut. Le voyage à Détroit est le seul engagement de Gabriel. Il habite sûrement avec ses frères ainés sur la terre paternelle dont nous avons parlé dans un précédent article. Il meurt célibataire et est inhumé à Pointe-aux-Trembles le 14 juillet 1703.

Signalons que le 24 juillet 2001, pour célébrer le 300e anniversaire de la fondation de Détroit, la French Canadian Historical Society of Michigan a fait ériger une plaque bilingue dans un parc à Détroit. La plaque s’intitule ±Le convoi de Cadillac. On y trouve le nom des 52 engagés et des dirigeants. Le nom de Pierre Desaultels et de Gabriel Aubuchon y figurent fièrement comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.


http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Bernard_%28Jeanne%29_ :

Bernard (Jeanne)
Publicité

(Annonces .)
Née vers 1651.
Lieu d'origine inconnu.
Fille du Roy arrivée à Québec le 3 juillet 1668 à bord du navire Nouvelle-France.
Mère de la lignée Tuillier ou Thuillier/Bernard d'Amérique.
Épouse Jacques Thuillier dit Desvignets à Ville-Marie (Montréal) le 29 avril 1669 ; de cette union sont issus Jean Thuillier, Marie-Anne Thuillier (mariée à Pierre Cardinal), Jeanne Thuillier (mariée à Antoine Trudel), Élisabeth Thuillier (mariée à René Beaujean), Thérèse-Angélique Thuillier (mariée à Pierre Desautels), Nicolas Thuillier (marié à Dorothée Mercier).
Décès en 1715 (22 juin) à Montréal.
En 1729, elle avait 68 descendants.

Crédits -

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)
Pour le Christ et le Roy - La vie au temps des premiers Montréalais (sous la direction de Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992)
Les Filles du Roy au XVIIe siècle (Yves Landry, Leméac, 1992)

http://www.mesancetres.ca
http://www.migrations.fr/700fillesroy.htm
http://lesfillesduroy-quebec.org

https://acanadianfamily.wordpress.com/2018/03/29/french-canadian-pioneers-the-thuilliers-of-quebec/ :

eanne Bernard was a Fille du Roi. She was baptized on September 13th, 1645 in the protestant church of Sedan in the Ardennes (France). Her parents were Hugues Bernard (a tailor) and Pierrette Destournelle. She died or was buried on June 22nd, 1715 in Montreal. 
Bernard, 1ère arrivante. Fille du roy. Jeanne 1668 sur le navire La Nouvelle France. (I3224)
 
2118 PRDH: 9899
http://www.naviresnouvellefrance.net/html/pages16571658.html :
Serait arrivé sur le navire Les Armes d'Amsterdam, en 1657.
Pierre GAIGNEUR, Jacques MASSÉ, Jean ROY et Jean CHANJON louent ce navire hollandais à son capitaine hollandais, Jacob GILLISSEN, pour 1000L par mois, plus 50L par mois au capitaine et à son mousse. Selon Bosher (1) le capitaine Jean GUILLONNEAU commande ce navire. Pierre GAIGNEUR et Jean ROY sont de passage à Québec en 1657. Le marchand Jacques MASSÉ, qui hiverne à Québec en 1657-1658, est sans doute venu sur ce navire.

Engagements pour le Canada pour trois ans à Antoine GRIGNON, Pierre GAIGNEUR et Jacques MASSÉ, marchands de La Rochelle (Moreau, notaire à la Rochelle). Ces engagés se sont probablement embarqués dans le navire les Armes :
(377) Mathieu BRUNET, 20 ans, d'Olonne, près des Sables, 60L par an.

http://www.perche-quebec.com/files/perche/individus/brunet-mathieu.htm

Mathieu Brunet dit Lestang serait né et baptisé le 20 décembre 1637 dans la paroisse Saint-Jean à Rai (Orne)[1] aux confins du pays d'Ouche et du Perche. Cette information n'a pas pu être vérifiée car les registres paroissiaux en ligne de Rai ne commencent qu'en 1682. Néanmoins, cette date est cohérente avec l'âge déclaré sur son acte de décès en 1708 ± âgé d'environ soixante dix ans .

Par ailleurs, son acte de mariage avec Marie Blanchard précise les noms de ses parents et leur origine: ± Matthieu Brunet, fils de Jacques, et de Jacqueline Recheine, ses père et mère de la paroisse de Tourouvre, Evesché de Chartres .

Mathieu s'engage à la Rochelle le 19 mars 1657 pour le Canada (contrat Moreau, notaire à la Rochelle), pour une durée de trois ans, auprès d'Antoine Grignon, Pierre Gaigneur et Jacques Massé, marchands de la Rochelle [1] d'où il embarque probablement sur le navire Les Armes d'Amsterdam pour rejoindre la Nouvelle-France.[2]. Il se marie le 17 novembre 1667 à Québec avec la normande Marie Blanchard, fille du roi, originaire de la paroisse Saint-Nicaise de Rouen, arrivée en Nouvelle-France la même année ±apportant des biens estimés à 50 livres[3]. Marie Blanchard est la fille de Jean Blanchard et de Martine Le Bas.

Le 8 février 1671, Nicolas Marsolet lui accorde une concession de six arpents de front par 40 arpents de profondeur, sur le fleuve Saint-Laurent, dans l'arrière-fief dit les prairies Marsolet, à Champlain. Le contrat de mariage n'est passé que le 14 avril 1679, à Champlain, alors qu'ils sont mariés depuis plus de onze ans. Au recensement de l'année 1681, Mathieu et Marie habitent toujours à Champlain. Le couple aura 10 enfants, tous nés à Champlain.

Le 4 novembre 1687, Mathieu Brunet loue la ferme de Jean Vincent Philippe de Hautmesnil, à Rivière Saint-Pierre, puis progressivement, les Brunet se rapprochent de Montréal, Lachine et Verdun. Le 4 mars 1692, les Brunet s'installent sur un emplacement de la Place d'Armes.[3]

Le 1er décembre 1708, Mathieu Brunet, habitant de la paroisse de Lachine, est hospitalisé à l'Hôtel-Dieu de Montréal et y décède ± âgé d'environ soixante dix ans . Il est inhumé le 17 décembre 1708 dans cette même ville.

Sa veuve Marie Blanchard se remarie à Lachine avec Yves-Luc Lucas dit Saint-Venan (maître tonnelier) avec qui elle n'aura pas d'enfant. Elle meurt le 29 juillet 1722 à Lachine[4].
[1] Fichier Origine
[2] Navires venus en Nouvelle-France
[3] Le Québec, une histoire de famille
[4] LANDRY Yves. Orphelines en France, pionnières au Canada : les Filles du roi au XVIIe siècle. Montréal, Leméac, 1992, p. 280.

http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Brunet_Mathieu&pid=8531 :

ID No: 8531
Prénom: Mathieu
Nom: Brunet
dit Létang
Sexe: M
Occupation:
Naissance: 20 décembre 1637 vers
Paroisse/ville: Rai, St-Jean, Orne
Pays: France
Bapt./Source: FIchier Origine
Inh.: 17 décembre 1708 - âge: 71
Paroisse/ville: Hotel-Dieu, Montreal
Pays: Canada
Inh./Source: s 17 décembre 17080
Information, autres enfants, notes, etc.
Fils de Jacques et Jacqueline Recheine ou Prohute

selon FIchier Origine baptisée 20-12-1637 St-Jean-de-Rai, France et fille de Jacques Brunet et Jacqueline Rachine

Baptême 20-12-1637 St-Jean-de-Rai (Fichier Origine)

(CT 04-04-1679 Adhémar) avec Marie Blanchard

Engagé La Rochelle le 19-3-1657, habitant d'Olonne, Poitou, Vendée

https://www.wikitree.com/wiki/Brunet-97 :
Biographie
Flag of France
Mathieu (Brunet) Brunet dit Lestang migrated from France to New France.
Flag of New France
Drapeau identifiant les profils du Canada, Nouvelle-France
Mathieu (Brunet) Brunet dit Lestang a vécu
au Canada, Nouvelle-France.
Mathieu BRUNET dit Lestang (1637 - 1708)[1][2][3][4][5][6][7][8][9][10] [Carpin #268*][11][12]

Fils de Jacques Brunet et Jacqueline Recheine ou Prohuie, Mathieu Brunet aurait été né et baptisé en France le 20 décembre 1637 à Rai en Normandie et le diocèse d'Évreux aux confins du pays de l'Ouche et de l'ancienne province du Perche.[2][3][13][4][5][6][7][8][9][14] Toutefois cette information ne peut être vérifiée car les registres paroissiaux en ligne ne début qu'en 1682.[6]

Il migra en qualité d'engagé (ct Moreau, La Rochelle, 19-03-1657) pour une première fois en 1657 s'embarquant probablement sur le navire Les Armes d'Amsterdam pour rejoindre le Canada.[2][6][15][11][16] Il a dû revenir en France (après que son contrat de 36 mois a expiré) car il ne figure pas dans les énumérations des recensements de 1666 et 1667.[15][17][6]

Il épousa Marie Blanchard, née vers 1649, fille du roi arrivée à Québec le 25 septembre 1667 sur le St Louy, fille de Jean Blanchard et Martine Lebas, originaire de la paroisse Saint-Nicaise de Rouen en Normandie, le 10 novembre 1667 à Notre-Dame de Québec.[2][18] Le couple passe un contrat de mariage civil (12 ans plus tard) le 14 avril 1679 à Montréal devant maître Antoine Adhémar.[18]

En 1685, il aurait joint une expédition organisée par son 'ami' Nicolas Perrot qui fut au printemps nommé commandant en chef de la baie des Puants (Green Bay au Wisconsin) et des pays voisins.[15] Il a déménagé sa famille à Montréal à la même époque, selon un des hypothèques agricoles datées novembre 1687.

Il est décédé ± âgé d'environ soixante dix ans à l'Hôtel-Dieu de Montréal et fut inhumé le 17 décembre 1708 à Montréal (ce qui est cohérent avec sa naissance en 1638).[2][18][6]

Il avait 174 descendants en 1729.[10]

Recensements / Censuses
Famille de / family of - Mathieu Brunet
Énumération pour / enumeration for Champlain, 1681 - Louis De Meraumont 28. Mathieu-(Michel) Brunet (dit Lestang), 33 ; Marie Blanchard, sa femme, 32 ; enfants - Michelle 13, Jean 11 , Marianne 9, Jean 8, Pierre 6, Marie 4, Jacob 1 ; 1 vache ; 21 arpents en valeur.[19] 
Brunet dit Létang, 1er arrivant Mathieu (I542)
 
2119 PRDH: 99101 Prud'homme, Pierre Jean (I3029)
 
2120 PRDH: 99102 Bousquet, Marie Madeleine (I2945)
 
2121 PRDH: 99103 Laberge, Louis (I4370)
 
2122 PRDH: 9961 Ratier Buisson, Joseph (I1111)
 
2123 PRDH: aucun Sigouin, Eulalie (I2745)
 
2124 PRDH: aucun Sigouin, Zéphirin (I2746)
 
2125 PRDH: aucun Labelle, Aurélie (I2747)
 
2126 PRDH: aucun Monet (Boismenu), Marie-Rose (I2748)
 
2127 PRDH: aucun Monet (Boismenu), Joseph Hormisdas (I2750)
 
2128 PRDH: aucun Bergeron, Oliva (I2751)
 
2129 PRDH: aucun Bergeron, Louis (I2752)
 
2130 PRDH: aucun Masson, Olive (I2753)
 
2131 PRDH: aucun Ratelle, Michel (I2830)
 
2132 PRDH: aucun. Ratelle, Michel - 2 (I2834)
 
2133 PRDH: PRDH: 12849 Beauvais, Jean (I1527)
 
2134 PRDH:2393

Charpentier.

http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=240571:

BOYER / BOUHIER, Nicolas 240571
Statut Marié
Date de baptême 29-09-1637
Lieu d'origine Le Poiré-sur-Velluire (Notre-Dame) (Vendée) 85177
Parents Étienne BOUHIER et Perrine Payneau
Première mention au pays 1664
Occupation à l'arrivée Charpentier
Date de mariage 08-08-1667
Lieu du mariage Montréal (Notre-Dame)
Conjoint Marguerite Maclin
Décès ou inhumation Montréal, 24-05-1714
Remarques En 1664, Nicolas Boyer (Étienne et Perrine Peineau), est en provenance de La Rochelle (17300). Sa soeur Jeanne Bouhier est baptisée à Le Poiré-sur-Velluire (Notre-Dame), le 07-07-1650.
Identification* DGFQ, p. 161 ; DGFC, vol. 1, p. 84
Chercheur(s) Jean-Paul Macouin ; Josée Tétreault ; Jean-Marie Germe
Référence* AGCF, no 9, p. 11
Copie d'acte AD-85 numérisé
Dossier d'archives numérisé
Date de modification 2016-11-30


http://www.migrations.fr/margueritemaclin.htm#maclin:

Nicolas Boyer, ses origines, son arrivée à Ville-Marie jusqu’à son mariage avec Marguerite Maclin le 8 août, 1667.

Tout ce qu'on sait de l'arrivée de Nicolas Boyer en 1664 suit:

"Compensant ses pertes de l'année, Montréal reçut le renfort de dix-huit colons, venus de France en juin aux frais du roi à la suite de sa politique d'activer le peuplement de la colonie. Ce fut Charles Le Moyne qui les amena de Québec à Ville-Marie; malheureusement, deux moururent avant d'arriver à destination"[23]
Voici la description du poste à son arrivée:

"Au lieu de la quarantaine de maisons de 1657, le poste en groupait maintenant, en 1664, une soixantaine, construites de façon à servir de défense en cas d'attaque. Dans un quadrilatère qui irait de la rue McGill à la rue Bonsecours, et de la rue Craig au fleuve, elles s'aggloméraient en quatre petits groupes, le premier, voisin du fort autour de l'actuelle Place Youville; le second et plus nombreux, le long de la rue Saint-Paul, flanquant l'Hôtel-Dieu de Jeanne Mance et l'école de Marguerite Bourgeoys, rues Saint-Sulpice et Saint-Paul; le troisième au nord de l'actuelle Place d'Armes et le dernier au côteau Saint-Louis entre la rue Saint-Paul et l'actuel Champ de Mars. Des sentiers battus reliaient à travers champs, ces quatre groupes d'habitations."[24]
En 1665, Nicolas était un de 7 charpentiers. Il épousa Marguerite le 8 août, 1667.

https://gw.geneanet.org/monartque?lang=fr&pz=pierre&nz=tremblay&ocz=19&p=nicolas&n=boyer


http://naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/engages/engagesBoyBru.html#pagesbovet:

(f Étienne et Perrine PEINEAU ou POYNEAU), b 29-09-1637 Le Poiré-sur-Velluire, év. La Rochelle, ar. Fontenay-le-Comte, Poitou (Vendée); d rivière St-Pierre s 24-05-1714 Montréal (80 ans); probablement engagé la Rochelle 1664; sur la liste des passagers du Noir, d’Amsterdam; arrivé 25-05-1664 Québec; 24 ans au rec. 66, à Montréal, domestique de Claude ROBUTEL; 39 ans au rec. 81, à Montréal; charpentier; m 08-08-1667 Montréal (ct 03-07 Basset) avec Marguerite MACLIN, Fille du roi de 1659; famille établie à Montréal; 10 enfants. (DGFQ : 161; FO; RHAF, 6 : 392)


http://naviresnouvellefrance.net/html/page1664.html#nicolasbouer:

774 Le Noir, d'Amsterdam 100-200 Tx Pierre FILLYE, cap Pre FILLYE et Chs AUBERT Cie de Rouen
Qc 25 mai, d 22 jun, pêche Dieppe
Dieppe 
Boyer, 1er arrivant Nicolas 1664 sur le navire Le Noir D'Amsterdam. (I1196)
 
2135 PRDH:3128447 Beaune - Lafranchise, Jean (I1090)
 
2136 PRDH:52200

Parrain: Mathieu Brunet
Marraine: Madeleine Dufan 
Milet, Mathieu (I589)
 
2137 PRDH:96663

1er mariage avec Claude Guilmet, le 4 fév 1738 à Yamachiche.
2e mariage: 3 nov 1750 avec François Jacques Bonaventure Grenier ou Grigner, à Yamachiche

http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?pid=86616&partID=18255 :
ID No: 86616
Prénom: Genevieve
Nom: Millet
Sexe: F
Occupation:
Naissance: 1719 vers
Paroisse/ville: Lieu indéterminé au Québec PRDH
Pays: Canada
Bapt./Source: vers 1719 Lieu indéterminé au Qc PRDH
Décès: 01 janvier 1795 - âge: 76
Paroisse/ville: Yamachiche
Pays: Canada
Inh./Source: sépulture le 2 janvier 1795, Yamachiche, Geneviève Milet veuve de feu Baptiste Grenier morte d'hier, âgée d'environ 78 ans
(S.1, Yamachiche, 1795, page 1)
Information, autres enfants, notes, etc.
mariage entre Francois-Bonaventure Grenier fils de Joseph Gregner et marie-Catherine Houde de la paroisse de Ste-Croix et Geneviève Millet fille de Mathieu Millet et Geneviève Banyllac 
Millet, Geneviève (I584)
 
2138 Première épouse de Jacques Lussier, elle n'est pas dans la lignée des Roy.


http://www.migrations.fr/700fillesduroy_3.htm :

LAMARCHE Charlotte
350 livres de dot dont 50 livres du roi.
Fille de François et Suzanne Bourgeois de St-Jacques-du-Haut pas. 5ème arrondissement de Paris; Île-de-France
Née vers ...,
Inhumée en juin 1671 en la chapelle de la paroisse de Boucherville
± Aydée par chacun faute de prestre
Dite Charlotte Lamarque sur son acte de sépulture
Acte de sépulture

1 mariage:
LUSSIER Jacques Habitant, marin, capitaine de milice dela côte de Varennes
Fils de Jacques et Marguerite Darmine de St-Eustache,1er arrondissement de Paris, Ile-de-France.
Né vers 1646
Mort noyé et inhumé le 12/06/1713 à Sorel

Mariage le 30/09/1669 à Québec Acte de mariage regarder De La Marche
Couple avec 1 enfant
1) Marie: baptisée 03/02/1671 à Boucherville, Mariage avec Paul Laporte le 24/02/1688 Boucherville
Sépulture le 20/05/1695 Boucherville

Remarié à Catherine Clérice (Fille du Roi) fille de Pierre et Marie Lefebvre de St. Sulpice,6ème arrondissement de Paris. Île-de-France.
Couple avec 12 enfants. 
Lamarche, 1ère arrivante. Fille du roy Charlotte 1669 sur le navire Le St-Jean-Baptiste. (I2994)
 
2139 PRHD: 10680

Marie Jean Boulerice (1er arrivant) elle est l'ancÅre de Clina Loisel (grand-me de Robert Roy)
Sa Soeur Barbe est l'ancÅre de Agnor Jeannotte (pe de Marguerite Jeannotte) par les Loisel (Loiselle) 
Demers Dumais, Marie (Marie-Anne) (I4762)
 
2140 Publication d'un ban de mariage.
Marguerite Noiseux était mineure. 
Famille F10
 
2141 Publication d'un seul banc de mariage
Témoins du côté du père: ses deux frères, Benjamin (servant de père) et Nicolas Lefebvre
Du côté de l'épouse: Louis Trudeau, son père et son frère Jean Trudeau  
Famille F28
 
2142 RENAUD, Barbe
(Vincent et Marie MARTIN), b 11-09-1644 Notre-Dame-de-Cogne de La Rochelle, Aunis (Charente-Maritime); d 21 s 22-01-1719 Boucherville (93 ans); selon Trudel, 12 ans d’Aunis, arrivée avec sa mère et son frère Jacques et sa sœur Jeanne; ne sait pas signer; m annulé ct 03-12-1678 Becquet : Pierre COUTANCE; au rec. 16 à la basse ville de Québec; m 10-01-1661 Québec (ct 27-12-1660 Audouart) avec Jean CHARPENTIER dit Lapaille; famille établie à l’Île d’Orléans, puis Charlesbourg; 11 enfants; 2e m 18-04-1678 Québec (ct 11 Becquet) avec Nicolas COCHART; famille établie à Québec; 1 enfant; 3e m 02-12-1679 Québec (ct 01-11 Gilles Rageot) avec Mathurin ARNAUD ou RENAUD; famille établie à Lauzon; 6 enfants. (DGFQ : 20, 231, 262, 974)

1656 Québec 
Renault, 1ère arrivante (avec ses parents) Barbe (I2481)
 
2143 Serrurier
http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Loisel_%28Louis%29_ :
Homme de métier (maître serrurier) né vers 1618 à Saint-Germain-de-Blanche-Herbe (Calvados, Seine-Maritime, France).
Arrive en Nouvelle-France vers 1647.
S'établit à Ville-Marie (Montréal).
Père de la lignée Loisel/Charlot d'Amérique.
Épouse Marguerite Charlot à Ville-Marie (Montréal) 13 janvier 1648 ; de cette union sont issus Jeanne Loisel (mariée à Jean Beauchamp), Françoise Loisel (mariée à François Pilet), Joseph Loisel (marié à Jeanne Langlois) et Barbe Loisel (mariée à Pierre Roussel).
Décès en 1691 (4 septembre) à Ville-Marie (Montréal).
En 1729, il avait 322 descendants.

Crédits -

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)
Pour le Christ et le Roi. La vie au temps des premiers Montréalais (Fondation Lionel-Groulx, sous la direction d'Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992)

https://sinotteloisellegenealogy.wordpress.com/2009/08/10/generation-1-louis-loisel/

http://genealogiequebec.info/testphp/info.php?no=29973

https://gw.geneanet.org/bernjo1?lang=fr&pz=jocelyne&nz=nicol&ocz=0&p=louis&n=loisel :
H Louis LOISELImprimer son arbreSosa : 5 570
Né - Courseulles-sur-Mer, 14191, Calvados, Basse-Normandie, France
Inhumé le 4 septembre 1691 (mardi) - Montréal, Québec, Canada
Serrurier

Parents
Louis LOISEL
Marié avec
Jeanne LETERRIER

Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants
Marié le 13 janvier 1648 (lundi), Notre-Dame - Montréal, Québec, Canada, avec Marguerite CHARLOT, née - Saint-Jean-en-Grève - Paris, 75000, Paris, Ile-de-France, France , inhumée le 3 octobre 1706 (dimanche) - Pointe-Aux-Trembles, Montréal-E, Québec, Canada (Parents : H François CHARLOT & F Barbe GIRARDEAU) (témoins : H Paul CHOMEDEY , H Gilbert BARBIER , H Charles LEMOYNE ) dont
F Jeanne LOISEL 1649-1708 mariée le 23 novembre 1666 (mardi), Montréal, Québec, Canada, avec Jean BEAUCHAMPS 1644-1700 dont
H Jean BEAUCHAMPS 1676-1754
H Pierre BEAUCHAMPS 1679-1741 marié le 29 juin 1699 (lundi), Montréal, Québec, Canada, avec Angélique LECLERC 1682-1747 dont :
H Jean BEAUCHAMPS 1712-1769

Relations
Témoin (1666) : mariage, Jean BEAUCHAMPS 1644-1700 et Jeanne LOISEL 1649-1708

Notes
Notes individuelles
Entre 1650 et 1672, 94 maisons ont été construites à Montréal. La maison de Louis Loisel était sur la rue Saint-Paul, n ° 51 sur la carte de Montréal, 1672

Inhumation
Selon Thomas J. Laforest, nos ancêtres canadiens-français: Volume XVIII, page 153)
"A la fin de l'été 1691, la mort a pris la vie de Louis Loisel. Le mardi 4 Septembre, ses restes ont été inhumés, après les libera chantées par le prêtre Sulpicien Etienne Guyotte .


Sources
Union: acte de mariage
Inhumation: acte de sépulture

https://books.google.ca/books?id=Tj0yAQAAMAAJ&pg=PA396&lpg=PA396&dq=louis+loisel+soldat+du+fort&source=bl&ots=aaJhcwEoTS&sig=Cmb2NgCc3E00jyor7D7cwZiVsBw&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiqzufv_JTaAhXB6IMKHTyQAAg4ChDoAQgsMAI#v=onepage&q=louis%20loisel%20soldat%20du%20fort&f=false :


Generation 1 – Louis Loisel married Marguerite Charlot, 1647
The first Loiselle in Canada ….

Jacques Cartier was the first European in Montreal (then the village of Hochelega) in 1534. Samuel de Champlain tried to establish a fur trading post there in 1604 but was unsuccessful. Then the mission Ville Marie was built in 1642 and became the centre for the fur trade and French expansion into New France.

Under the authority of the Roman Catholic Société Notre-Dame, missionaries Paul Chomedey de Maisonneuve, Jeanne Mance and a few French colonists set up a mission named Ville Marie on May 17, 1642 as part of a project to create a colony dedicated to the Virgin Mary. In 1644, Jeanne Mance founded the Hôtel-Dieu, the first hospital in North America, north of Mexico.

My Sinotte family is descendant of Louis Loisel. Sinotte is a “dit” name of the surname Loiselle.

Louis Loisel came to Canada in 1647. He married Marguerite Charlot and they had eight children.

This is the Loisel family crest.



According to Thomas J. Laforest, Our French-Canadian Ancestors : Volume XVIII, Pages 147-148

“In history, Louis Loisel appeared at Ville-Marie without prior notice. We meet him for the first time in the religious registries on Monday, 13 January 1648. He was at the church of Notre-Dame to have his marriage to the parisienne Marguerite Charlot blessed. Present at the ceremony were Paul de Chomedey, Sieur de Maisonneuve, Governor of the island, Gilbert Barbier and Charles Lemoine. The officiating priest was none other than the Jesuilt preist Georges D’Endremare, known as a missionary at Sainte-Anne du Cap-Breton since the year 1636.”

From L’Heritage Loiselle, pg 28:

Marguerite etait une fille vertueuse qui accompagnait Mademoiselle Mances a Ville-Marie; elle avait vecu sous les soins de cette derniere jusqu’au jour de son marriage.

Their marriage is found at Notre-Dame de Montreal, Montreal, Quebec in Drouin Collection. The French translation of their marriage document from Drouin records:

En ‘an du Seigneur 1648, en ce treiziene jour de janvier, les bas ayant ete promulgues a trois jours de fete durant la celebration de la messe paroissiale, et aucun empechement legitime n’etant decouvert, moi George d’ Eudemare, prete de la Societe de Jesus, entre Louis Loisel, fils de Louis Loisel, et de Jeanne LeTerrier, ses parents de la paroisse Saint-Germain pres de Caen en Normandie , et Marguerite Charlot fille de Francois Charlot et de Barbe Girardeau, ses parent de la paroisse Saint-Jean-en-Greve, Paris. En la Maison de la Bienheureuse Marie du Mont-Royal en Nouvelle-France, les interrogeant, et ayant obtenu leur mutuel consentement, je les ai unis par le mariage de facon solennelle par des paroles devant les temoins connus dont le Seigneur Paul de Chomedey de Maisonneuve, gouverneur de lieu, Gilbert Barbier, nivernois, Charles le Moyne, interprete de langues et plusieurs autres, ensuite je les ai benis selon le rite de notre mere la sainte Eglise lors d’une messe celebree.

The wedding was held at the house of Mademoiselle Mance “The Bienheuruse Maries du Mont Royal”. Attending the wedding were the most influential of the colony at the time:

Paul de Chomedey was the governor of Montreal.
Gilbert Barbier was responsble for the construction of the fort around Montreal
Charles le Moyne was the future seigneur of Longueuil.

By 1650, when Father Claude Pijart (who baptisted two of their children) arrived in Montreal, the settlement was in a lamentable state. There were fewer than a hundred French people there and they were all billeted behind the palisades. Father Pijart was in Montreal (his resident, liturgy and the cemetery at the Hôtel-Dieu) until Father De Queylus arrived in 1657.

Paul Chomedey de Maisonneuve would act as governor of the colony. On January 4, 1648, he granted Pierre Gadois the first concession of land of 40 acres. Others including Charles Lauzon, Robert Lecavelier et Adrienne Duvivier, Jean Desroches, Urbain Tessier dit Lavgne and Jacques Archambault. A map of the early land grants are provided here. My Louis Loisel got his first land grant in 1655.

Between 1650 and 1672, 94 houses were built in Montreal. Louis Loisel’s house was on Rue Saint-Paul, #51 on map of Montreal on 1672. He earned his living as a locks smith.

In 1666 census, Louis Loisel was listed with his family. His surname is spelled Loysel.

Louis Loysel 49 Habitant
Marguerite Charlot 35 Epouse
Jeanne Loysel 16 Fille
Francoise Loysel 14 Fille
Joseph Loysel 12 Fils
Barbe Loysel 2 Fille

In the 1666 Census in Montreal, Honore Langlois with his family including Jeanne Langlois are also listed two families before Louis Loysel. Jeanne Langlois is to become the wife of Joseph Loysel.

In 1679 there is a record of a dispute that Louis Loisel was having with one of his neighbors which Rob Louisell found posted here.

February 21, 1679 – Between Louis Loisel, plaintiff on the one part, for the return of a cord of wood, against Robert Le Cavallier on the other part, judgment is rendered in favor of the plaintiff.




In the Montreal census of 1681, Louis Loisel, locksmith, 64 years old, and Marguerite Charlot, 57 years old, had as neighbors Jean-Vincent Philippe, Sieur de Hautmesny, and Charles d’Ailleboust, Sieur des Mousseaux. Louis and Marguerite owned 1 gun, 2 head of cattle, and had 30 arpents under cultivation. A single son, Joseph, still lived with them.

Honore Langlois and his growing family were still neighbors of the Loisel’s in 1681 census. Jeanne Langlois is listed as their oldest daughter living at home, age 19. Jeanne Langlois is to become the wife of Joseph Loisel.

Dec 9, 1681, their son, Joseph Loisel, bought land in Saint-Jean (later Pointe-aux-Trembles) from Francois Bau and his wife. Does that make Louis Loisel and Marguerite Charlot empty nesters now?

On 26 May 1682, Paul Aguenier was ordered to pay the damages that his animals had caused to the grains of Louis Loisel

8 August 1684, the Loisel won his case against Marthe Autreux, wife of Pierre Chauvin, who had killed one of the plaintiff’s pigs after having surprised the animal in the act of ransacking his fields

18 June 1686, Loisel was ordered to do so because he had refused to ‘have thrashed les fredoches, which spoiled a homestead”.

On 2 August 1688, Louis Loisel (engageur ouest), Antoine Bazinet dit Tourblance, Jacques Chaperon, Pierre Janot dit LaChapelle and his older brother Robert, decided to take the risk of organizing a trading journey to the West [Kaskaskia area]. They went to the merchant Francois Poignet dit Beauregard in order to buy 1,778 livres 13 sols in trade goods. The partners guaranteed the load. Bazinet, Chaperon and Janot would make the trading journey and return in the autumn of 1689 in order to pay the creditors in good beaver pelts and to share the profits.

Not sure if this group on Engageur ouest made their fortune or not. [although this seems unlikely because Louis Loisel was in his 70s at the time.]

Later in 1691, Joseph, Louis Loisel’s son, went on a trading trip out west, and in 1708, his daughter Barbe moved with her husband of the time to Kaskaskia. [And future Loisel generations were later follow to Kaskaskia].

3 March 1690, ancestor Louis Loisel liquidated all his property in Montreal: the site of Rue Saint-Paul with house built on it and his farm, to Nicolas Dantour who withdrew immediately in favor of edgetool maker Jean Drapeau dit LaForge. The latter changed his mind reckoning that he could not pay off such a debt of 1,400 livres,. Louis then offered the fur merchants Charles de Couagne and Jean Cuillerier the opportunity to sign the same purchase, but for only 1,100 livres to be paid in three payments, the last being on 3 March 1693. The agreement became effective on 2 August 1690.

In Mar 1690, after liquidated all his property, his daughter Barbe Loisel and her husband Francois Langantier, took charge of supporting of Louis Loisel and Marguerite Charlot. Louis Loisel died in Sep 1691. Likely when Barbe Loisel went to Detroit MI area, Marguerite went to live with her son Joseph Loiselle in Pointe-aux-Trembles.

4 Sep 1691, Louis Loisel died as recorded in Drouin collections from Notre-Dame de Montreal burial records.

According to Thomas J. Laforest, Our French-Canadian Ancestors : Volume XVIII, Page 153)

“At the end of the summer of 1691, death took the life of Louis Loisel. On Tuesday, 4 September, his mortal remains were laid to rest, after the libera sung by the Sulpicien priest Etienne Guyotte.”

Oct 3, 1706 – Margureite Charlot dies – survived her husband by more than 15 years. Her funeral was celebrated at Pointe-aux-Trembles on October 3, 1706, in the presence of her son Joseph, her daughter -in-law Jeanne Langlois, the notary Nicolas Senet dit Laliberte, the cantor Louis Beaudry and the officiating Priest Benoit Roche from Saint-Sulpice.

Only one son survived to carry on the Loisel name, that was Joseph Loiselle.

The Family of Louis Loisel and Marguerite Charlot:

Louis2 Loisel/Loysel (son of Louis Loisel and Jeanne LeTerrier) was born 1618 in Saint-Germain-la-Blance-Herbe, de Caen (Bayeux), Normandie, France, and died 04 Sep 1691 in Montreal, QC. He married Marie-Marguerite Charlot 13 Jan 1647/48 in Montreal, QC (Notre Dame), daughter of Francois Charlot and Barbe Girardeau. She was born 1612 in Saint-Jean-en-Greve, Paris, France, and died 03 Oct 1706 in Pointe-aux-Trembles, QC.

Children of Louis Loisel/Loysel and Marie-Marguerite Charlot are:

i. Marie-Jeanne3 Loiselle, b. 24 Jul 1649, Montréal, Île de Montréal,QC; d. 04 Oct 1708, Montreal, QC; m. (1) Julien Averty, Bef. 1666, Montreal, QC; b. Bef. 1649, < QC >; d. Bef. 1666, < QC >; m. (2) Jean Beauchamp-LePetit, 23 Nov 1666, Rivière-des-Prairies, Montreal, QC; b. 08 May 1644, Ste-Marguerite, La Rochelle, Aunis, France; d. 04 May 1700, Pointe-aux-Trembles, QC. Marguerite Bourgeoys would found the Congrégation de Notre-Dame, Montreal’s first school, in 1653. Jeanne Loisel, Louis Loisel and Marguerite Charlot’s oldest daughter, was the first non-native child born in Canada to survive to marry in adult hood, she also because the first non-native child to attend Marguerite Bourgeoys’ school.

ii. Francoise Loiselle, b. 26 Feb 1651/52, Montreal, QC; d. 13 Sep 1690, Boucherville, QC; m. (1) Francois Pilet, 27 Dec 1670, Boucherville, QC; b. 1630, St-Hilaire-de-Pouillac, Saintonge, France; d. 08 Sep 1688, Boucherville, QC; m. (2) Charles Chevaye-Vendamois, 16 Aug 1689, Boucherville, QC; b. Oct 1660, Ste-Marie-Madeleine de Vendôme,Île-de-France, France. Francoise was also a student of Marguerite Bourgeoys.

iii. Joseph Loiselle, b. 25 Nov 1654, Montreal, QC; d. 09 Jun 1724, Pointe-aux-Trembles, QC; m. Jeanne Langlois-Duchene, 07 Apr 1682, Pointe-aux-Trembles, QC; b. 16 Jan 1663/64, Montreal, QC; d. 23 Feb 1718/19, Pointe-aux-Trembles, QC.

iv. Charles Loiselle, b. 02 Jun 1658, Montreal, QC; d. 28 Jun 1658, Montreal, QC.

v. Marie-Marthe Loiselle, b. 15 Aug 1659, Montreal, QC; d. 15 Aug 1659, Montreal, QC.

vi. Charles Loiselle, b. 05 Oct 1661, Montreal, QC; d. 06 Nov 1661, Montreal, QC.

vii. Barbe Marie Loiselle, b. 30 Aug 1663, Montreal, QC; d. 24 Dec 1742, Hopital General de Quebec, QC; m. (1) Jean Miquelly, 25 Sep 1688, Pointe-aux-Trembles, QC; b. Abt. 1660; d. Bef. 1689; m. (2) Pierre Roussel, 26 Oct 1676, Montreal, QC; b. 1644, Dieppe, France; d. 25 Apr 1687, Montreal, QC; m. (3) Francois LeGantier, 28 Nov 1689, Montreal, QC (Notre Dame des Neiges); b. Bef. 1663, LaChartre-sur-le-Loir, Maine, France; d. 11 Nov 1710, Ste-Anne-de-Detroit, IL; m. (4) Francois Fafard-Delorme, 30 Dec 1713, Sainte-Anne-de-Détroit (Fort Ponchartrain), Detroit, MI; b. 1660, Trois Rivieres, St. Maurice, QC; d. 28 Jan 1733/34, Detroit, Wayne Co., MI.

viii. Louis Loiselle, b. 14 Aug 1667, Montreal, QC; d. 04 Sep 1667, Montreal, QC.

http://naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/engages/engagesLhMar.html#loisellouis:
(Louis, procureur au Château de Courseulles-sur-Mer et Jeanne Le TERRIER), b 02-06-1618 St-Germain de Courseulles-sur- Mer, ar. Caen, év. Bayeux, Normandie (Calvados); s 04-09-1691 Montréal (70 ans); selon Trudel, 29 ans de Normandie, arrivé en 1647; concession d’une terre 20-08-1655; confirmé 24-08-1660 Montréal; 49 ans au rec. 66, 48 ans au rec. 67, 64 ans au rec. 81 à Montréal; maître-serrurier; sait signer; m 13-01-1648 Montréal avec Marguerite CHARLOT; famille établie à Montréal; 8 enfants. (CI : 192; DGFQ : 740; FO)

Voir aussi: http://naviresnouvellefrance.net/html/vaisseaux2/immigrants/immigrants1647.html#louisloisel 
Loysel, 1er arrivant Louis Vers 1647. Navire inconnu. (I489)
 
2144 Soeur Thérèse de St-Augustin.
Profession religieuse: 5 août 1913 Chez les soeurs Saints Noms de Jésus et de Marie

Voir: https://clergenealogie.org/getperson.php?personID=I32376&tree=clergenealogie 
Lefebvre, Célina (I25)
 
2145 Source Baptême: https://familysearch.org/ark:/61903/3:1:3QSQ-G993-WNQ2?i=73&wc=9RLZ-K68%3A13625601%2C13625602%2C13863101&cc=1321742

Mariage le 27-01-1874 avec Marie-Louise Milord à la paroisse Ste-Brigide de Montréal

A été témoin au mariage de Hormisdas midas Gédéon le 1885-05-19, Joseph père étant décédé. 
Roy, Joseph (I68)
 
2146 Source: http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=241808

Maître sacristain 
Glori, Laurent (I1905)
 
2147 Source: http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=241808 Mousset, Marie (I1906)
 
2148 Source: https://familysearch.org/ark:/61903/3:1:3QS7-8993-WN39?i=146&wc=9RLZ-K68%3A13625601%2C13625602%2C13863101&cc=1321742 Roy, Delphis (I69)
 
2149 Source: https://gw.geneanet.org/bernjo1?lang=fr&pz=jocelyne&nz=nicol&ocz=0&p=nicolas&n=lefebvre

H Vincent LEFEBVREImprimer son arbreSosa : 10 672

Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants
Marié, Amiens, 80000, Somme, Picardie, France, avec Marie du FLO dont
H Geoffroy LEFEBVRE 1615- marié en 1636, Amiens, 80000, Somme, Picardie, France, avec Jeanne MILLE dont
H Jean-Baptiste LEFEBVRE 1647-1715 marié le 14 janvier 1676 (mardi), Montréal, Québec, Canada, avec Cunégonde GERVAISE 1657-1724 dont :
H Nicolas LEFEBVRE 1686-1750

Notes concernant l'union
Union avec Marie du FLO
paroisse St Germain 
Lefebvre, Vincent (I370)
 
2150 Source: https://www.familysearch.org/ark:/61903/3:1:3QS7-L99S-NF4B?i=2494&wc=9RLH-2NG%3A16470801%2C41550401%2C41612901&cc=1321742
page 2495/2998

Parrain: Joseph Lapierre
Marraine: Marie-Louise Bouchard

Mariée à Horace Savignac 
Roy, Berthe (I88)
 
2151 Source: https://www.familysearch.org/ark:/61903/3:1:3QS7-L99W-64YD?i=416&wc=9RLK-W3D%3A16470801%2C23492102%2C35513501&cc=1321742

Parrain: Joseph Olivier Guillemette
Marraine: Angélique Edgar 
Grenier, Malvina (I90)
 
2152 Source: https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/acte/3249487 Lefebvre, Julien Isidore (I101)
 
2153 Source: https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/acte/3249912 Lefebvre, Eugène (I102)
 
2154 Source: https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/acte/5479709

Parrain: Zéphirin Lefebvre
Marraine: Éloize Lefebvre

Frère et Soeur, probablement 
Lefebvre, Marie Victoire (I103)
 
2155 Source: https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/img/acte/3246596

Parrain: Joseph St-Denis
Marraine: Rozalie Lefebvre

L'acte de mariage indique que les parents sont domiciliés à Plattsburgh. Donc émigration en 1849 (selon recensement de Charles B. en 1900) est très plausible 
Lefebvre, Marie Éloize (I95)
 
2156 Source: https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/img/acte/4164501https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/img/acte/4164501

Parrain: François...Lefebvre
Marraine: Zoé Lefebvre 
Lefebvre, Joseph (I99)
 
2157 Source: https://www.genealogiequebec.com/Membership/LAFRANCE/img/acte/4202769

Enfant conçu hors mariage

Parrain: Toussaint Ladouceur
Marraine: Marie-Anne Robichot 
Lefebvre, François Amable Zéphir (I94)
 
2158 Source: https://www.genealogiequebec.com/membership/LAFRANCE/img/Tag/d1p_001110159.JPG Perreault, joseph Camille (I84)
 
2159 Source: https://www.genealogiequebec.com/membership/voir.aspx?id=L%3a%2fRegistres%2fQu%C3%A9bec%2fL%2fLavaltrie%2f1860%2f1865%2fd1p_001110097.JPG

Note Anna:

1. Dans les biographies françaises d'Amérique, il est dit que Joseph Hormidas est le fils de Hormisdas Roy et de Anna Perreault fille de Joseph Perreault. Je crois qu'il s'agit ici d'une erreur. Elle est la fille de Pierre.
2. Dans l'acte de mariage, il est dit que Anna Perreault est la fille de Pierre et Louise Perreault
(voir note à propos de Hormidas Midas Gédéon Roy).
3. Gédéon Roy est bien le fils de Joseph Roy et a eu comme témoin son frère Joseph
4. Joseph Hormidas est le fils de Hormisdas Roy lui-même fils de Joseph Roy.
5. Je ne vois nulle part le lien entre Délia et Anna. L'extrait de baptême est au nom de Anna, mes oncle et tantes me disent que leur grand-mère s'appelait Anna et non Délia. Je pense qu'il s'agit d'une erreur dans l'acte de mariage de Hormisdas et Adrienne. Tous les autres documents relatifs à Berthe et Hormidas la nomme Anna.
6. Selon les informations de ma tante Lise: Anna Perreault Décédé le 11 février 1940 à l' âge de 76 ans 8 mois 11jours - ce qui donnerait le 31 mai 1863 comme date de naissance. Conforme au nécrologue de Drouin.
7. Il est connu des mes oncles et tantes que le couple a tenu un hôtel dans le vieux Montréal. J'ai trouvé dans le journal le prix du courant du vendredi 13 avril 1888 (http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2746200?docsearchtext=H.%20Roy%201888)
un entrefilet mentionnant que Délia Perreault, épouse séparée de biens de Hormisdas Roy, commerçant de Montréal, fait affaires seule comme hôtelière et commerçante à Montréal sous la raison sociale de H. Roy depuis le 1er avril 1888 Voir document à cet effet.

Dans le recensement de 1871, il y a une enfant nommée Cordélia agée de 7 ans (conforme à une date de naissance vers 1863-1865).

J'en déduis qu'il y a de fortes chances que Anna et Délia soit la même personne, même si les dates de naissance ne concordent pas avec le calcul de la date de naissance de la carte mortuaire et le nom du père indiqué dans la biographie de mon grand-père et ce en raison de l'acte de mariage entre Gédéon et Délia Perreault, des parrains et marraines des enfants et du fait que les dates de naissance n'étaient pas toujours exactes à cette époque. Et finalement, que tous les hommes se prénommaient Joseph!
Hormidas, mon grand-père, avait comme marraine Louise Perreault (qui serait probablement sa grand-mère maternelle). Son parrain est Jules Turcot, probablement le frère de Zoé Turcotte, sa grand-mère parternelle.
Par ailleurs, il me semble me souvenir que mon grand-père avait de la famille dans la région de Lavaltrie (mais je ne suis pas une source sûre!)
Corinne a pour parrain Joseph Roy et sa marraine est Marie Louise Milord, ce qui correspond au frère de Hormisdas Roy père, tous deux enfants de Joseph Roy et Zoé Turcot. 
Perreault, Anna (I56)
 
2160 Source: M. Gilles Boismenu par courriel

Aucun document trouvé avec Lafrance. 
Chouinard, Adrienne (I2755)
 
2161 Source: M. Gilles Boismenu par courriel

Aucun document trouvé avec Lafrance 
Prieur, Lucette (I2757)
 
2162 Source: M. Gilles Boismenu par courriel.

Aucun document trouvé avec Lafrance. 
Monet (Boismenu), Albert (I2754)
 
2163 Source: M. Gilles Boismenu par courriel. Monet (Boismenu), Gilles (I2758)
 
2164 Source: M. Gilles Boismenu, par courriel

Aucun document trouvé avec Lafrance. 
Monet (Boismenu), Bernard (I2756)
 
2165 Souvenirs de Roger Roy:

Jean Savignac et son frère Guy avait un salon de barbier sur la rue Jarry.

Tous les deux et Marcel Roy (frère de Roger, fils de Hormidas Roy et Adrienne Lefebvre) avaient formé un groupe de chansonniers. 
Savignac, Jean (I4444)
 
2166 Témoins: Jean Bourdon, Robert Giffard, Nicolas Goupil Famille F60
 
2167 Une dispense de 3 bans a été accordée. Famille F210
 
2168 Voir document manuscrit.
Parrain: Arthur St-Onge
Marraine: Malvina Grenier

Enterré 1910-07-01 au cimetière catholique Fosse no 4204. Exhumé le 30 avril 1912 et enterré au lot N. 2477

Habitait au 69 Bienville, Montréal à sa naissance.
Habitait au 110 Boyer à son décès. 
Jeannotte, Joseph Arthur Ernest (I12)
 
2169 Voir le site: http://cliche.genealogie.org/Gene.html :

Marie-Josephte Cliche et Paul Primeau – Génération 4

Deux de ses filles, Josephte et Marguerite Primeau, ont épousé deux patriotes qui ont participé à la rébellion contre les Anglais en 1837. Jean-Louis et Jean-Marie Thibert furent condamnés à mort mais la sentence a été remplacée par un exil en Australie. Descendante connue : la chanteuse Marie-Élaine Thibert. 
Cliche, Marie Josephe (I3933)
 
2170 Voir le site: http://genealogiestemarie.ca/G%C3%A9n%C3%A9alogie%20101/Jacques_Claude_Lign%C3%A9e%20directe_2016.pdf

(Fichier téléchargé sous le nom de NicolasJacquesMarieHumel.pdf) 
Jacques, Nicolas (I862)
 
2171 Voir \Jeannotte\JeanRoyerMarieTarger.pdf

Renée Dodier est peut-être la fille de Lucas Dodier. D’après un acte de baptême dans lequel
elle est présente comme marraine, Renée Dodier est dite fille de Lucas Dodier.
Lucas Dodier est marié à Louise Roumet ou Romet. Le couple a trois enfants baptisés à
Notre-Dame de Vair : Gervaise (26-01-1599), Lucas (22-02-1603) et Jacques (24-01-1607).
Il est possible qu’Estienne et Marie Dodier, tous deux dits fils et fille de Lucas Dodier dans
des actes de baptême, soient les enfants de Lucas et de Louise Roumet.
Il n’est pas certain que Louise Roumet soit la mère de Renée Dodier car elle peut être une
nouvelle épouse de Lucas Dodier.
Louise Roumet est enterrée le 15 novembre 1618 à Notre-Dame de Vair. Son mari Lucas
Dodier est encore vivant. 
Dodier, Renée (I1431)
 
2172 Voir: \Jeannotte\JeanRoyerMarieTarger.pdf:

Patronyme : Roier
Jean Royer épouse Marie Païs avant le 29 mars 1634, date du baptême de leur fils Jean. Ils ont
trois enfants, tous baptisés à Notre-Dame de Vair, paroisse de Saint-Cosme-de-Vair.
1) Jean, l’émigrant.
2) Françoise, baptisée le 23 septembre 1636. Ses parrain et marraine sont François Clouet et
Françoise Laireau.
3) Hélène, baptisée le 25 juillet 1640. Ses parrain et marraine sont Jean ou Christophe
Poullain et Hélène Vie.

Jean Royer, le père de l’émigrant, est présent au mariage de Marin Truton et de Marie
Besnard le 3 mai 1649. Il est également le parrain de Renée Breton, baptisée le 17 juin 1654. 
Royer, Jean (I1416)
 
2173 Voir: \Jeannotte\JeanRoyer\MarieTarger.pdf

Patronyme : Pais, Paiet, Pays, Paye
Marie Païs est baptisée le 8 octobre 1610 à Notre-Dame de Vair. Elle est la fille de Jehan et
Renée Dodier.
Ses parrain et marraine sont Estienne Dodier et Julianne Pays. 
Païs, Marie (I1417)
 
2174 Wiki: http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Gervais_%28Mathieu_%3B_dit_Parisien%29 :
Né vers 1646 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne, Paris, France).
Arrive en Nouvelle-France en juin 1665 comme soldat du Régiment de Carignan-Salières.
S'établit dans la seigneurie de La Prairie-de-la-Madeleine (68).
Père de la lignée Gervais/Picard d'Amérique.
Épouse Michelle Picard à Ville-Marie (Montréal) en 1676 ; de cette union sont issus Jeanne Gervais (mariée à Jean Lalonde), Romaine Gervais (mariée à Charles Marcil), Jean-Mathieu Gervais (marié à Jeanne-Françoise Ronceray), Marguerite Gervais (mariée à Louis Neveu), Pierre Gervais (marié à Catherine Plante), Marie-Catherine Gervais (mariée à Jean Poupard), Anne Gervais (mariée à Jean Pilon), Marie-Anne Gervais (mariée à Noël Lefebvre) et Mathieu Gervais (marié à Marie-Josèphe Robidou).
Décès en 1728 dans la seigneurie de Longueuil (69).
En 1729, il avait 66 descendants.

Crédits -

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)

Régiment Grandfontaine de Carignan.
Le régiment du capitaine Hector D'Andigné de Grandfontaine était cantonné au Fort Barraux entre Grenoble et Chambéry.
Départ de La Rochelle le 13 mai 1665 à bord de L'Aigle d'Or de Brouage (voir Jean Roy dit Lapensée, régiment Carignan-Salière)
Arrivée dans la nuit du 18 au 19 août 1665 à Québec

http://www.mount-royal.ca/heritage/getperson.php?personID=I12309&tree=godbout 
Gervais dit Le Parisien, 1er arrivant Mathieu (I379)
 

      «Précédent «1 ... 18 19 20 21 22


Ce site est propulsé par le logiciel The Next Generation of Genealogy Sitebuilding ©, v. 12.0.2, écrit par Darrin Lythgoe 2001-2020.

Géré par Denise Roy.